L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Insolite : Voici mon âne Azawak !

Insolite

Voici mon âne Azawak !

 

Est-ce une provocation ou une façon d'attirer l'attention des autorités du ministère des Ressources animales sur les autres espèces ou encore une ignorance de l'ordre du jour de cette rencontre? Seul cet éleveur saura  justifier son acte. En effet, à l'occasion de la cérémonie de remise de prix du concours meilleur éleveur zébu Azawak  qui a eu lieu le 28 juin 2007 à Yalgo dans le Namentenga, il s'est  invité à la rencontre pour présenter son âne bien dodu aux officiels (voir photo).

 

Bien  qu'étant en forme, son animal n'avait rien à voir avec l'objectif du projet de soutien à la diffusion du zébu Azawak afin d'accroître l'augmentation de la production laitière. N'ayant pas cette vocation, l'âne et son maître ont été purement et simplement éconduits par les organisateurs. L'âne, nous le savons, a été le premier moyen de transport dans notre pays et demeure un soutien inestimable  par le monde rural  particulièrement les éleveurs. Certainement qu'il a été mis a contribution pour transporter le fourrage et  l'eau pour les zébus Azawak dont on fait la promotion: esclave de tous  les jours, cet animal est souvent payé en monnaie de singe. En  tout cas, on connaît de grands opérateurs économiques de notre pays qui sont ce qu'ils  sont grâce  à l'apport de l'âne à leur début. Vivement que les promoteurs  de foires d'ânes fassent parler d'eux dans un bref délai  pour que notre brave éleveur fasse valoir son produit.

 

 

Alerte (1)

 

Entretien des routes à Ouaga

Arrêtez cette merde !

 

Que se passe-t-il exactement sur le bitume non loin de l'entrée du jardin le "Challenge"?

Chaque année, dès les premières pluies, aux mêmes endroits, le bitume est endommagé  et l'on procède à du replâtrage.

Est-ce à dire que c'est le travail qui est mal fait ? S'arrange-t-on entre copains pour s'octroyer des petits "gombos"? N'y a-t-il pas un tâcheron qui puisse combler définitivement ces crevasses?

Et comme si cela n'était pas suffisant, l'on se met à "rafistoler" le bitume un peu partout à travers la ville. Rares  sont les rues et avenues qui n'ont pas subi ces "colmatages" (voir photo).

L'usager de la voie publique ne sait plus comment se débrouiller pour garder l'équilibre sur son engin. Résultat : le nombre d'accidents de la circulation ne fait qu'augmenter.

Il faut  arrêter  cette merde! Seuls les entrepreneurs et tâcherons à même d'exécuter  correctement une réparation doivent être  retenus par les services en charge  de cette mission.

Néanmoins, il faut reconnaître que ces bitumes, quand bien même ils sont mal refaits, sont nettement mieux que les creuvasses, surtout lorsqu'il y a des eaux stagnantes.

 

 

SOS !

Tamoil : a-t-on idée d'éconduire un client ?

 

Le 1er juillet dernier, deux hommes ont vécu une situation bien curieuse à la station Tamoil située non loin du rond-point de la bataille du rail. Munis d'un bon d'essence de 5 000 F CFA, ils voulurent prendre chacun 1000 F CFA de carburant, et le pompiste opposa un refus net, car il était dans l'incapacité de rendre le reliquat, ne serait-ce que par un avoir.

Les deux clients augmentèrent leur mise à 1 500 F CFA chacun. Rien n'y fit ! Pire, le pompiste leur laissera entendre qu'ils feraient mieux de faire chacun le plein afin de consommer les 5 000 F CFA.

Face à l'intransigeance du vendeur, nos deux hommes durent se résoudre à quitter les lieux et à se rendre dans une autre station du même nom.

A-t-on idée d'être si incompréhensif ?

Et si les deux clients n'avaient plus assez de carburant pour aller ailleurs ? Les responsables de Tamoil gagneraient à revoir leur copie, car les stations-service sont légion au Burkina, et s'il est vrai que le client est roi...

 

 

A la BNSP

Deux amis se noient ensemble

 

Dramatique, ce qui s'est passé le 26 juin dernier au barrage n°2 de Ouagadougou!

Deux jeunes gens y ont trouvé la mort par suite de noyade, alors  qu'ils étaient allés se baigner.

Cette information est contenue dans les statistiques de la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs- pompiers pour la période du 25 juin au 1er juillet 2007.

167 sorties ont été effectuées pour secourir 202 victimes. Parmi celles-ci, il y a eu par exemple :

- le transport vers des centres de soins de  15 personnes prises de malaises. L'une d'elles est décédée ;

- l'on a dénombré 9 évacuations sanitaires ;

- un bébé  abandonné a été secouru  ;

- 14 individus blessés ont été conduits à l'hôpital ;

- 89 cyclomotoristes ont eu des accrochages entre eux ;

- 45 usagers d'engins à deux roues ont été renversés par des automobilistes et l'un d'eux en est mort ;

- 11 piétons ont été  percutés par des mobylettes ;

- 7 personnes  ayant perdu l'équilibre sont tombées  seules de leur monture.

 

 

Dans nos maternités

 

Quoi de nouveau dans nos maternités ?

Au cours de la semaine du 25 juin au 1er juillet 2007, "Pogbi" a enregistré le plus petit nombre de naissances avec 15 garçonnets et 10 fillettes. Il y a eu 1 avortement et autant de mort-nés.

A "Gounghin (sect. 8)", 31 mômes dont 19 du sexe féminin ont vu le jour.

On y a déploré 2 mort-nés.

26 mouflets et 30 mouflettes sont venus au monde par le biais de la structure sanitaire du "secteur 21".

Ce total aurait pu être plus important, si le corps médical n'avait pas eu à regretter 2 mort-nés et 3 avortements.

 

«Les Figas du jour » in L'Observateur Paalga du 3 juillet 2007



03/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres