L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Elle perd 400 000 F CFA dans un taxi

Les Figas du jour

 

Fait divers

Elle perd 400 000 F CFA dans un taxi

 

On croyait la pratique révolue à jamais et voilà qu'elle refait surface. Il s'agit des pickpockets qui opéraient dans les taxis où à deux ou trois, ils détroussaient leurs victimes. L'astuce était tout le temps la même qui consistait à coincer l'honnête client à l'arrière du   véhicule et à lui faire les poches avec une dextérité dont ils ont seuls le secret.

Depuis que les citoyens faisaient beaucoup plus attention, le phénomène reculait.

Malheureusement, dame O.S. a eu la désagréable surprise de voir ses 400 000 F CFA s'envoler comme dans un conte de fées,  mardi dernier.

Partie de Bendogo (secteur 28) pour le centre-ville,  elle allait constater à sa descente de taxi que son argent lui avait été volé.

Elle a encore en tête que l'arrière du véhicule, où elle avait pris place, était plein comme un œuf. Elle sait aussi que sur son injonction, le conducteur avait freiné pour lui signifier que rien ne traînait au plancher.

Où était alors passé son pognon ?

Avait-elle le droit d'accuser les autres clients à l'arrière du véhicule ?

Il ne lui restait donc plus que les yeux pour verser de chaudes larmes, elle qui descendait en centre-ville pour s'offrir une nouvelle mobylette.

La seule solution, pour  éviter ce genre de situations, est de refuser de prendre place dans un véhicule où on ne pourra pas être à l'aise, surtout lorsqu'on porte sur soi de l'argent ou des objets de valeur.

 

Alerte

Où est située la pharmacie Bénania ?

 

Dans le cadre de ses offres de services, le réseau de téléphonie mobile Telmob permet de consulter les pharmacies de garde. Chose qui facilite bien de situations quand on se souvient qu'il fallait soit consulter des calendriers ou même se rendre devant une pharmacie pour se référer à un tableau d'affichage. De nos jours, tout cela est oublié avec les nouvelles technologies. Seulement, il y a parfois de petits couacs.

En effet, Telmob, en fournissant les noms des pharmacies de garde de la semaine du 21 au 28 juillet 2007 a commis une petite erreur qui peut avoir de lourdes conséquences : le réseau a écrit pharmacie Bénania qui, en fait, n'existe pas.

Au cours du week-end, de nombreux clients ont cru lire Béthania, s'y sont rendus pour se retrouver devant des portes closes. Et comme le nom était bien Bénania et non Béthania, ils n'ont pas songé un seul instant à se diriger vers Wemtinga (secteur 27) où Bénaia avait grandement ouvert ses portes.

Telmob fait beaucoup pour sa clientèle, mais devra veiller à corriger ce genre de petites erreurs où une lettre "n" change tout.

 

Vite, des balises au bord de ce canal !

 

Il y a quelques années de cela, la mairie de Ouagadougou procédait au lancement des travaux d’aménagement du canal des 1 200 logements, puis de celui de Wemtenga. Grâce à ces deux ouvrages, les eaux de ruissellement sont mieux drainées dans ces zones au grand bonheur des populations surtout que çà et là, des ponts ont été construits pour faciliter le passage d’une berge à l’autre d’un canal.

Tout aurait été parfait si les autorités communales avaient pris le soin de baliser le pont et surtout cette espèce de barrage qui existe du côté de la Circulaire juste après le maquis TV5. En effet, l’infrastructure est si proche de la route que quand il y a une forte pluie et que la retenue est pleine d’eau, il devient difficile aux usagers de la route de se faire une idée de la distance qui sépare le terre-plein des bords de la retenue (voir photo).

Et  ce n'est pas cet automobiliste qui a failli plonger dans la retenue parce qu’il voulait juste se garer sur le terre-plein en attendant la fin de la pluie qui dira le contraire. N’eût été la vigilance de sa femme qui était assise à côté de lui, leur voiture aurait atterri dans le “barrage”.

Mieux vaut prévenir que guérir. Pour éviter l’irréparable un jour, la mairie gagnerait à baliser correctement cette retenue. Les nombreux usagers de cette route ne lui  en seront que très reconnaissants.

 

S.O.S.

Non aux stationnements anarchiques

 

Dans le présent S.O.S., des résidants de la cité SOCOGIB disent leur ras-le-bol face aux stationnements anarchiques de certains gros camions devant leur maison.

Ils demandent au maire Simon Compaoré d'agir, à travers cette lettre ouverte :

 

Monsieur le maire,

 

Le 21 mai 2007, nous vous adressions une pétition faisant état de la transformation en autogare de notre cité longeant l'Avenue des Tensoba, tout en vous demandant d'intervenir pour mettre fin à cette situation.

A ce jour, rien n'est fait, et c'est à peine si les chauffeurs et les convoyeurs de ces gros camions ne nous narguent pas par leur arrogance face à notre incapacité à les empêcher de se garer à côté de nos habitations.

Tenez ! L'encombrement de la voie, par ces camions, a causé un accident à une de nos voisines qui a été obligée d'arrêter de travailler deux semaines durant.

Aussi, pour éviter le pire et une éventuelle révolte de la part des résidants, nous vous faisons de nouveau un appel du pied à mettre fin à cette situation qui n'a que trop duré.

Veuillez agréer, Monsieur le maire, l'expression de notre profonde reconnaissance.

 

Les résidants

 

A la BNSP

 

96 accidents de la circulation ont été inscrits dans les statistiques enregistrées au cours du 16  au 22 juillet 2007 par la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP).

Il y a eu 74 victimes de télescopages entre usagers d'engins à deux roues.

30 cyclomotoristes ont été renversés par des automobilistes et 15 autres sont tombés tout seuls de leur monture.

Un véhicule s'est retrouvé les quatre fer en l'air. Ses quatre occupants ont pu rejoindre les centres de soins grâce aux hommes de la Brigade.

A toutes ces personnes transportées pour cause d'accident de la circulation, il faut ajouter :

- 21 blessés conduits à l'hôpital ;

- 23 citoyens pris de malaises ont pu rejoindre des services spécialisés pour recouvrer la santé ;

- les soldats ont procédé à 10 évacuations sanitaires ;

- une femme en couche  a pu se rendre dans une maternité avec le concours des soldats du feu.

 

Dans nos maternités

 

Au cours de la semaine du 16 au 22 juillet 2007, "Pogbi" a enregistré les naissances de 16 garçonnets et de 15 fillettes. Un  mort-né est à déplorer.

La maternité du   "secteur 15" a totalisé 24 nouveau-nés dont 13 du sexe féminin. Il y a eu un avortement.

La structure sanitaire de "Gounghin (secteur 8)" a vu naître 33 bébés dont 20 mouflets. On évoque aussi  2 mort-nés et 1 avortement.

Les statistiques de ces trois maternités nous apprennent qu'elles ont toutes inscrit dans les registres les naissances de garçonnets pesant 4 kg et plus.

Au "CMA de Pissy (secteur 17)", l'on a assisté à la venue au monde de 27 enfants du sexe masculin contre 22 de l'autre. Il y a eu 2 mort-nés.

 

«Les Figas du jour»  in L’Observateur Paalga du 24 juillet 2007



24/07/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres