L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Internet, où es-tu donc ?

Internet, où es-tu donc ?

On le dit très souvent, les analphabètes du XXIe siècle seront ceux qui n’auront pas accès aux Technologies de l’information et de la communication (TIC). Si l’Afrique est encore à la traîne, le Burkina ne fait pas l’exception.
En fait, le constat sur le terrain est alarmant. En dehors de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, les deux principales villes du pays, Internet reste un luxe au Burkina, Internet est pratiquement inexistant dans le Burkina profond. Outre la fracture déjà grande entre pays riches et pays pauvres, une autre fracture numérique est en train de se creuser entre villes et campagnes dans les pays pauvres. Il a fallu les législatives, pour qu’on se rende compte qu’il était pratiquement impossible de travailler sur le net dans certains chefs-lieux de région. C’est le cas de Dédougou dans la Boucle du Mouhoun qui ne dispose que d’un seul cybercafé en l’occurrence celui du Centre de lecture et d’animation culturelle (CLAC). Ce cyber fonctionne clopin-clopan, tant le réseau est défaillant à l’impuissance et au grand dam des internautes. Que dire alors des villes moyennes ? Sinon que Internet y est absent. Cette situation devrait interpeller plus d’un (politique, opérateurs privés, société de télécommunication CSC, CENI) à l’action. Surtout que le Burkina dispose d’une stratégie nationale de promotion des TIC. Les cyber stratégies nationales ne devraient pas dormir dans les tiroirs, il faut les mettre en application pour désenclaver numériquement les régions. D’autant plus que celles-ci peuvent contribuer à accélérer le développement durable en aidant les institutions locales du service public à fournir des services plus efficaces. Pour favoriser l’émergence d’une société de l’information, il est temps d’accroître les actions visant à réduire la fracture numérique et la marginalisation des pauvres. Le train de la nouvelle ère dans laquelle le monde est entré a décollé, il appartient à chaque pays de se donner les moyens d’embarquer à temps, faute de quoi, il risque de ne jamais arriver à destination.

Par S. Nadoun COULIBALY

Sidwaya du 11 mai 2007



11/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres