L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Deux femmes mortes foudroyées à Toudbwéogo

Les Figas du jour

 

Deux femmes mortes foudroyées à Toudbwéogo

 

Une femme et sa belle-fille ont été abattues par la foudre pendant la pluie de dimanche sur Ouagadougou.

Ce drame laisse perplexe plus d'un habitant de ce village situé à la périphérie de la ville.

Que s'est-il passé exactement ce dimanche 12 août 2007 ? Après la première pluie, une femme est sortie faire la lessive avec l'eau qu'elle a recueillie. Soudain, il recommença à pleuvoir, et c'est à ce moment qu'elle a été foudroyée au milieu de la cour avec trois autres personnes qui, elles, se trouvaient dans leur maison. Chose curieuse, la foudre a regroupé toutes les victimes avant de leur tomber dessus.

Deux femmes sont mortes sur le coup, les deux autres victimes ont été transportées d'urgence à l'hôpital par les sapeurs-pompiers.

La légendaire solidarité africaine a souffert à l'occasion de cette douloureuse épreuve. Personne ne voulait s'approcher des corps après l'oraison funèbre du catéchiste de la localité, puisqu'aucune explication, même irrationnelle, n'a pu être donnée à ce drame. L'enterrement a eu lieu presque à la sauvette à la tombée de la nuit sans formalités particulières, comme il est de coutume chez certains après une mort "provoquée".

Cette famille a perdu deux autres des siens en d'autres circonstances, il y a moins d'un mois. L'acharnement du sort a eu raison du fils d'une des victimes qui a déserté la cour pour une destination jusque-là inconnue.

Aux dernières nouvelles, les deux blessées étaient de retour hier dans la matinée, après des soins.

En outre, le fils "déserteur" avait regagné le bercail.

Cette histoire vient rappeler une autre où, au début des années 80, la foudre était tombée sur une famille de huit (08) personnes et leur chien, à la fois, les tuant tous.

 

 

Fait divers

Victime de l'excès de vitesse

 

Un accident mortel est survenu dans la nuit du jeudi 2 au vendredi  3 août  2007.

Un jeune d'environ 23 à 25 ans a percuté la barrière ouest de l'ambassade des Etats-Unis sur l'avenue Raoul Follereau. La victime, sur une moto Rainbow, serait arrivée en trombe du côté du siège de la Banque mondiale et aurait percuté la barrière de sécurité. La monture est passée en dessous pour échouer à quelque 30 m plus loin, mais le conducteur, lui, est resté accroché à la grosse et lourde barre en acier qu'un camion de plus de 10 tonnes lancé à une vitesse de 80 à 100 km/h n'aurait pas franchie. Inutile de dire que le jeune est mort sur le coup.

De source digne d'intérêt, la victime serait un apprenti-convoyeur dans une société de transport de la place. Elle serait rentrée ce jour-là du Niger et tentait, tout épuisé qu'elle était, de rejoindre son domicile. Elle a dû tourner un carrefour avant, elle qui voulait certainement emprunter l'avenue John F. Kennedy, mais s'est retrouvée sur cette avenue de la mort.

Le nettoyage des lieux a été fait toute la nuit, car le sang humain est difficilement effaçable, surtout lorsqu'il est versé sur l'asphalte.

Inutile également de dire que tout de suite, on a pensé à des terroristes et à un attentat-suicide.

 

 

 

Feed-back

 

Nous avons reçu ce coup de gueule d'Etienne Sawadogo qui ne comprend pas pourquoi les autorités n'ont pas encore interdit la vente de ces bonbons en forme de cigarette. Son écrit vient appuyer notre alerte parue sous la même rubrique le 15 mai 2007, et qui était intitulé : "Il faut interdire ce bonbon" !

 

On voit circuler actuellement des bonbons emballés comme des bâtons de cigarette. Il est difficile à priori de se rendre compte qu’il s’agit de bonbons. Les enfants en raffolent  bien sûr.

Au-delà des bonbons se cache un esprit machiavélique : utiliser des enfants pour  faire  la publicité de la cigarette - ce qui est interdit -, pire encore, susciter en eux, dès leur jeune âge, l’envie de fumer. Nul n’ignore les conséquences dramatiques de la consommation de la cigarette, et il me semble inopportun, voire criminel de faire subtilement la publicité de la cigarette par le biais des enfants. C’est, à mon avis, un acte assimilable à un crime prémédité contre les enfants et la jeunesse pour de l’argent.

Les ministres de la Santé, de l’Economie et des Finances ainsi que les associations de lutte contre le tabac doivent s’insurger contre de telles pratiques. Je vous saurais gré de bien vouloir insérer dans votre journal ce coup de gueule, car je suis vraiment indigné de voir des enfants tenir des bonbons sous forme de cigarettes ; certains sont intéressés par les bonbons ; d’autres, cigarette à la bouche,  essayent d’imiter ceux qui fument.

Voici même l’adresse du vendeur de ces bonbons : food@yahoo.com.cn, adresse marquée sur ladite "cigarette", juste pour vous convaincre de la situation. Tous mes encouragements pour le travail abattu chaque jour.

 

A la BNSP

 

Deux femmes mortes foudroyées, un mort par suite de noyade, un décès après des malaises, une personne qui trouve la mort en tombant au fond d'un puits et deux citoyens n'ayant pas survécu à des blessures contractées dans des accidents de la circulation, telles sont les nouvelles les plus dramatiques en provenance de la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP).

Ces statistiques concernent la semaine du 6 au 12 août 2007. A celles-ci que peut-on ajouter ? Dans la rubrique des accidents de la circulation, on retient que 21 piétons ont été renversés par des engins à deux roues et 6 autres par des automobiles.

15 personnes, ayant perdu l'équilibre de leur monture, ont goûté à la température du bitume.

Outre les sorties pour causes d'accidents de la circulation, 18 ont eu lieu pour le transport de blessés. On a dénombré 22 évacuations sanitaires et le transport de 3 femmes vers des maternités.

Un incendie n'ayant fait aucune victime a été circonscrit.

 

Dans nos maternités

 

En cette période du 6 au 12 août 2007, la maternité de Gounghin (secteur 9) a enregistré les naissances de 26 bébés dont 15 fillettes. Il y a eu 2 avortements et 1 mort-né.

L'autre structure du même quartier, mais située au Secteur 8, a vu naître 31 chérubins, les garçonnets sont au nombre de 14.

1 mort-né est à déplorer.

La maternité "Pogbi" a inscrit ceci dans ses registres : 21 enfants du sexe masculin contre 18 de l'autre ; 1 mort-né et 3 avortements.

La palme du plus grand nombre de nouveau-nés revient à la maternité du secteur 21, où il y a eu 24 mouflets et 23 mouflettes. On y parle aussi de 2 mort-nés et d'un avortement.

 

L’Observateur Paalga du 14 août 2007



14/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres