L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le parquet requiert des peines de 18 à 36 mois contre les étudiants

Procès des 35 étudiants

Le parquet requiert des peines de 18 à 36 mois

Le procès des 35 étudiants accusés entre autres, de dégradation de biens publics et privés lors des manifestations du 17 juin dernier s'est poursuivi toute la journée d'hier 25 juin, avec d'abord l'audition des 9 prévenus qui n'avaient pu être entendus la veille. Comme les 26 premiers, ceux-ci ont plaidé non coupables. 4 d'entre eux ont toutefois reconnu avoir participé à la marche du 17 juin 2008 qui, on se rappelle, s'était terminée par un affrontement violent entre étudiants et forces de l'ordre. A la suite des auditions, la partie civile représentée par M. Koné, secrétaire général de l'université de Ouaga est passée à la barre, mais n'a pas réussi à éclairer la lanterne du tribunal sur la culpabilité des étudiants accusés. Aux différentes questions des avocats de la défense, le représentant de l'UO a répondu presque invariablement qu'il était dans son bureau le 17 juin au moment des échauffourées et qu'il n'était donc pas à mesure de témoigner sur les agissements des étudiants et des forces de l'ordre. "Pourquoi avez-vous interdit la marche des étudiants? Pourquoi avez-vous fait appel aux forces de l'ordre plutôt que de recevoir la plate-forme revendicative des étudiants? Pourquoi avoir précisément fait appel à la gendarmerie nationale qui est une force d'intervention de second niveau plutôt qu'à la police?..." sont autant d'autres questions posées par les avocats de la défense au représentant de l'université et qui sont restées sans réponses convaincantes.

A la suite d'une réquisition qui aurait duré plus d'une heure, le parquet, par la voix du procureur Kafando, a demandé au tribunal de retenir une peine de 18 mois contre certains des prévenus, 24 mois contre d'autres et 36 mois contre certains autres. La requisition du parquet n'a pas apporté de précision sur la nature des peines (ferme ou avec surcis). Les uns à la suite des autres, les avocats de la défense sont passés à la barre pour leurs plaidoiries qui ont duré jusqu'aux environs de 20 h moins le quart. Ils ont été unanimes sur le caractère vide et léger ("au propre comme au figuré") du dossier et ont demandé au tribunal la relaxe pure et simple des 35 étudiants "pour infraction non constituée". Au moment où nous tracions ces lignes, l'audience avait été suspendue et devrait reprendre au bout d'une heure et demie pour le délibéré. Nous y reviendrons donc dans notre édition de demain.

Paul-Miki ROAMBA

Le Pays du 26 juin 2008



26/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres