L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Bras de fer entre étudiants et administration

Université de Koudougou

Bras de fer entre étudiants et administration

 

Les responsables de l’université de Koudougou ont rencontré la presse le dimanche 27 mai 2007 pour lui faire le point de la situation qui prévaut au sein de l’institution. Cette conférence de presse était relative à la question de redoublement à l’Institut universitaire de technologie (IUT) de Koudougou, qui a poussé les étudiants, au cours de leur AG tenue le samedi 26 mai dernier, décidé d’une grève de 72 heures à compter de ce mardi 29 mai 2007.


Le point de presse a été animé par le président de l’université de Koudougou, Bila Gérard Segda, qui avait à ses côtés le gouverneur de la région du Centre-Ouest, le vice-président de l’université, le haut- commissaire du Boulkiemdé ainsi que d’autres collaborateurs. D’entrée de jeu, le président de l’université a précisé que l’objectif de cette rencontre était de porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale la situation qui prévaut au sein de son institution, à savoir, la grève des étudiants de l’IUT qui dure depuis trois semaines. Pour le professeur Bila G. Segda, tous les points de la plate–forme revendicative des étudiants avaient eu une satisfaction, sauf celui relatif au redoublement. Ce point avait été examiné et adopté par les instances supérieures dont le CFVU et le conseil scientifique, fait-il savoir, en précisant que ces instances ont donné leur accord pour le redoublement, mais en deuxième année et non en première année, comme le souhaitent les étudiants. C’est donc ce seul point qui oppose actuellement l’administration aux étudiants de l’IUT, soutenus par leurs camarades des autres départements, et qui, contre vents et marées veulent aller en grève le mardi 29 mai. Pour M. Segda, l’administration a tenu des discussions avec les étudiants le vendredi 25 mai en leur expliquant point par point, article par article, mais en vain. Car les étudiants disent qu’ils veulent un seul redoublement au cours de leur cycle sans être obligés à le faire uniquement en 2e année. Ce qui est contraire au contenu de l’article 21 qui fixe les conditions de redoublement. Le premier responsable de l’université a confié qu’il ne comprenait pas l’inquiétude des étudiants parce qu’il y avait des solutions palliatives en voie d’étude, telles que le transfert, la réorientation pour ceux qui n’auraient pas obtenu les 12/20 de moyenne en première année pour leur éviter d’utiliser tous les droits de redoublement, etc. L’administration se dit prête au dialogue qu’elle a ouvert depuis le vendredi 25 mai dernier. Cependant, le professeur Bila Gérard Segda a soutenu qu’il fallait être intransigeant sur les questions pédagogiques, académiques et scientifiques. Les étudiants qui ont boycotté le devoir le samedi 26 mai en le transformant en AG se disent prêts à continuer la lutte jusqu'à obtenir gain de cause. Pour le président de l’ANEB, Sylvestre Kambou, aucun étudiant n’est venu à l’université avec un plan de lutte, mais ce sont les circonstances qui l’exigent, a-t–il dit lors de cette assemblée générale à laquelle ont massivement pris part les étudiants. Notons que les étudiants ont déjà accusé un retard de trois semaines et ont jusqu’à 18 devoirs à composer.

Par Dabadi ZOUMBARA

Le  Pays du 28 mai 2007



28/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres