L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Standing ovation" pour Mariam

ATB

"Standing ovation" pour Mariam

 

Arrivée tard dans la nuit du dimanche 14 au lundi 05 octobre 2007 pour participer à la célébration du 20e anniversaire de la disparition tragique de son mari, Mariam Sankara était hier dans la matinée à l'Atelier théâtre burkinabè (ATB), où une foule en délire lui a réservé une "standing ovation" digne des stades anglais.

 

Même pendant les temps forts des différentes éditions du Festival international du Théâtre pour le développement (FITD), l'Atelier théâtre burkinabè (ATB) aura rarement connu une telle affluence. En effet, ils étaient hier des milliers de jeunes à répondre présents à l'appel des sankaristes, à l'occasion de leur symposium.

Et dire que ce serait en désespoir de cause que les sankaristes de tous poils, unis pour une célébration commune du 20e anniversaire, ont jeté leur dévolu sur cet espace culturel  où ils ont, le temps d'une commémoration, installé leur quartier général.

Tout compte fait, c'était le point de chute le plus opérationnel et le plus disponible pour ces opposants au régime de Blaise Compaoré, l'ami, mais aussi le tombeur du président du CNR.

Et il y avait du monde dans les environs tout comme dans l'enceinte de l'ATB. Dans la foule compacte, de nombreux jeunes surexcités et criant à tue-tête.

Des cris de ralliement qui rappellent la période révolutionnaire : "A bas l'impérialisme !" et d'autres slogans étaient fréquemment scandés.

On notait  également la présence de tous ceux qui, contre vents et marées, ne monnayent pas leur attachement indéfectible aux idéaux de Sankara. Parmi eux, Me Bénéwendé Sankara, le doyen Joseph Ouédraogo, Alexandre Sankara, le jeune candidat aux dernières législatives, les députés Yamba Malick Sawadogo, Adama Dèra et le métronome du symposium, notre confrère Chérif Sy de Bendré... et nous en oublions. Tenez, nous avons aperçu, tiré à quatre épingles tel un Congolais, comme il en a d'ailleurs la nationalité, Me Dieudonné Kounkou, l'un de ceux-là qui, depuis de nombreuses années, défendent devant la justice les ayants droit du défunt président du CNR.

Dans tous les cas, aux yeux de la jeunesse africaine, l'image du président du CNR n'a pris aucune ride, aucune éclaboussure. Du fin fond du Ghana au Cameroun, en passant par le Mali voisin, voire dans la lointaine Afrique du Sud et au sein de quelques mouvements altermondialistes, Thomas Sankara, 20 ans après sa mort, conserve intacte sa notoriété des premières lueurs de la Révolution.

 

"Voici venue la première Dame"

 

Qui d'entre nous n'a pas été violemment pris à partie hors du Burkina par quelques jeunes fougueux tout simplement parce qu'on porte la nationalité burkinabè ?

C'est à peine si pour eux les hommes et les femmes du Pays des hommes intègres ne sont pas tous des Judas, pour avoir "laissé assassiner  notre idole sans mot dire" !

Ainsi, pour bien de jeunes du continent et au-delà, Sankara est entré dans le cercle restreint des immortels du berceau de l'humanité au même titre que Kwamé N'Krumah, Steve Biko, Patrice Lumumba, Nelson Mandela et quelques autres.

Hier, Me Bénéwendé Sankara, celui qui, à en juger par la représentativité de son parti (l'UNIR/MS) au sein de l'Hémicycle (quatre élus) passe pour l'étoile montante de la galaxie sankariste, était tout en sueur, le portable collé à l'oreille. Tout d'un coup, on le voit bondir vers la sortie. C'était pour aller accueillir Mariam Sankara.

Venue à bord d'une Mercedès "Classe C" de couleur grise, elle était accompagnée d'une foule de sympathisants qui lui ont réservé une "standing ovation" digne des stades anglais et qui ne cessaient de crier à tue-tête : "Voici venue la première Dame". Selon des informations, qui restaient à être confirmées, elle venait tout droit de la villa que possédait son époux de président, à la rue Roguin-Miki porte 186, côté ouest du stade municipal, non loin du siège du PDP/PS.

 

Quelques rondeurs supplémentaires

 

Habillée en Faso Dan Fani, la cinquantaine pimpante, cette dame que nous avons connue  discrète, toujours au volant de sa Nissan Galante bleue, immatriculée 4000 BF, est restée presque égale à elle-même, 20 ans après. Presque, disons-nous, sauf que les outrages du temps lui ont donné quelques petites rondeurs supplémentaires qui n'enlèvent cependant rien à son charme, bien au contraire. Elle est restée presque la même, avec toujours  ce côté timide et un sourire en coin.

Etant à l'époque proche d'un de ses cousins, nous avions eu le privilège de l'approcher. Et son militaire de mari ne cessait de l'appeler "la veuve", tant il se disait que tel un martyr, il n'avait plus beaucoup de temps à faire sur cette terre, à moins que ce ne fût pour conjurer le sort.

C'était à la fin de l'année 1980 et le couple logeait à Kamsonghin à l'actuel domicile de Me Benoît Lompo. Economiste de son état, Mariam, à cette époque, était employée au Conseil burkinabè des chargeurs (CBC).

C'est cette femme qui est arrivée avec une escouade de sympathisants, hier, à l'ATB.

Mais pourra-t-elle jouer un rôle national au Burkina ?

Difficile de répondre de manière catégorique à cette question. Par contre, nous savons que les querelles de leadership ont divisé les sankaristes en différents clochers,  se taclant parfois tels de vulgaires chiffonniers goujas. Et il ne sera pas exagéré de dire qu'en certains aspects, l'animosité qui existe entre certains sankaristes est plus forte que la rancœur qu'ils nourrissent vis-à-vis de ceux d'en face.

Alors, avec cette donne Mariam, l'unité des sankaristes est-elle vraiment possible ?

En tout cas, elle en est un dénominateur commun et hier, nous avons dû jouer des coudes pour lui tirer quelques mots (voir interview) tant l'ATB, comme indiqué plus haut, grouillait de monde et les bousculades nombreuses.

 

Boureima Diallo

L’Observateur Paalga du 16 octobre 2007



16/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres