L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Culture de la paix : L’esprit d’Assise souffle sur le Faso

En dépit de la diversité de nos croyances religieuses, il faut aspirer à un meilleur vivre-ensemble en cultivant la paix dans un élan commun et solidaire. C’est cet engagement que les responsables de la communauté musulmane, de la religion traditionnelle et des catholiques ont solennellement pris en signant l’Appel de la Paix le 29 octobre 2011 à Ouagadougou à la place de la Nation. Cette démarche qui s’inspire de l’esprit d’Assise (ville italienne) a été initiée par la Communauté de Sant’Egidio au Burkina Faso.

 

Le 27 octobre 1986, le pape Jean Paul II réunissait à Assise, une ville italienne, plus de 130 leaders mondiaux de différentes religions pour parler de la paix. Un événement inédit qui a surpris plus d’un à cause du contexte mondial marqué par la guerre froide et le conflit au Liban (affrontements internes, entre communautés et à l'intérieur des communautés). C’est dire que la paix internationale était fragile tout comme la concorde entre différentes communautés de croyants qui se regardaient en chiens de faïence.

 

Evidemment, à Assise, l’idée de tout syncrétisme a été évitée. Le pape Jean Paul II avait alors souligné la nécessité de la prière «pour que le monde puisse enfin devenir un lieu de paix véritable et permanente». Le souverain pontife avait été précis dans son allocution d’accueil : «Le fait que nous soyons venus ici n'implique aucune intention de chercher un consensus religieux entre nous, ou de mener une négociation sur nos convictions de foi. Notre rencontre atteste seulement, et c'est là sa grande signification pour les hommes de notre temps, que, dans la grande bataille pour la paix, l'humanité, avec sa diversité même, doit puiser aux sources les plus profondes et les plus vivifiantes où la conscience se forme et sur lesquelles se fonde l'agir moral des hommes».

 

La rencontre d’Assise n’a donc abordé que la question qui fait consensus, à savoir le dialogue pour la satisfaction des aspirations des peuples à la paix. A cette rencontre, les représentants des différentes religions vivaient des temps de prière séparés, chacun selon sa propre tradition.

A Ouagadougou, la commémoration du jubilé d’argent la rencontre d’Assise organisée par la Communauté Sant’Egidio au Burkina a suivi le format de ce qui a été vécu dans la ville italienne. Avant de se retrouver à la place de la Nation, chaque confession religieuse a été dans son lieu de culte prier pour la paix.

 

Dans son discours, le Dr Henri Ouédraogo, responsable de la Communauté Sant’Egidio au Burkina a surtout précisé que c’est dans l’esprit d’Assise que ce rassemblement a lieu. Pour lui, il urge de cultiver la paix au Faso, car la crise que nous avons connue au premier semestre de l’année indique que la paix n’est jamais acquise et que c’est à chacun de la maintenir au quotidien : «Que les gouvernants gouvernent pour cette paix, que les hommes de justice rendent justice pour cette paix, que les hommes de religion prêchent pour cette paix, que les travailleurs travaillent pour cette paix».

 

Au nom des coutumiers et des adeptes de la religion traditionnelle, le Mogho Naaba, qui était à la cérémonie, a livré un appel à la culture du dialogue et à la mise en place de comités de paix dans les lieux de travail et de vie. «Notre pays, a-t-il déclaré, ne doit plus retomber dans la crise qu’il a vécue en début 2011».

 

Dans son message, le grand imam de Ouagadougou, Aboubacar Sana, a réaffirmé la disponibilité de la communauté musulmane à s’associer aux autres religions pour la culture de la paix. «Parmi les plus beaux nom d’Allah, il y a la paix et l’esprit d’Assise montre que les religions peuvent cohabiter dans la paix».

 

Pour l’archevêque de Ouagadougou, Mgr Philippe Ouédraogo, «l’esprit d’Assise est un esprit de dialogue interreligieux et la reconnaissance de la prière des autres, car toute prière provient de Dieu. La paix n’est pas une utopie, elle est un rêve, une espérance».

 

Après ces allocutions, on a procédé à la lecture de l’Appel à la Paix et chaque leader a signé le document avant d’en recevoir un exemplaire de la main d’enfants choisis pour cela. La cérémonie a pris fin par l’allumage du chandelier de la paix par les responsables religieux et la photo de famille.

 

Il faut noter l’absence de la communauté protestante à cette cérémonie. Une absence qui serait due à «un problème de coordination», selon les responsable de Sant’Egidio, car le pasteur Samuel Yaméogo avait même délégué deux pasteurs. Soulignons par contre que «les protestants ont participé aux rencontres» préparatoires.

 

La communauté de Sant’Egidio est une organisation catholique fondée en 1968 à Rome par Andrea Riccardi. Le nom de cette communauté provient de son implantation, au début des années 70, dans les locaux de l'église Sant'Egidio (saint Gilles). La communauté est caritative et active dans plusieurs domaines sociaux. Elle organise des rencontres interreligieuses et intervient dans la médiation politique.

 

San Evariste Barro



08/11/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 994 autres membres