L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

An I de l’Accord de Ouaga : Un an après, l’horloge de la paix accuse du retard

An I de l’Accord de Ouaga

Un an après, l’horloge de la paix accuse du retard

4 mars 2007 - 4 mars 2008. Cela fait un an chrono que les frères ennemis ivoiriens ont signé les accords de Ouaga, qui campent la feuille de route pour aboutir à une présidentielle transparente, équitable et acceptée par tous. Un an donc que les adversaires politiques pour ne pas dire des adversaires tout court ont déposé les armes pour se parler "vis-à-vis". Lorsqu’en janvier 2007, Blaise Compaoré prend la tête de la CEDEAO lors du 32e Sommet de cette organisation sous-régionale, son homologue Laurent Gbagbo créera la surprise en conviant ceux qui ont pris les armes contre lui le 19 septembre 2002 à un dialogue direct sous la facilitation du chef de l’Etat burkinabè.

Et pour une surprise, c’en était une, car c’est vrai que dans le passé, les Ivoiriens ont confié leur crise au Togolais Gnassingbé Eyadéma, au Sud-Africain Thabo M’Beki et même au Français Jacques Chirac. Las, les Accords obtenus par ceux-là ont fait long feu.

Mais le fait que Gbagbo ait décidé que le président du Faso supervise ce dialogue direct a brouillé un peu les cartes de ceux qui pensaient cerner tout dans le marigot ivoirien. Blaise n’était-il pas le pyromane qui a mis la Côte d’Ivoire à feu, par l’entremise des rebelles du Nord ? Souvenons-nous des propos du chef de l’Etat ivoirien en 2002 : "Mon pays est attaqué... la Côte d’Ivoire est attaquée par des assaillants venus du nord...". Le nord désignant le Burkina et dans une moindre mesure le Mali.

N’empêche, le 22 janvier 2007 à Bobo-Dioulasso au pied-à-terre du président burkinabè, Gbagbo réaffirmera sa foi en son homologue du Faso : "J’ai confiance en Blaise Compaoré ... et je sais qu’il réussira cette facilitation", a-t-il laissé entendre ce jour-là.

Une confiance méritée puisqu’après moults réunions à Ouagadougou au cours desquelles Laurent Gbagbo et Guillaume Soro ont craché leur bile chacun sur l’autre, les Accords de Ouaga voyaient le jour le 4 mars 2007. Et l’image matérialisant cette entente et qui a fait le tour des capitales du monde présente Laurent Gbagbo, Blaise Compaoré et Guillaume Soro les mains des uns posées sur celles des autres, comme lors d’un pacte secret.

Désarmement des supplétifs, établissement de l’équivalence des grades, audiences foraines, identification des vrais Ivoiriens... et surtout présidentielle, tels sont entre autres les enjeux majeurs des Accords de Ouaga.

Un an après et quoiqu’on puisse en dire, ces accords constituent une chance pour les Ivoiriens de s’en sortir, "c’est le dernier round" comme disait un ex-chef rebelle. En effet, ils ont l’avantage d’avoir été l’œuvre des Ivoiriens eux-mêmes et d’avoir abordé presque toutes les questions qui fâchent.

Et surtout depuis le 4 mars 2007, on a l’impression que les Ivoiriens sont plutôt fatigués (cela a même donné naissance à un avatar du coupé-décalé : le fatigué-fatigué) de faire la guerre et veulent la paix : discours, meetings, marches par-ci pour saluer ces accords, flamme de la paix par-là pour dire qu’on est à 100% pour ces accords.

Les combattants des deux camps (loyalistes et rebelles) se retrouvent pour accorder leurs violons, les discours incendiaires font place à ceux apaisés. Le général Blé Goudé cesse ces opérations sit-in et "To nooma" (1).

Mais comme face à tout accord de ce type, à l’optimisme beat surtout relatif à la présidentielle a succédé la dure réalité de ce que sont les conséquences d’une guerre civile. Et le constat est palpable, en dépit de toutes ces avancées notables, l’horloge de la paix en Côte d’Ivoire retarde. A y regarder de près, surtout dans les détails, même si le diable s’y trouve, rien n’avance comme on veut dans cette recherche de la paix.

Ces retards, on le sait, sont le fait de certains faucons des deux camps : ceux de Laurent Gbagbo, qui estiment que le fondateur du FPI a fait trop de concessions aux ex-rebelles, et que ce qu’ils n’ont pas eu par les armes, ils l’auront du fait de cette faiblesse de Gbagbo.

Chez les Forces nouvelles, les pêcheurs en eau trouble voient aussi d’un mauvais œil cette résolution de la crise, synonyme de perte de pouvoir, de passe-droits, d’argent, en un mot de perte de "puissance". Rien qu’à penser à l’attentat contre l’avion du PM Guillaume Soro le 29 juin 2007 et à l’affaire IB, qui défraie la chronique actuellement, on se rend à l’évidence que ces accords n’ont pas tout réglé, loin s’en faut.

Car si l’on devait s’en tenir à l’esprit de ce consensus de Ouaga, à l’heure où nous tracions ces lignes, la Côte d’Ivoire aurait dû avoir un président de la République qui a prêté serment. Actuellement nul ne peut affirmer avec certitude quand aura lieu ce scrutin, reporté mille et une fois, même si "l’enfant des élections", comme Laurent Gbagbo aime à se définir, veut en finir rapidement avec ses adversaires par les urnes.

Cependant, ne tombons pas dans le fétichisme des dates. Que cette présidentielle ait lieu en juin 2008 (ce qui serait un miracle) ou fin 2008, voire même début 2009, l’essentiel est qu’elle se fasse dans une Côte d’Ivoire rassérénée, et en la matière, mieux vaut se presser lentement.

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 4 mars 2008



04/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres