L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Une Lettre pour Laye : Chaîne de solidarité pour la petite Wendkouni

Une Lettre pour Laye du 27/07/2007

 

 

Cher Wambi,

 

Aussi bien la constance que l'abondance des pluies de ces derniers jours  suffisent à conclure que le purgatoire, que plus d'un prédisait à l'issue de la présente campagne agricole, est en train de se muer en paradis.

En tout cas, les inquiétudes commencent à s'estomper, comme on peut s'en apercevoir, à entendre les paysans chanter et siffloter sur les chemins des champs.

Les relevés pluviométriques de la semaine du jeudi 19 au mercredi 25 juillet sont illustratifs de l'espoir qui renaît. Juges-en toi-même : Dori = 46,8 mm ; Ouahigouya = 33,5 mm ; Ouaga-aéro = 16 mm ; Dédougou =  94,8 mm ;  Fada N'Gourma = 79 mm ; Bobo-Dioulasso = 105,3 mm ; Boromo = 31,4 mm ; Pô = 126,1 mm ; Gaoua = 31,2 mm ; Bogandé = 27,3 mm.

Maintenant, au travail donc !

 

Occupé par les travaux champêtres, cher cousin, tu es loin de t'imaginer les grands chantiers en expansion à Simonville. Je ne serais pas étonné qu'après les récoltes, dès ton premier séjour, tu ne puisses reconnaître la capitale.

Si, de par le passé, il fallait aller en Eburnie pour admirer les buildings, de nos jours, Ouagadougou présente tout d'une ville moderne.

Et à côté des grands immeubles qui poussent, il y aura bientôt des échangeurs pour rendre la circulation urbaine plus fluide.

Du côté de la cité An IV B à la Patte-d'Oie, sur la nationale 3, les ouvriers s'acharnent à offrir à Simonville son premier échangeur. C'est te dire que la circulation à ce niveau serait fortement perturbée si l'entreprise en charge de ce chantier gigantesque n'avait pas pris des mesures préventives.

Mais, malgré tout, car il y a un mais, les désagréments ne manquent  pas pour les riverains.

Tout comme l'on ne peut faire d'omelette sans casser des œufs, l'on ne peut  construire un échangeur sans barrer des voies, voire restreindre la circulation.

En tout cas, ceux qui se réjouissaient il n'y a pas longtemps du déguerpissement de "Confiance yaar", ce marché traditionnel jadis réputé pour la vente de toutes les viandes inimaginables, disent vivre aujourd'hui comme dans la Bande de Gaza, en Palestine, du fait des corridors qui ne respectent aucune logique.

D'où cet appel pressant qu'ils lancent  afin que les mesures restrictives  soient allégées en faveur des riverains qui ne peuvent vivre ailleurs que chez eux.

Quelle idée a-t-on en effet de creuser des fosses communes aux portes des habitations ?

 

Cher Wambi, tu as certainement eu vent de la pathétique histoire de Wendkuni, cette petite orpheline traitée moins bien qu’une bête eu égard à ses difformités. Eh bien, je puis t’annoncer, le sourire aux lèvres, que l’appel au secours lancé par l’Observateur paalga dans sa parution du mardi 24 juillet n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Mieux, la voix de la petite malheureuse a été entendue dans les hautes sphères de l’Action sociale. Wendkuni est ainsi arrivée sous la pluie battante du mercredi soir, en provenance de son Yorgho natal, accompagnée de quelques responsables de l’Action sociale du Centre-Ouest, mandatés par  le ministre Pascaline Tamini pour la ramener dans la capitale.

Elle est depuis, hébergée à l’hôtel maternel, une nouvelle structure en attente d’inauguration, située dans l’enceinte de la direction provinciale de l’Action sociale du Kadiogo, sise à la Patte-d'oie. J’y étais à son arrivée, et selon le mandataire du ministre, Silvère Kientéga, DR du Centre-Ouest,  dans les prochains jours, elle verra des spécialistes en chirurgie pour les premières consultations préalables à une éventuelle intervention. La petite est donc désormais entre de bonnes mains, me suis-je fait dire. Cher cousin, que cherchions-nous si ce n’est une telle réaction ?

Je dois aussi te dire combien nous avons été heureux de savoir qu’il existe toujours des âmes sensibles et compatissantes. Depuis la parution de l’article en effet, le journal n’a cessé de recevoir des coups de fils de personnes souhaitant contribuer de diverses manières à donner de meilleures conditions de vie à Wendkuni l’orpheline. Ces personnes, cher cousin, dis-leur que puisque «beaucoup de viande ne gâte pas la sauce», elles peuvent toujours aider la fillette, maintenant sous la protection de l’Action sociale. Une chaîne de solidarité commence d'ailleurs à se tisser en faveur de la petite. Entre autres maillons de cette chaîne, tu as Albert Ouédraogo du TOCSIN qui s’est déclaré solidaire de toute action en faveur de la petite.

Pour coordonner tous ces efforts, il est nécessaire, cher cousin, que ces personnes désireuses de mettre la main à la pâte se retrouvent afin de coordonner leurs actions. D’ores et déjà, ceux qui veulent s’enquérir des nouvelles de l’enfant peuvent appeler à l’Action sociale du Centre au  : 50 38 40 22 et pour l’action sociale du Centre-Ouest au : 50 44 10 61.

 Raphaël K. Zongnaba, directeur régional de l’Action sociale du Centre, m'a assuré de la parfaite collaboration de son service pour le bien de la petite Wendkuni. 

En tout cas, déjà, des âmes charitables, dont des opérateurs économiques désireux de garder l'anonymat, n'ont pas hésité à délier les cordons de la bourse afin que Wendkuni, ce don de Dieu, hier abandonné vive désormais dignement.

 

Hélas, cher cousin, il s'avère que depuis un certain temps, des Burkinabè aussi s'illustrent dans la cybercriminalité, à l'exemple d'autres nationalités bien connues pour en détenir le monopole.

Il y a de quoi donc être désormais très méfiants envers tous ceux-là qui nous promettent le bonheur depuis les cybercentres, car il y a l'arnaque au rendez-vous.

J'en ai eu la preuve quand j'ai reçu personnellement, il n'y a pas longtemps, dans ma boîte une proposition de partenariat à l'effet de monter une affaire de 750 millions de nos francs.

L'expéditeur de ce mail suspect qui prétend être le responsable du département comptabilité d'une banque de la place n'est pas passé par quatre chemins pour me dévoiler son plan :

"J'ai décidé de vous contacter, a-t-il écrit, pour une transaction qui sera très salutaire à nous deux une fois terminée.

Au cours d'opérations de contrôle et d'audits, mon département a découvert une somme importante d'argent par hasard. Cette somme appartient à un étranger décédé en novembre 2003 dans un accident d'avion.

Les fonds dorment dans son compte chez nous, sans réclamation de sa famille ou de ses parents avant notre découverte.

Personnellement, j'ai maintenu cette information secrète à mon niveau et à celui de mes associés pour permettre de mettre en place un plan qui puisse m'être profitable et trouver les idées pour mettre ce plan à exécution.

Cette somme est de 750 millions de F CFA. Comme vous pouvez le constater, cela peut vous intéresser.

J'ai obtenu votre contact sur l'internet. A mon avis et sincèrement, je crois que vous seriez capable de soutenir des affaires d'une telle importance, sans aucun problème".

Cher cousin, je te fais grâce du reste de ce discours séducteur, car l'on n'a pas besoin d'être un devin pour savoir qu'au fond du cyber trône un escroc à la recherche d'une proie.

Tu me connais suffisamment, je ne suis pas du genre à mordre vite à l'appât.

C'est ainsi qu'en appelant au numéro téléphonique que le prétendu responsable du département comptabilité de la banque m'a laissé, je me suis vite aperçu qu'il s'agissait d'un faux.

Dès lors, j'ai commencé à me poser des questions sur la véracité de sa  nationalité, burkinabè, et sa profession.

Je t'en parle dès à présent, cher cousin, afin que tu restes sur tes gardes, car, comme le dit si bien l'écriture, nul ne sait l'heure à laquelle le voleur va venir.

 

Cher Wambi, les mânes et les fétiches ont exaucé nos prières. En effet, comme je te l'annonçais dans ma précédente lettre, Alain Saint Robespierre, le grand reporter de l'Observateur paalga, a participé à la cérémonie officielle de proclamation des résultats du "CNN Multichoice journalism award 2007" pour lequel il était nominé avec 25 autres confrères, sélectionnés sur près de 1700 candidats. Il a finalement remporté le premier prix en presse écrite le 21 juillet 2007. Il est rentré du Cap, Afrique du Sud, avec ce prestigieux prix, que le journal a dédié à toute la presse burkinabè dans le "Regard sur l'actualité" du mardi 24 juillet 2007. Deux (2) jours plus tard, le 23 juillet, un autre Burkinabè, Simon Gongo, étudiant en troisième année de communication et journalisme de l'Université de Ouagadougou décrochait le premier prix de "BBC Talents". Ce concours récompense les meilleurs journalistes en herbe dans la production d'un magazine de cinq (5) minutes au maximum en français sur un support audio. Voilà qui confirme le sceau de qualité de la presse burkinabè comme le titrait d'ailleurs L'Observateur paalga dans le "Regard sur l'actualité". Certainement que d'autres prix suivront.

 

Maintenant, et avant de t'ouvrir le carnet secret de Tipoko l'Intrigante, cher cousin, je voudrais te parler d'une personnalité qui a marqué l'histoire de notre pays, de la Haute-Volta au Burkina Faso. Ministre des Finances, ambassadeur, médiateur du Faso, président de la Commission permanente de concertation Etat/secteur privé ; ce sont là, entre autres, des fonctions qu'elle a occupées. Militaire, elle est l'un des rares généraux de notre armée à porter trois étoiles. Il n'y a qu'à t'évoquer "la garangose" pour que tu saches à qui je fais allusion. Eh bien, comme tu l'auras déjà imaginé, il s'agit du général Tiémoko Marc Garango.

Après donc toutes ses péripéties, laisse-moi t'annoncer que ce monument burkinabè vient de publier un ouvrage dont la dédicace a lieu ce vendredi 27 juillet à 18h30 mn dans la salle de conférences de la Chambre de commerce, d'industrie et d'artisanat (CCIA) à Ouagadougou. "Général Tiémoko Marc Garango, Devoir de mémoire" ; tel est l'intitulé de l'œuvre, préfacée par Zéphirin Diabré qu'on ne présente plus. Entre autres sujets traités : l'histoire financière de la Haute-Volta, notamment le redressement financier, la gestion de la monnaie et le rôle de l'armée républicaine. Retiens qu'avant même sa dédicace, le livre s'arrache comme de petits pains. Il m'est revenu que beaucoup d'institutions ont déjà lancé leurs commandes. Parmi elles, la présidence du Faso qui en aurait pris 100 exemplaires.

Je pense, cher cousin, que tu ne te feras pas prier pour prendre le premier bus de l'axe de Laye pour être de la fête ce vendredi qui coïncide avec le 80e anniversaire de l'auteur de l'ouvrage, puisque né le 27 juillet 1927.

Joyeux anniversaire, mon Général !

 

Le 6 juillet dernier, l'ambassade du Burkina à Paris a réceptionné un important lot de pièces archéologiques (262 au total) frauduleusement sorties du territoire national et saisies par les douanes de Rouen en France.

En novembre 2006, lors du contrôle des bagages d'un couple affirmant déménager du Burkina, une équipe de douaniers de Rouen composée de Mme Emmanuelle Berthet, de messieurs Arnaud Wacogne et de Vincent Yon, découvre plusieurs dizaines de pièces archéologiques. En effet, en lieu et place d'effets personnels, c'est surtout des fragments de poteries, des statuettes, des morceaux de fer et bien d'autres objets résultant visiblement de fouilles archéologiques attestées par la présence d'outils adéquats, des marteaux et des pinceaux.

Après consultation d'un expert parisien, la conclusion est faite qu'il s'agit bien de pièces d'une valeur historique incontestable, car certaines datent du 11e siècle. Et conformément à la convention internationale de l'UNESCO, elles sont donc protégées.

L'ambassade du Burkina est rapidement mise au courant, et les démarches s'engagent pour leur restitution, car comme le rappellera Bruno Mirande, directeur général des Douanes à Rouen (principale plate-forme portuaire entre l'Afrique et la France), les douanes, en plus de leur mission traditionnelle, s'occupent de la préservation du patrimoine. C'est donc avec une légitime fierté qu'ils ont organisé la sympathique cérémonie de restitution de ces 262 pièces archéologiques.

Le conseiller culturel de l'ambassade, Souleymane Ouédraogo, a, au nom de l'ambassadeur, exprimé toute la gratitude du Burkina Faso aux douaniers rouennais pour leur exploit. Il leur a assuré  que les dispositions seront prises pour que ce trésor regagne rapidement le sol burkinabè.

 

Afin de réussir la lutte contre la désertification, tous les citoyens doivent former un front commun, car aucune intelligence n'est de trop.

On plantera des arbres chaque saison pluvieuse que le bon Dieu fera, mais nos efforts seront vains tant que nous ne freinerons pas la coupe abusive du bois, notamment en procédant à l'éradication définitive des feux de brousse.

Plus que jamais, il s'avère impérieux de sauvegarder l'environnement, en envisageant la solution du gaz, une autre source d'énergie.

C'est en tout cas le pari que promet de réussir Gaz des pétroles liquéfiés service (GPL Service), une initiative entièrement burkinabè qui veut faire dans la distribution du gaz butane. Son artisan n'est autre que Paul Sawadogo, un professionnel bien connu tant en Afrique qu'en Europe, qui a servi trois décennies durant à Total Burkina, en qualité de responsable spécialiste du gaz

N'a-t-il d'ailleurs pas reçu en 2002 la médaille d'or du meilleur responsable gaz  du Groupe Total pour l'Afrique de l'Ouest  ?

Souhaitons seulement que l'autorité puisse l'accompagner dans son entreprise qui combat sur deux fronts, ceux de la désertification et du chômage.

 

Tous les anciens élèves et sympathisants du Centre de formation professionnelle (CFP) de Fada N'Gourma sont conviés à une réunion le samedi 28 juillet 2007 à 16h 00 dans la maison des frères de la Sainte-Famille sise côté nord du siège de Telmob, en vue de la préparation du cinquantenaire de leur cher établissement. La présence massive de tous les anciens sera la preuve de leur  attachement au Centre.

 

 

Le Centre national d'éducation ouvrière accueille le samedi 28 juillet 2007, à 9 h, l'assemblée générale extraordinaire de l'Amicale des anciens élèves du Cours normal Antoine-Roche et du Lycée Yam-Waya de Ouahigouya. Tous les membres de l'Amicale sont invités à cette rencontre.

 

Ce samedi, 28 juillet, à 15 h, se déroulera dans la ville de Kombissiri l'édition 2007 des Concours d'excellence au primaire et au secondaire.

A cette occasion, le gouverneur de la région du Centre-Sud, président du Comité d'organisation, convie les élèves, parents-d'élèves et ressortissants de la région à la cérémonie de récompense. Une centaine de prix seront décernés aux élèves et enseignants méritants, à l'effet de cultiver l'excellence dans l'éducation.

Que toutes et tous soient mobilisés pour l'éducation, afin de relever le défi des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en la matière. Le gouverneur de la région du Centre-Sud, président du Comité régional d'organisation des concours d'excellence au primaire et au secondaire édition 2007, serait heureux de vous compter parmi ses invités.

 

La 12e édition du Camp chantier international de reboisement se tiendra du 1er au 10 août à Pô dans la province du Nahouri. Dénommé "Reverdissons le Burkina", ce camp, organisé par l'Union des jeunes pour le développement (UJO), connaîtra la participation de 250 jeunes.

Des activités socioculturelles, des conférences et ateliers sur des thèmes d'actualité marqueront ce rassemblement.

 

Le président de l'Association pour le développement du département de Kongoussi (ADDK-BAM) invite tous les ressortissants du département résidant à Ouagadougou à prendre part à une assemblée générale statutaire de l'Association le dimanche 29 juillet 2007 à partir de 9 heures précises au domicile de monsieur Sawadogo Georges sis à Gounghin près du bar Number One.

Ordre du jour :

1. bilan de fin de mandat du Bureau exécutif de l'ADDK-BAM;

2. renouvellement du Bureau exécutif ;

3. divers.

Cette manifestation, parrainée par le Coordonnateur du PSTII, Jean-Bertin Ouédraogo, aura pour cadre cette année la salle de réunions de la Mission catholique de Kombissiri.

L'importance de la réunion requiert la présence effective de tous.

 

L’Observateur Paalga du 27 juillet 2007



26/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres