L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Accouplement entre un bélier et une ânesse à Dédougou

Accouplement entre un bélier et une ânesse à Dédougou

Les coutumiers crient au drame, les scientifiques expliquent

Le 21 octobre dernier aux environs de 15 h, sur l'espace vert du secteur 5 sis côté nord du bar la "Rosée" de Dédougou, nous avons été témoin d'un accouplement entre un bélier et une ânesse. Le bélier qui était attaché est, après plusieurs tentatives, parvenu à monter et à s'accoupler avec l'ânesse venue brouter le foin déposé à côté. Cette scène insolite a non seulement fait rire plus d'un témoin, mais a également suscité beaucoup d'interrogations et chacun y va de son commentaire. Elle a aussi heurté la sensibilité de certains qui se sont éloignés des lieux. "C'est la première fois que je vois une telle scène et je crois que seuls les techniciens de l'élevage peuvent nous donner des explications scientifiques de ce phénomène", affirme Moumouni Guira, témoin de la scène. Benjamin Bicaba, également témoin, pense plutôt que c'est seule la folle envie de s'accoupler qui a poussé le bélier à monter sur l'ânesse. Sinon, dit- il, "les deux sont de catégories différentes".

Ce fait insolite semble pris au sérieux chez les gardiens de la tradition à Dédougou. Selon Loba Dayo, chef traditionnel âgé de 92 ans, cette scène est un mauvais signe et est comparable à un sacrilège." Il nous faut faire des sacrifices pour conjurer le mauvais sort, "dit-il, avant d'ajouter que dans la coutume bwa, des châtiments corporels doivent être exercés sur toute personne reconnue coupable d'outrage publique à la pudeur. Cette justice traditionnelle est assortie de rites sacrificiels. Parce que cela porte atteinte aux bonnes mœurs. Pour ce qui est de ce fait insolite qualifié d'acte contre nature, un collège de sages va statuer sur la sentence qui devrait être prise à l'encontre des propriétaires des animaux. Elle pourrait se résumer à l'abattage de ces animaux et ou à des rites sacrificiels. C'est quelque chose que nous n'avons jamais vu ni entendu. Les consultations coutumières nous révèlent qu'un mauvais sort risque de s'abattre. Et il nous revient, en tant que coutumiers de faire quelque chose pour éviter le malheur qui plane", martèle Loba Dayo.

En attendant ces rites sacrificiels, le directeur provincial des Ressources animales du Mouhoun, Adama Yaméogo, nous a donné les explications suivantes : un bélier et une ânesse, ce sont des espèces différentes. Donc il n'y a pas de conception possible. Par conséquent, nous pouvons dire que c'est sûrement l'instinct, l'envie du mâle et comme il est probablement grand, il a pu monter. Cependant, il n'obtiendra rien. Parce qu'en fait qu'est-ce qui se passe ? Il arrive chez nous que pour recueillir la semence d'un bœuf performant, on lui présente une sorte d'image et par rapport à ça il chevauche. On lui présente un vagin artificiel comme il est monté, il pense que c'est une femelle et il éjacule dans le vagin artificiel, et on recueille comme ça la semence .C'est cette semence qu'on va travailler, distribuer, conserver pour pouvoir travailler avec. C'est vous dire que le mâle, parfois, ne suit que son instinct. C'est tout ce qui se passe. Mais, même entre des espèces qui sont pratiquement semblables, on obtient un fruit qui lui-même est fécond qu'on appelle des hybrides. Si vous croisez un cheval et une ânesse ou vice versa, vous obtenez un bardo mais qui ne donne plus. Il ne peut plus lui-même se reproduire. Ca s'arrête là. C'est la même chose que vous observez au niveau de la végétation. Il y a des semences hybrides. Ca veut dire que vous ne pouvez pas obtenir le même fruit en le ressemant à sa reproduction. C'est vous dire que dans le cas d'espèce, si effectivement on voulait recueillir la semence du bélier, c'était bien l'occasion. Et si on l'avait en fécondation, il n'y aura pas de fruit. Si on regarde la photo, on dirait que le bélier a atteint le sexe de l'ânesse. Pour motiver souvent le mâle, on met un peu d'eau tiède dans une cellule du vagin qui fait qu'il a la sensation que ça se passe réellement. Ici même, c'est naturel puisqu'en fait le bélier a atteint le sexe de l'ânesse. L'explication qu'on peut donner, c'est que probablement il n'y avait pas de brebis à côté. S'il avait eu le choix, il serait allé sur l'espèce qui lui convient. Je n'étais pas sur les lieux, mais très probablement le bélier était très voisin de l'ânesse".

Serge Coulibaly

Le Pays du 30 octobre 2007



30/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres