L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Meurtres à Ouaga : Deux suspects arrêtés, un en cavale

MEURTRES A Ouaga

Deux suspects arrêtés, un en cavale

«Qui a osé faire ça ?» La question n’a pas encore de réponse. Mais deux suspects, Modibo Maïga et Boubacar Sana, ont été arrêtés. Ils sont détenus au commissariat central de police de Ouagadougou. Un autre, Hamadou Zampaligré, a pris la poudre d’escampette. La police est à sa recherche. Ils sont accusés d’avoir tué et mutilé Sampadé Bancé dit Yella et Oumarou Bambo Maré. Les têtes des victimes ont finalement été retrouvées le 16 mars, au barrage n°2 de Ouagadougou.

Hier, les familles en deuil ont exigé une autopsie avant l’inhumation du corps de Oumarou Mambo Maré. Celui de Sampadé Bancé avait déjà été enterré. Mais sans la tête. Le commissaire Paul Sondo, chargé de l’enquête, leur a signifié que l’autopsie avait déjà été faite, et que, pour atténuer les tensions, notamment les casses et les incendies, il fallait procéder à l’inhumation du second corps. Mais les plaignants n’ont pas pu voir les résultats de cette autopsie.

« Si la famille veut une contre-expertise, les corps pourraient être exhumés par la suite», a-t-il déclaré au président de la Ligue pour la défense de la justice et de la liberté (LIDEJEL), Ousmane Nacro. Hier matin, cette organisation de défense des droits humains a rencontré les familles en deuil. Elle a entamé une médiation «pour que la paix revienne et que justice soit rendue».

C’est elle qui a initié la rencontre avec le commissaire Sondo. La LIDEJEL a aussi préconisé que les deux familles prennent un avocat. Selon nos sources, elles devaient contacter à cet effet Me Dieudonné Bonkoungou. Et il semble qu’une plainte sera déposée pour «assassinat et mutilation de cadavres». En outre, les proches des victimes ont demandé à la police de retrouver d’autres parties manquantes du corps.

«Le cou et le sexe de Oumarou Maré n’ont pas encore été retrouvés», affirme l’un deux. Mais le corps a finalement été enterré hier après-midi. Le ministre de la Sécurité, Djibrill Bassolé, a rendu visite aux familles en deuil le 17 mars dernier. Il a promis que la lumière sera faite sur cette affaire. On attend de voir.

Hervé D’AFRICK

Le Pays du 19 mars 2007



19/03/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres