L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Commune rurale de Saaba : qu'est-ce qui fait courir le maire ?

Commune rurale de Saaba : qu'est-ce qui fait courir le maire ?

 

La suspension du maire de Saaba et de son 1er adjoint fait couler beaucoup d'encre et de salive dans les lieux publics (bars, cabarets, restaurants...). Si, pour une large majorité, la décision suspendant le maire Henri Ouédraogo et son 1er adjoint se justifie fondamentalement au regard de la gravité des faits, d'aucuns vont plus loin en demandant que le maire réponde de ses actes conformément aux textes en vigueur. Au regard de l'importance des fonds collectés et dilapidés, ils jugent nécessaire que le ministère de l'Administration territoriale approfondisse les investigations dans la commune rurale de Saaba, car d'autres faits graves émanant de la gestion de la commune auraient pu échapper à la vigilance de l'équipe chargée de diligenter l'enquête.

 

CMA de Yako : persistance de la divagation des animaux

 

Alors que l'on pensait le phénomène récurrent de la divagation des animaux fini, avec la construction de la clôture de l'hôpital de Yako, c'est avec étonnement que l'on constate le contraire dans ce haut lieu de la santé humaine. Tous les espaces herbacés du CMA sont envahis par des ovins, des caprins et des porcs qui ont désormais accès au domaine hospitalier par la grande porte, au même titre que les malades et leurs accompagnants. A qui la responsabilité? En tout état de cause, on peut accuser le dispositif mis en place par les responsables du CMA qui paraît inefficace. A cela s'ajoute la hauteur de la clôture jugée basse, ne pouvant empêcher surtout les caprins de l'enjamber. Le MCD et ses collaborateurs sont donc interpellés afin que la nuance entre les hommes et les animaux soit faite en matière de soins médicaux.

 

Crise universitaire : des femmes leaders s'engagent

 

Face à la crise qui secoue l'université de Ouaga depuis un certain temps, aucune initiative n'est de trop. Un certain nombre de femmes leaders et bien connues veulent s'engager à mener des actions en direction des autorités politiques et de la première dame. On apprend que par exemple des rencontres ont eu lieu avec Mme Jacqueline Ki-Zerbo, Mme veuve Lucie Kaboré, Mme Marie Louise Nignan, présidente de la coordination des associations féminines, Mme Suzanne Coulibaly, ancienne députée PDP/PS, Mme Marie Madeleine Ouédraogo, ancienne députée CDP, Mme Demba Fofana. Pour ces personnalités, aujourd'hui, ce sont les considérations humanitaires qu'il faut mettre en avant puisque depuis la fermeture des cités et des restaurants, de nombreux étudiants vivent dans des conditions précaires. L'initiative qui ne cherche pas à trancher la question de la responsabilité a été imaginée lors d'une formation du National democratic Institute (NDI) au profit de militantes de partis politiques en juin dernier et que Marlène Zébango (vice-présidente de l'UNDD) avait évoquée lors de sa communication.

 

Le Pays du 18 juillet 2008


18/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres