L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Ambiance à Bobo

                                            Ambiance à Bobo

Dans la nuit du mercredi 21 mars dernier, Bobo-Dioulasso a eu droit à sa première pluie de l’année 2007. Dans le jargon de la météo, on pourrait parler de traces de pluie à cause de la faiblesse de la précipitation. Une pluie qui, au lieu de rafraîchir l’atmosphère a plutôt contribuer à la rendre plus pénible à vivre. La chaleur est devenue encore plus torride. Dans les grins, certains ont affirmé qu’enfin on pouvait déguster les mangues. Les autres ont trouvé que cette façon de voir les choses était dépassée car depuis longtemps ils étaient en train de consommer les mangues. Pour eux ils n’existent aucun lien entre la pluie et les mangues. Une fois qu’elles sont mûres, il faut les déguster sans arrières pensées…

De toutes les façons, la pluie du mercredi 21 mars 2007 ne peut pas être considérée comme une vraie pluie. On attend toujours impatiemment la venue d’une vraie pluie pour « laver » la poussière qui véhicule la méningite. Ce qui est tombé le mercredi nuit est bon mais on est loin du compte. Désormais la plupart des bobolais passent la nuit à la belle étoile. L’air est lourd et il est impossible de dormir dans la maison à moins qu’elle ne soit dotée d’une climatisation. Sinon même les ventilateurs ne sont pas appropriés parce qu’ils soufflent le plus souvent du vent chaud…

Sur le plan sportif, on a beaucoup épilogué dans les grins de Bobo sur le match nul des Etalons face à l’équipe nationale de la Mozambique. On pense d’un côté que notre onze national vient ainsi de confirmer sa non qualification pour Ghana 2008. C’est un match qu’il fallait à tout prix gagner pour rester sur la même longueur d’onde que le Sénégal le grand favori. Rien n’a été fait pour avoir le gain de la partie. Pas de match de préparation ni de stage. On a tout simplement négligé la formation Mozambicaine parce qu’elle occupe provisoirement la dernière place au classement de cette poule composée du Sénégal, de la Tanzanie, du Mozambique et du Burkina Faso. Il faut ajouter à ces paramètres la tempête qui avait secoué notre sport roi à travers la mésentente intervenue entre le sélectionneur national Drissa TRAORE Saboteur et la FBF. Au lieu de régler définitivement cette crise latente, le ministère des Sports et des Loisirs s’était contenter de calmer les deux parties afin de leur permettre tout juste de jouer ce match capital des 3e journées des éliminatoires CAN 2008. Au grin, on pense que c’est cette guéguerre qui a été préjudiciable aux Etalons. Si l’environnement n’est pas sain, les résultats ne peuvent pas suivre, même si de l’autre côté, certains croient que le Burkina a encore sa chance dans cette compétition. Pour eux, c’est lorsque les nôtres ont le dos au mur qu’ils se battent durs. Ils sont convaincus que si les Etalons récupèrent tous les blessés, ils pourront aller battre cette équipe de Mozambique chez elle. C’est le football ; tout est possible. De leur côté, ils soutiennent aussi qu’il faut une union sacrée autour des Etalons pour réussir cet exploit.

On reste dans le sillage du sport pour parler des jeux universitaires du Burkina qui se sont déroulés du 18 au 24 mars dernier à Nasso qui abrite l’université polytechnique de Bobo (UPB). Il y avait au total 9 universités (7 du Burkina, celle du Bénin et celle du Mali). Le 18 mars dernier, les étudiants de l’université de Ouagadougou (UO) se sont mal illustrés en refusant de jouer le match d’ouverture en football face à l’UPB. A quelques minutes du coup d’envoi de cette rencontre capitale, les joueurs de l’UO ont tout simplement exigé qu’on leur verse individuellement la somme de 50 mille francs sinon pas de match. Pourtant au départ de Ouaga, ils s’étaient entendu sur la somme de 20 mille francs pour chacun (10 mille du CENOU et 10 mille de la présidence l’UO). Les organisateurs pour ne pas perdre la face ont tout simplement remplacé l’UO par l’université de Koudougou (l’UK) pour jouer le match d’ouverture face à l’UPB. Outrée par le comportement de ses étudiants, Madame la présidente de l’université a tout simplement décidé de ne plus honorer sa promesse. Les joueurs de l’UO devraient donc avoir finalement 10 mille francs par tête. Mais après le match d’ouverture, le problème n’a pas été résolu. Les étudiants de l’UO n’ont rien reçu. Cela ne les a pas empêché de se qualifier à toutes les finales. Le jour de la finale, ils ont encore remis sur la table leur revendication.
Après des tractations, tout est rentré dans l’ordre. Les étudiants de l’UO ont finalement reçu la somme de 10 mille francs du CENOU. Pas plus. Hormis la finale féminine en Handball remportée par l’université du Bénin, toutes les finales ont été enlevées par l’UO. Malgré cette belle performance, les gens du grin ont déploré le comportement des étudiants de Ouaga. Eux qui sont considérés comme les futurs cadres du pays, s’ils se comportent de la sorte que pourront-ils offrir à leurs administrés ? Au grin, on n’a pas du tout été tendre avec les étudiants de Ouaga qui sont reconnus comme des « grévistes » patentés. Pour un oui ou pour un non, ils vont en grève et souvent de la manière la plus violente. Pourtant ce sont eux qui devraient donner l’exemple aux autres universités naissantes. Le conseiller à la présidence du Faso, François COMPAORE, qu’on voit de plus en plus du côté de Bobo-Dioulasso était de la partie. Il a profité de ces jeux pour remettre la somme de 100 milles francs à chacune des 9 universités participantes. Quand à Djakaridja TRAORE de la SATCI, il a remis la somme de 500 mille francs aux étudiants en sa qualité de parrain des finales de ces jeux universitaires. La fête fut tout simplement belle malgré l’attitude peu recommandable des étudiants de l’UO.
Cette semaine nous allons nous intéresser au lotissement dans l’arrondissement de Dafra avec l’opération de recensement qui a débuté le lundi 19 mars dernier. Pour se quitter, nous allons évoquer le problème de ce couple qui s’est séparé pour une histoire banale.

"Le petit fâkir, toujours dispo"

L'opinion N°494 du 28 Mars au 03 Avril 2007



03/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres