L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Quand la G.A. assure le parrain de la SNC !

SNC 2008

Les coulisses de la SNC

 

              Quand la G.A. assure le parrain de la SNC !

 

Depuis quelques années, c’est le parfait amour entre la G.A. (Générale des assurances) et la SNC. Assureur officiel de la manifestation, cette société d’assurances offre, depuis 2006, une pause-café sur le site de la foire à la presse.

Ce qui est plus surprenant, c’est le fait de découvrir que la GA accorde gratuitement les garanties pendant la période de la SNC, telles qu'une assurance individuelle contre les accidents corporels subis par les membres statutaires du Comité national d’organisation (plus de 100 personnes). Cela est valable également pour le parrain de l’édition, en l'occurrence Mgr Anselme Titianma Sanon ; une assurance incendie pour le siège du CNO-SNC, y compris  l’aire de la foire et de la compétition en arts du spectacle. Elle est également donatrice d’un Prix spécial dans la catégorie danse traditionnelle pool jeunes, ainsi que d’une assurance individuelle accidents de 3 mois gratuitement à une vingtaine de lauréats du palmarès officiel, etc.

Au regard de ces avantages, on se demande : à quand le tour de la presse ? Il faut y songer…

 

La peur exagérée du CCF Henri-Matisse

 

La conférence inaugurale sur le thème de la 14e édition : «Une éducation culturelle pour une jeunesse citoyenne», animée par le parrain, s’est déroulée le lundi 24 mars 2008 dans la soirée au Centre culturel français Henri-Matisse. La salle de conférences s’est révélée petite pour contenir le public ; du coup, près d’une dizaine de journalistes n’ont  pu y accéder. Et lorsqu’un membre de la commission Presse-publicité a mis le nez dehors pour remettre un document, il lui a été interdit l’accès pour raison de sécurité selon les propos du propriétaire des lieux. De quoi étonner plus d’une personne, car cette peur exagérée du terrorisme n’a pas sa raison d’être.

 

 

L’heure n’est pas à la fête à la cité estudiantine de Colsama

 

Pendant que la SNC bat son plein, au niveau de la cité universitaire de Colsama (au secteur 21) de Bobo-Dioulasso, l’heure n’est pas à la fête. Car après qu’un de leurs camarades, en l’occurrence Judicaël Bambara, 4e année d'agronomie, a éprouvé de vives douleurs gastriques, les étudiants ont décidé de manifester leur colère le mardi 25 mars 2008 contre le restaurant, assuré par l’hôtel Diyanna. Selon les plaignants, à l’issue d’une de leurs enquêtes, ils ont découvert que le contenant des pattes alimentaires et de certains autres menus avait des dates de péremption dépassées. Ce qui les amène à suspecter ce que l’on leur sert à manger. Les pensionnaires de la cité de Colsama ont donc exposé les plats du déjeuner du mardi 25 mars 2008 devant la porte de leur établissement faisant face à une route, tout en prenant le soin de retenir en otage le prestataire et le responsable chargé de la restauration. Des négociations entre les différentes parties ont abouti au remplacement du restaurant, en attendant qu'on voie plus clair dans cette affaire.

 

La gendarmerie fait la chasse aux promoteurs informels des jeux du hasard

 

A la faveur de cette manifestation, il n’est pas rare de voir aux abords du siège de la SNC des attroupements de jeunes. Au milieu de la foule, des promoteurs de jeux du hasard tentent de convaincre le public que son avenir se trouve dans la boule qui tourne sur leur table, dont le circuit est encadré par des pointes de fortune. Marchés de dupes et exercice illégal ? En tout cas, le mercredi 26 mars 2008, la gendarmerie a décidé d'en traquer les initiateurs. Certains ont simplement été interpellés et leur matériel récupéré.

 

La RTB fait sa «prodada» à la foire

 

La Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) a jugé opportun d’aller au cours de cette édition à la rencontre du public pour lui donner plus d’informations sur l’institution mais également sur ses différentes prestations. Un stand aux couleurs de la RTB, juste à l’entrée de la foire, est ouvert aux visiteurs. Une offensive de charme et une opération de marketing qui doit inspirer les autres organes de presse.

 

Des jeunes testent leurs connaissances sur l’excision

 

Dans un stand au Centre culturel français Henri-Matisse, des jeunes se bousculent devant un rang difficile à former. Il s’agit de l’espace réservé au Comité national de lutte contre la pratique de l’excision (CNPE). Les deux hôtesses de faction autorisent les enfants à choisir un bout de papier portant une question sur l’excision dans un panier et d’y répondre. Le jeu semble intéresser les jeunes candidats, dont certains n’hésitent pas à laisser entendre aux autres visiteurs qu’il s’agit d’un jeu pour enfants pour éviter toute concurrence déloyale.

Rassemblés par

Cyr Payim Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 27 mars 2008



27/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres