L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un sit-in pour dénoncer le mutisme de la direction de l'ONATEL

Revendications des travailleurs de l’ONATEL

Un sit-in pour dénoncer le mutisme de la direction

Les travailleurs de l'Office national des télécommunication (ONATEL) ont observé un arrêt de travail jeudi 25 octobre 2007 dans la matinée. Un sit-in et une assemblée générale ont servi de cadre pour exiger de leur direction générale qu'elle se penche véritablement sur leurs préoccupations.

La nouvelle direction de l'Office national des télécommunications (ONATEL) issue de la rétrocession de ladite entreprise à Maroc Télécom ne veut pas se pencher sur les préoccupations des travailleurs. Depuis près d'une année qu'elle est aux commandes, elle ne fait qu'esquiver les rendez-vous pour discuter des problèmes des travailleurs. C'est la conviction des employés de la nationale des télécommunications, avec à leur tête leurs responsables syndicaux. Pour l'y contraindre, ces derniers ont observé un arrêt de travail dans la matinée du jeudi 25 octobre dernier. Au sit-in qu'ils ont organisé devant le siège de l'entreprise ce jour-là, ils entendaient voir le directeur général descendre de son bureau pour s'adresser enfin à eux. Selon Valentin Sawadogo, SG du Syndicat national des télécommunications (SYNATEL), depuis début 2006 que l'ONATEL a changé de mains, les responsables des travailleurs ont, en vain, cherché à rencontrer le nouveau directeur pour discuter de leurs revendications urgentes. Il s'agit notamment de la correction de certaines "incohérences" ; de la question des experts marocains qui ne sont pas, à leurs yeux, des experts mais des travailleurs expatriés ; de la question de l'organigramme de l'entreprise ; de l'externalisation de certaines activités. Bref, il s'agit d'une plate-forme en 14 points que les travailleurs veulent voir satisfaite par leur direction. Concernant le cas spécifique des experts marocains, Valentin Sawadogo et ses camarades disent comprendre difficilement que des experts soient nommés directeurs et n'aient pas les mêmes conditions de travail que leurs homologues nationaux. En outre, ils s'étonnent de "l'allergie" du DG à la question de la grille salariale des employés. "Nous voulons une orientation claire sur ces questions", a averti le responsable des travailleurs.

Devant la mobilisation des travailleurs en cette matinée, le DG aurait promis, dans un premier temps, de descendre s'adresser à eux. Mais finalement, il proposera de recevoir une délégation. Proposition que les manifestants rejetteront. En fin de compte, il a promis une note de service ce matin même pour situer les employés. Il s'agit notamment de rencontrer ceux de Ouagadougou en deux groupes le samedi prochain et l'autre, le samedi en quinze. Sur-le-champ, certains manifestants ont préconisé que le mouvement soit poursuivi jusqu'à ce que le DG s'adresse à eux. Mais, après moult concertations, ils conviendront de suspendre et de procéder par le dépôt d'un préavis de grève qui pourrait intervenir après le 6 novembre prochain. Selon les responsables syndicaux, le mouvement serait suivi sur toute l'étendue du territoire.

Par Ladji BAMA

Le Pays du 26 octobre 2007

 

ENCADRE

Selon la direction générale

* Il s'agit de la première année de changement ;

* De gros chantiers comme les investissements, les équipements, les ressources humaines, la nouvelle culture commerciale doivent être engagés et réussis ;

* Tous les points de revendications ont déjà été abordés plusieurs fois et chaque fois qu'une occasion s'est présentée ;

* Il n'y a aucun sujet tabou, rien n'est refusé et certaines revendications sont mêmes très anciennes.

En conclusion

* Le dossier ressources humaines est traité auprès du département des ressources humaines qui a déjà des rencontres avec le syndicat ;

* Une rencontre avec le SYNATEL pour l'ensemble des points de revendication est placée au 6 novembre 2007, le DRH étant actuellement absent ;

* Bien avant, une rencontre avec le personnel de Ouagadougou est prévue pour le samedi 27 octobre comme celle de Bobo Dioulasso en avril et les autres régions suivront.

Au vu des engagements de la direction générale et la disposition d'esprit au dialogue du SYNATEL, on espère que tout rentrera très vite dans l'ordre et que des concertations permettront à tous de ce comprendre mieux.



25/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres