L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

CEP 2008 : un candidat s’intoxique

CEP 2008 : un candidat s’intoxique

 

Un candidat au CEP session 2008 du centre de Chauvigny à Banfora, s’est intoxiqué au premier jour de la composition en achetant les friandises vendues par les femmes dans la cour de récréation. Fort heureusement, l’agent de santé qui couvrait le centre a dignostiqué rapidement le problème et a pu lui éviter le pire en lui administrant les médicaments nécessaires. Toutefois, le candidat n’a pu continuer la session au regard de son état. Les vendeuses de friandises devraient se soucier de la qualité de ce qu’ils proposent aux écoliers, de la santé de ceux-ci au lieu de coûte que coûte faire des bénéfices même au détriment de la vie des mômes.

 

CDP : les mécontents suspendus

 

Ils sont nombreux les Burkinabè qui suivent de près les remous au sein du mega parti, le CDP. Le 13 juin, une session du Bureau exécutif national a eu lieu. Et comme, il fallait s'y attendre, ça bouge. Des sources proches de la réunion font état de la suspension des mécontents en attendant que les questions soient définitivement tranchées par le congrès. Ce sont Marc Oubkiri Yao, Amadé Taho, René Emile Kaboré et Pierre Tapsoba, tous signataires du mémorandum adressé au parti.

D'autre part, le personnel du siège du CDP, notamment le directeur qui avait été pris à partie par les mécontents dans leur seconde déclaration publique, a été félicité. Cette motion de félicitations vient calmer un tout petit peu une atmosphère pleine de suspicion au sein du parti.

 

Toéni comme refuge de certains touaregs maliens

 

Une quinzaine de touaregs maliens, originaires des villages de Sobo et d'Amoukandi dans le cercle de Koro, ont trouvé refuge dans le hameau de Sabrésso à 14 km de Toéni, le 11 juin dernier. Ils se seraient installés avec un cheptel de 70 petits ruminants. 21 membres de 5 autres familles seraient attendus dans les tout prochains jours sur le même site. Selon nos sources, des membres de cette même communauté s'y étaient déjà réfugiés dans la même localité entre 1994 et 1995 suite à des échauffourées.

 

Lycée technique de Ouagadougou : ça grogne

 

Il nous est revenu que des parents sont inquiets du sort de leurs progénitures inscrits au lycée technique de Ouagadougou(LTO). Pour cause, certains professeurs n'auraient pas suffisamment rendu visite aux élèves au cours de l'année, ce qui ne manquera pas d'affecter le niveau de ceux - ci. Une seule note aurait servi à calculer des moyennes du premier semestre. Pour les bulletins de notes, ces parents disent ignorer la couleur depuis la rentrée. Ils comprennent difficilement cela, d'autant plus que le LTO a pris une longueur d'avance sur d'autres établissements en informatisant le système de calcul des moyennes; il suffit donc d'introduire les notes et l'ordinateur se charge des calculs. Qu'est-ce qui explique alors qu'en fin d'année, des parents soient toujours dans l'attente du premier bulletin de leurs enfants?

 

Le colonel Bonkian se marie à Banfora

 

Le commandant de la deuxième région militaire, le colonel Alain Bonkian, a choisi la cité du paysan noir pour la célébration de son mariage. Cette union a été célébrée le samedi 14 juin dernier à la mairie de Banfora par le bourgmestre Souleymane Soulama et comme il fallait s’y attendre, il y avait du beau monde à la mairie. Ce mariage a a beaucoup intéressé les habitants de la cité du paysan tout comme celui du 29 décembre dans la famille de Koné Léonce. Heureux ménage mon colonel.

 

Bounouna : notre correspondant refoulé à une AG

 

Le samedi 14 juin 2008 à 9 h, les habitants du village de Bounouna, une localité située à 5 km de Banfora sur l’axe qui mène à Bobo Dioulasso, se réunissaient en assemblée générale afin de débattre de la construction du marché du village. L’espace identifié pour abriter le marché a posé problème et à ce que l’on dit les propriétaires terriens de ces lieux n’avaient pas marqué leur accord pour céder leur terre. A ce sujet, les propos s’étaient exacerbés et la presse s’était faite l’écho du problème en approchant certaines personnes. Mais pour certains Bounounalais, l’intervention de celles-ci dans la presse n’était pas tout à fait véridique. Et cette AG avait pour but de clarifier toutes ces zones d’ombre avant de se pencher, par vote s’il l’aurait fallu, sur le choix de l’emplacement du marché. Notre correspondant sur place à Banfora, s’est rendu à Bounouna pour assister à l’AG afin d’en retracer les grandes décisions. Il a purement et simplement été interdit d’accès à la maison des jeunes (c’est là que se tenait la rencontre) par le premier adjoint au maire de Banfora. En l’apercevant à la porte de la MJC de Bounouna, Tou Tièkoura Amadou a envoyé un des conseillers du village lui dire que la réunion ne concerne que les seuls fils du village. C’est dire que sous certains cieux au pays des hommes intègres, la liberté de la presse est loin d’être une réalité.

 

Le Pays du 16 juin 2008



16/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres