L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Boulgou : Qui a tué le militant du CDP ?

BOULGOU

Qui a tué le militant du CDP ?

Un militant actif du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), dans la commune rurale de Boussouma, province du Boulgou, est mort le 7 juillet dernier à l'hôpital Yalgado des suites de ses blessures par balle. Quelqu'un lui a tiré dessus dans la nuit du 5 juillet à Boussouma. Ce crime défraie la chronique dans cette petite bourgade.


Dans la nuit du jeudi 5 juillet dernier, Halidou Gouem dit "Conobo", 44 ans, dormait paisiblement à la belle étoile auprès de sa femme et ses deux enfants sur la terrasse de sa case. Il ignorait que la mort le guettait dans l'obscurité de la nuit. En effet, dans les environs de 23 h, un tireur, qui s'était embusqué, probablement derrière un mur qui sépare la terrasse de Halidou du dehors, lui a tiré dessus avec un fusil de chasse. Les plombs l'atteignirent à la cuisse droite, au ventre et au bas-ventre. Les cris stridents poussés par sa femme alertèrent ses frères et voisins. Malheureusement, évacué, dans la même nuit à Tenkodogo, puis transféré d'urgence le lendemain à l'hôpital Yalgado, il mourut des suites de ses blessures le 7 juillet dernier à 23 h 45. Le lendemain, dimanche 8 juillet il fut inhumé au cimetière de Tabtenga. Depuis lors, une seule question taraude les esprits et à Boussouma, une bourgade située à 18 km de Garango: qui a tué Halidou ? Dans cette localité, deux partis politiques s'affrontent: le CDP, qui a la mairie, et l'UPR, dont le chef de Boussouma est le responsable. Et selon le bord politique, la réponse à cette question n'est pas la même. En effet, pour les responsables locaux du CDP, la mort de leur militant est un crime politique. Et ceux qui l'auraient tué seraient des militants UPR. Dans leur lorgnette, ils voient Issa Gouem, l'oncle du défunt, et Bassidou Gouem, son petit frère, tous militants UPR, comme de vrais suspects. On les accuse de vouloir à mort leur frère Halidou depuis que ce dernier a quitté l'UPR pour militer au CDP. "Ses frères lui reprochaient d'avoir soutenu le candidat du CDP lors des législatives au lieu de soutenir celui de l'UPR, le fils du chef de Boussouma", avait confié Ramata Yabré, la femme du défunt. Mais cette raison tient-elle la route ? Issa et Bassidou ont-ils tué Halidou ? Difficile d'y répondre. Car dans presque chaque famille à Boussouma, les membres sont divisés entre CDP et UPR, mais on ne s'en veut pas à mort.

Plusieurs personnes arrêtées

Les affrontements entre militants CDP et militants UPR dans cette localité remontent aux élections municipales de 2004. 8 personnes avaient été blessées et une vingtaine arrêtées. Selon des témoignages concordants recueillis sur place, le climat délétère qui régnait entre le défunt, son oncle, et son petit frère Bassidou n'avait rien de politique. La raison serait toute autre. En effet, il ressort des témoignages que Halidou, transfuge de l'UPR a eu des démêlés avec ses deux parents pour une affaire de femme. Mais pour certains, la goutte d'eau qui aurait fait déborder le vase, ce sont les propos durs qu'il aurait tenus à l'endroit des militants UPR lors de la cérémonie de remerciement organisée par la section CDP et présidée le 2 juillet dernier à Boussouma par le ministre Alain Yoda en présence du chef de Boussouma. "Faux!", rétorque cependant Halidou Gouem, responsable de la police de proximité, militant CDP. "Conobo n'aurait pas tenu des propos durs envers les militants UPR. "ajouta-t-il". "Les propos durs de Halidou à l'endroit des militants UPR ne datent pas d'aujourd'hui", a remarqué un ressortissant de la localité. Halidou dit "Conobo" s'était donc fait beaucoup d'ennemis et les raisons n'étaient pas forcément liées à son militantisme au sein du parti politique CDP à Boussouma. Mais qui donc l'a tué et pourquoi ? Plusieurs pistes sont à explorer. Et c'est ce à quoi s'attelle la Brigade de la gendarmerie de Garango qui a été saisie. Dès le lendemain du crime, elle a procédé à des arrestations. Mais des voix à Boussouma lui reprochent d'avoir arrêté seulement des militants UPR sur dénonciation des responsables locaux du CDP. Parmi les personnes arrêtées figurent Bassidou et Issa. Ils sont tous suspectés d'avoir tué Halidou. Les deux clament leur innocence. Bassidou, frère du défunt, a été relaxé. Ramata Yabré, épouse du défunt, veut que la justice l'aide à retrouver l'assassin de son mari. "Mon mari était notre seul soutien, mes enfants et moi. Je ne sais pas qui va s'occuper de nous maintenant. ", dit-elle avec des sanglots dans la voix.

Par Welman Guingani (Collaborateur)

Le Pays du 203 juillet 2007



23/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres