L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un surveillant terrassé par un élève

Un surveillant terrassé par un élève

L’histoire se passe dans un important établissement privé de Bobo. Un élève et un surveillant ont eu une altercation dans le bureau du dernier. On ignore ce qu’ils se sont dit. L’élève s’est vu poursuivre par le surveillant qui l’a bousculé au passage.

Excédé l’élève, tel Athanase MOUSIANE dans ses œuvres, s’est emparé des deux jambes du surveillant avant de le mettre à terre. Une telle scène dans un établissement devant les élèves suscite un vrai tollé. Les élèves les plus récalcitrants ont récupéré le scénario à leur guise. Ils se sont tout simplement mis à scander le nom de l’élève bagarreur.

Ce sont les professeurs qui sont venus séparer les deux pugilistes. A l’arrivée, le surveillant s’est tiré avec une nuque « percée ». Pour bien le soigner, il a fallu qu’on lui rase complètement la tête. Après concertation, les responsables de l’établissement ont décidé d’exclure l’élève de la classe de 4e qui a osé blessé son surveillant.

Mais ses camarades ne veulent pas entendre cela. Pour eux, l’élève n’a rien fait. La faute vient du surveillant qui aurait trop de problèmes « extra-scolaires » avec les élèves. Mais personne n’a voulu expliquer la nature de ces problèmes. Cette histoire a fait la une de la plupart des grins de Bobo où les avis restent partagés.

 Les uns accusent les élèves d’être maintenant des têtes brûlées. Pour eux, ils ne vont plus à l’école pour apprendre le savoir et l’éducation mais pour s’amuser. La grande majorité des élèves d’aujourd’hui sont à l’école parce qu’ils n’ont pas eux-mêmes le choix. Ils sont prêts à tout pour semer la zizanie. Les études ne sont pas leur fort. Alors ils cherchent toujours des alibis pour cafouiller le coin. Pour le cas de cet élève, ils pensent que la faute incombe aux parents.

L’école est certes un lieu d’éducation mais la première éducation doit provenir des parents. Il ne faut pas tout laisser entre les mains des seuls éducateurs scolaires. L’éducation familiale est plus importante que tout. Seul un enfant bien éduqué à la maison pourra comprendre le sens de l’éducation à l’école.


Les enfants doivent apprendre à respecter les anciens… pour les autres par contre, l’élève n’a rien à voir avec ce problème. C’est le surveillant qui serait le fautif. S’il a un problème avec un élève en tant qu’éducateur, le mieux serait de le raisonner plutôt que de le brutaliser devant ses camarades.

Il n’a récolté que ce qu’il a semé. Pourquoi poursuivre l’élève qui était déjà sorti de son bureau. Maintenant que l’irréparable s’est produit, il faut qu’on cherche un terrain d’entente pour garder l’élève parce que selon la version des élèves, le surveillant ne serait pas aussi blanc comme neige. Sans rentrer dans les détails, disons simplement que les uns et les autres doivent mettre un peu d’eau dans leur vin afin de surmonter ce problème qui risque de donner une mauvaise image de l’établissement qui a pourtant fait les beaux jours de la ville de Sya.


Avant d’exiger qu’on te respecte, il faut que toi-même tu te respectes d’abord. A méditer pour conclure cette histoire qui continue de faire des gorges chaudes dans ledit collège.

"Le petit fâkir, toujours dispo"

Source, L'Opinion N°493 du 21 au 27 Mars 2007



23/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres