L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Bobo : Des enseignants réclament leurs indemnités

DREBA Des Hauts-Bassins

Les enseignants des classes multigrades réclament leurs indemnités

Les enseignants des classes multigrades de la direction régionale de l’enseignement de base des Hauts-Bassins sont en sit-in depuis le mercredi 28 mars dernier, tantôt au gouvernorat, tantôt dans les locaux de la DREBA. Objectif : exiger le paiement de leurs indemnités de 15 000 F par mois et par enseignant qui leur sont dus depuis plus de trois ans pour certains.

Ils sont plus de 250, les enseignants du primaire de la région des Hauts-Bassins ayant en charge l’encadrement de classes multigrades (CMG), c’est-à-dire au moins 2 classes dans la même salle. A défaut de leur octroyer un double salaire, le gouvernement a décidé de leur allouer des indemnités forfaitaires de 15 000 F CFA par mois et par enseignant.

Pour avoir vainement attendu depuis quelques mois le paiement de ces indemnités, les enseignants concernés dans la région des Hauts-Bassins, se sont constitués en "comité régional du suivi des classes multigrades" pour manifester leur ras-le-bol. La méthode choisie, c’est le sit-in à la DREBA, avec tentative de se faire entendre par le patron des lieux.

Les grévistes qui disent avoir le sentiment d’être évités par leurs répondants immédiats sont allés, la semaine dernière, à la rencontre du gouverneur de la région des Hauts-Bassins qui leur aurait demandé de notifier leurs requêtes dans un mémorandum à lui adressé. Pas de suite. Les enseignants en courroux que nous avons rencontrés les 3 et 4 avril derniers à la DREBA se sont dit indignés du fait que chaque paiement de ces indemnités faisait suite à un mouvement de contestation.

"Comment peut-on réussir l’éducation pour tous dans ces conditions ?", s’est lamenté un d’entre eux. Leur porte-parole, Djébouonété Somé, en service à la CEB de Toussiana précise que les arriérés d’indemnités vont de 45 mille à 360 mille francs selon l’ancienneté des enseignants dans le système de CMG. Et ces impayés sont ceux des années scolaires 2005-2006, et 2006-2007.

Certains concernés, selon le mémorandum adressé au gouverneur, n’auraient pas touché les reliquats de l’année 2003-2004. Les fonctionnaires grogneurs ont également dénoncé le fait qu’il leur soit exigé le paiement de la somme de 200 F par tranche trimestrielle pendant les paiements ; une somme dont ils disent ignorer la destination.

Le directeur régional de l’enseignement de base et de l’alphabétisation (DREBA) des Hauts-Bassins que nous avons rencontré hier matin, au sortir d’un pourparler avec les plaignants, a d’abord indiqué que la situation n’était pas propre aux Hauts-Bassins, et qu’aucun enseignant de CMG à travers les 13 régions du pays n’avait encore touché ces dernières tranches des indemnités, objet de revendication chez les agents de sa région.

 Missa Moïse Soara a ensuite affirmé qu’un consensus venait d’être trouvé avec les enseignants insurgés, à la suite de la concertation faite d’explications et de conseils qu’il venait d’avoir avec eux. Invité à se prononcer sur les raisons probables des retards répétés dans le paiement des indemnités, le DREBA des Hauts-Bassins a attribué cela au fait que le dossier y afférant n’est pas traité par le seul ministère de l’Enseignement de base, mais aussi et d’ailleurs pour l’essentiel, par le département en charge des Finances et du Budget.

D’où la très longue procédure devant aboutir au paiement des indemnités. Néanmoins, a-t-il rassuré, des dispositions sont prises au niveau des ministères impliqués pour accélérer le processus et les indemnités relatives aux CMG devraient être mises à la disposition des requérants, dans les tout prochains jours, sans la moindre précision de date.

Qu’à cela ne tienne, les chargés des classes multigrades dans les Hauts-Bassins entendent durcir le ton et continuer leur mouvement de sit-in jusqu’au paiement effectif de leurs appointements. Et le débrayage pacifique perdurait jusqu’à hier en fin de matinée, lorsque nous quittions les locaux de la DREBA des Hauts-Bassins.

Paul-Miki Roamba

Le Pays du 5 avril 2007



05/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres