L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Caverne d’Ali Baba du président et son DAAF

Conseil constitutionnel

Caverne d’Ali Baba du président et son DAAF

Tout n’a pas été mauvais lors de cette dernière présentation de vœux au Conseil constitutionnel. Les travailleurs de l’institution représentée par le doyen et membre du Conseil constitutionnel Ado Paul Zabré, dans leur adresse au président et à son épouse ont souhaité : « que cette année vous apporte la compréhension, la force, la patience et le courage de présider aux destinées de cette haute juridiction... » Les mots sont bien choisis et bien pesés avant d’être lâchés.

Idrissa Traoré a-t-il bien perçu le message des travailleurs ? Rien n’est moins sûr. En effet, la compréhension et le courage ont manqué au président de cette institution ; sinon comment comprendre que les travailleurs assistent depuis cinq ans à une gestion purement clanique de la boîte. Rien ne coûtait au président Traoré de mettre les ressources allouées à l’institution à la disposition de ceux qui peinent chaque jour pour que cette prestigieuse institution puisse connaître un bon fonctionnement.

Le représentant des travailleurs après avoir reconnu qu’un bon boulot a été abattu par le Conseil constitutionnel lors des deux dernières élections (présidentielle de novembre 2005 et municipales d’avril 2006) par le personnel, il n’a pas passé sous silence le problème des indemnités des membres et du personnel de l’institution. En effet, depuis le début du fonctionnement de l’institution, il n’y a aucune indemnité servie à ceux qui ont été affectés pour assurer le fonctionnement du Conseil constitutionnel.

Les travailleurs n’ont droit à des indemnités que pendant les périodes électorales. En principe ces indemnités devaient couvrir pendant chaque consultation électorale, une période de 90 jours. Mais il y a eu des élections où les travailleurs n’ont eu droit qu’à 20 jours ou encore un mois d’indemnités. A ce niveau, il n’y a vraiment rien de précis et cela dure depuis une demi-décennie déjà. Comment les travailleurs peuvent-ils comprendre et surtout interpréter cette cacophonie qu’il y a au Conseil constitutionnel ?

Un naaba dans sa cour royale

En réponse au représentant des travailleurs, le président Traoré s’est réfugié derrière la Constitution du 2 juin pour justifier le flou qui entoure le problème des indemnités et le manque du statut du personnel. Soit ! Y a-t-il un texte qui fixe par exemple la répartition de la dotation annuelle du carburant ?

A supposer que les ressources financières allouées par l’Etat pour le fonctionnement du Conseil constitutionnel ne soient pas suffisantes comme du reste dans toutes les autres institutions pour qu’on puisse allouer des indemnités aux travailleurs, mais il y a quand même 60 millions de Fcfa pour le carburant. Sa répartition laisse chacun pantois au Conseil constitutionnel.

Les neuf membres du Conseil constitutionnel perçoivent chacun 100.000F par mois ; la secrétaire générale elle perçoit 75.000F de carburant par mois. Dans l’année, tous ces heureux bénéficiaires totalisent 11.700.000F. Et le reste de la dotation soit 48.300.000F revient à monsieur le président et son DAAF dont les dotations individuelles sont inconnues.

Dans le mois donc monsieur le DAAF et son président disposent de 4.025.000F de carburant. On comprend pourquoi le DAAF à lui seul s’est affecté deux véhicules, un pour lui-même et l’autre pour transporter ses enfants à l’école. Le DAAF à ce que l’on dit affiche une suffisance qui révolte au sein de l’institution. Il n’a d’égard pour personne sauf pour le président. Quant au président Traoré, l’homme selon les informations qui nous sont parvenues il se comporterait comme un naaba dans sa cour royale. Un comportement qui révolte plus d’un au Conseil constitutionnel.

Flou artistique autour d’un marché

Même dans une SARL dans laquelle le directeur détient toutes les actions, on ne peut pas adopter tel comportement vis à vis des travailleurs à plus forte raison que nous sommes bien dans un service public. Idrissa Traoré et son DAAF se croient certainement que la chose leur appartient. Pour tout dire, il y a un malaise profond et grandissant au sein de cette institution censée vérifier la régularité des scrutins électoraux.

A ce climat délétère vient maintenant s’ajouter des démêlées judiciaires. L’entrepreneur Yaméogo qui a obtenu le marché de construction du bâtiment devant abriter l’institution a traîné le Conseil constitutionnel en justice. Le président Traoré lui aurait demandé des travaux supplémentaires qu’il refuse de payer.

C’est pourquoi certains pensent que le sieur Yaméogo n’a pas un problème avec le Conseil constitutionnel mais plutôt avec le président Traoré et son DAAF qui ont géré ce marché dans un flou artistique total. Nous avions depuis l’année dernière été mis sur une piste pour mieux comprendre cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive au Conseil constitutionnel. Mais les portes auxquelles nous avons frappé ne se sont pas ouvertes.

Nous avions dû arrêter l’investigation sans avoir eu la moindre information. Doit-on comprendre que le temple est solidement bien gardé ? Ce qui est sûr tout finit par se savoir dans cette savane du Burkina Faso. C’est juste une question de temps. Mais ce n’est pas seulement au Conseil constitutionnel que les travailleurs se plaignent de M. Idrissa Traoré.

Avant d’être à la tête de cette institution, M. Traoré est le président de la Fédération des Associations des parents d’élèves (FAPE). Une fédération qui devait renouveler ses instances dirigeantes depuis 1996. Depuis 11 ans c’est le même bureau présidé par le même Traoré et l’ensemble des parents d’élèves aimeraient bien savoir où sont rentrés les prélèvements des cotisations qui sont régulièrement reversés dans les comptes de la FAPE.

                                                                                           Michel Zoungrana

                                           Sources l’hebdomadaire burkinabè L’Indépendant



01/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres