L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Mandat présidentiel français : Une limitation qui ne doit pas faire des heureux en Afrique

Mandat présidentiel français

Une limitation qui ne doit pas faire des heureux en Afrique

Nuit du mercredi 23 mai 2008. L’Assemblée nationale française adopte trois importantes mesures : le référendum d’initiative populaire, le contrôle du parlement sur certaines nominations et, surtout, la limitation du mandat présidentiel. Justement, de cette limitation du mandat, parlons-en.

La promesse avait été faite en novembre 2003 par le président Nicolas Sarkozy, alors simple candidat à la succession de Jacques Chirac à l’Elysée. C’est désormais chose faite une année après son accession au pouvoir. « Nul ne peut être élu plus de deux fois consécutivement président de la République », dispose le nouvel article 6 de la loi fondamentale française. Une rupture constitutionnelle avec un principe de non-limitation de mandat vieux de plus de 130 ans.

Moins qu’en France, où dans les faits, nul ne pouvait être élu indéfiniment, c’est en Afrique, dans les démocraties en trompe-l’œil qui ne trompe plus personne que cette loi va inévitablement déranger. Dans leur espérance plutôt indécente d’un règne ad vitam æternam, certains dirigeants africains ont tripatouillé à souhait leurs constitutions en élaguant ce qu’elles contiennent de plus noble : la limitation du mandat présidentiel.

Ainsi en a-t-il été avec feu Gnassingbé Eyadéma au Togo, Omar Bongo au Gabon, Lansana Conté en Guinée, Blaise Compaoré au Burkina Faso en 1997, lequel a été contraint, en 2000, phase éruptive de la crise consécutive à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, à revenir à l’article 37 originel, Idriss Déby au Tchad… Tout dernièrement, le 10 avril 2008, c’était le casanier du palais d’Etoundi, le Camerounais Paul Biya, 25 ans de pouvoir, qui faisait sauter le verrou constitutionnel afin de pouvoir briguer un mandat supplémentaire en 2011. Et partout où cela s’est passé, les nègres de service, les âmes damnées de nos roitelets, faute d’arguments, sombrent dans la ritournelle atterrante : « Même en France, il n’y a pas de limitation au mandat présidentiel ». Eh bien, maintenant si !

Dans le cas présent, la France demeurera-t-elle l’exemple à suivre ? Autrement dit, la réforme qui vient d’être adoptée à l’unanimité au palais Bourbon va-t-elle faire tache d’huile dans les cours des princes qui nous régentent ? Il faut craindre malheureusement que non. Car lorsqu’il s’agit de la conservation de leurs trônes, certains chefs d’Etat africains, manipulant les hommes et les choses avec un art consommé du machiavélisme, ne sont jamais à court de parades aussi viles soient-elles.

Il ne serait donc pas étonnant que certains, qui n’entendent se laisser clouer facilement le bec, n’en viennent à citer la Chine, oui la grande Chine, comme « pays exemplaire » où la non-limitation des mandats n’a pas empêché l’Empire du Milieu d’afficher, seul au monde, une croissance à deux chiffres. En tout cas, ce n’est pas cette dernière loi française au goût de kärcher qui inspirera qui on sait en Afrique.

 

Alain Saint Robespierre

L’Observateur Paalga du 26 mai 2008



26/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres