L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Bienvenue au club, Monsieur Biya (Modification de Constitution)

Modification de la Constitution au Cameroun

Bienvenue au club, Monsieur Biya

Ça y est ! Paul Barthélémy Biya a obtenu sa Constitution, depuis ce 10 avril 2008. L’article 6, alinéa 2 nouveau de la Loi fondamentale du Cameroun, stipule désormais que le "Président de la République, élu pour sept ans, est rééligible".

Celui qui a remplacé Ahmadou Ahidjo en 1982 est donc pratiquement de fait roi du Cameroun, puisqu’à 75 ans et après 25 ans de pouvoir, il peut rempiler en 2011, date de l’expiration de son premier bail au palais d’Etoudi. A moins d’une présidentielle anticipée. "Une modification qui répare l’injustice qui voulait que le peuple ne puisse plus, à volonté, se donner le chef de son libre choix", a lâché le ministre des Relations avec le Parlement, Ougone Owona.

Cerise sur le gâteau, ce charcutage de la Constitution absout le chef de l’Etat de toute faute, puisqu’il lui confère une immunité après son mandat. Question de se la couler douce sans avoir affaire aux ennuis judiciaires de victimes qu’on sait souvent nombreuses. Enfin cette révision porte à 120 jours au lieu de 60 le délai imparti en cas de "vacance" à la Présidence, pour organiser une nouvelle élection. Ces dernières semaines donc, on peut dire qu’entre le chef de l’Etat et son peuple, c’est match nul : 1-1.

En effet, si suite aux manifestations violentes relatives à la vie chère, le Président du Cameroun a augmenté de 15% les salaires et allocutions, et exonéré certains produits de premier besoin de taxes douanières, ce n’était ni plus ni moins que pour calmer une rue bruyante, et détourner un tant soit peu l’attention du charcutage de la Constitution. Voilà donc le peuple qui a obtenu quelque chose, et Biya tout le pouvoir ! A 3 ans de la fin de son présent mandat, l’ancien élève du séminaire a décidé de pécher vraiment quitte à faire acte de contrition après, partant du fait qu’en religion, voire en politique, il n’y a pas de demi-faute.

De ce fait donc, Paul Biya a décidé de demeurer au pouvoir à vie, même si l’on entend certains dire que "rien ne prouve qu’il sera candidat en 2011". Une question pourtant se pose alors : si l’actuel Président du Cameroun ne voulait pas rester scotché à son fauteuil après 2011, pourquoi taillerait-il la Constitution pour y graver des mandats présidentiels illimités ? C’est sans doute qu’il veut que cette nouvelle mouture de la Loi s’applique d’abord et surtout à lui.

Biya et son Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) ont de quoi savourer cette victoire, car ils ont tous les leviers du pouvoir, et malgré les réprobations des opposants et d’une partie de la communauté internationale, l’homme de M’Vomeka peut encore régner jusqu’en 2018, car il n’a pas modifié la Constitution pour perdre la présidentielle de 2011. Sans doute a-t-il déjà sa petite idée de ce qu’il entend faire les prochaines années.

Bienvenue donc au club, Monsieur Biya, où vous ont devancé les Bongo, Blaise Compaoré, Idriss Deby Itno, Ben Ali et le défunt Eyadéma. Un club qui, à l’évidence, reste ouvert. Avis aux amateurs, qu’on sait nombreux sur le continent. Cependant, qu’il n’ignore pas que le monde politique est tout ce qu’il y a d’aléatoire et d’insaisissable, bref, d’équations à multiples inconnues. Et comme nous l’écrivions dans notre édition du 7 avril dernier (1) au sujet de cette modification constitutionnelle, "seule inconnue : la gestion de cette anticipation politique, car déjà les derniers événements au Cameroun montrent que la vie chère a servi de prétexte aux manifestants, qui, en vérité, souhaitent ardemment un changement de ce pouvoir vieux de 26 ans, gagné donc par l’usure et la routine".

Allusion à l’après-modification constitutionnelle, qui met désormais ce pays sur le chemin de tous les dangers. Le Social democratic Front (SDF), le principal parti de l’Opposition, dont les députés ont claqué la porte lors du vote de cette loi controversée, compte sur toute cette masse silencieuse de Camerounais. Elle a du reste donné la mesure de ses capacités de mobilisation et de contestation lors des événements de février 2008, qui se sont soldés par plus de 40 morts. Restera-t-elle indifférente face à ce coup d’Etat constitutionnel ? Nul ne peut prévoir la réaction des Camerounais. Ce qui est certain, avec cette nouvelle donne constitutionnelle, rien n’est plus comme avant :
 politiquement les prétendants de tout poils sont de nouveau perplexes, se demandant quelles sont les véritables intentions du deus ex machina camerounais. Une perplexité d’autant plus accrue que de nombreux dauphins présomptifs ont connu des fortunes diverses, si fait que ce n’est pas la joie quand on vous indexe comme probable remplaçant de Biya ;
 en outre, si en un quart de siècle, Biya n’a pu réaliser l’essentiel de son programme pour le Cameroun, le pourra-t-il dans les 5 ou 10 ans à venir, surtout qu’il sera frappé par la loi biologique, même si son homologue sénégalais est un "cas pathologique de bonne santé" (2) ? Encore que tout ce que le "Gorgui" fait ne soit pas toujours sensé (3) ;
 enfin, il faut bien que Biya comprenne qu’on ne peut pas gouverner indéfiniment un peuple contre son gré, à coup d’élections truquées et tronquées et de rafistolage constitutionnel.

Surtout qu’il a eu un maître, qui, quoi qu’on dise, lui a cédé le pouvoir, une façon de créer l’alternance. Pourquoi lui, Biya, ne peut-il pas emboîter le pas à Ahmadou Ahidjo, pour prouver à ses détracteurs qu’il n’est pas assoiffé de pouvoir ? Surtout que de la clameur réprobatrice de son peuple, il doit tirer toutes les conséquences et circuler pendant qu’il est temps.

La Rédaction

L’Observateur Paalga du 14 avril 2008

 

Notes :

(1) : In l’Observateur paalga du 7 avril 2008 : lire "Grille de lecture".

(2) : "Le cas pathologique de bonne santé" in Si près, si loin avec Wade de Cheick Diallo.

(3) : On peut citer par exemple la tentative de Wade de retirer le Sénégal de l’ASECNA.



14/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres