L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Concours de la Fonction publique : Les raisons d'une reprise manquée

Concours de la Fonction publique

Les raisons d'une reprise manquée

 

Suite aux fraudes constatées dans les concours de la Fonction publique, certains avaient purement et simplement été annulés puis programmés pour être repris. La date de leur reprise avait même été fixée. Mais à la dernière minute, lesdites épreuves ont été reportées à une date ultérieure ; ce qui a entraîné la colère des candidats qui se sont mobilisés, hier dans la matinée, pour manifester leur mécontentement au ministère de la Fonction publique.

Le secrétaire général dudit ministère, Youssouf Ouattara, explique ici les raisons de cette reprise manquée.

 

Youssouf Ouattara, le SG du ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat, président du comité de pilotage des concours, avait une mine patibulaire en cette fin de matinée du jeudi 18 octobre 2007. Pouvait-il en être autrement quand on sait qu'il est assailli par les problèmes d'organisation des concours et par la fronde des milliers de candidats venus des provinces pour s'entendre dire que les concours de recrutement ont été repoussés à une date ultérieure ?

Comment en est-on arrivé à une telle situation ?

Youssouf Ouattara s'explique : "Après l'annulation des épreuves, il fallait rapidement les reprogrammer afin de permettre aux candidats de se situer à temps parce qu'il y avait, entre autres, la rentrée scolaire et universitaire qui approchait.

Malheureusement, nous avons eu des difficultés au niveau de la programmation des salles. L'université de Ouagadougou n'était pas disponible du fait des sessions qui y avaient été reportées à plusieurs reprises". Mais pourquoi arrêter une date quand on sait pertinemment que les salles sont insuffisantes pour contenir des milliers de candidats ?

Sur cette question, le secrétaire général du ministère de la Fonction publique indique que des discussions ont longtemps été engagées avec l'université et tout portait à croire que c'était toujours possible d'obtenir les salles. "Finalement, c'est hier matin (NDLR : mercredi 17 octobre 2007) que nous avons eu la certitude que l'université de Ouaga ne serait pas disponible".

En août dernier, les mêmes difficultés organisationnelles ont perturbé la tenue des concours. Il y a donc une faille quelque part. Youssouf Ouattara n'est pas de cet avis. "Ce n'est pas assez simple. Les concours, dit-il, doivent être gérés en tenant compte de paramètres qui relèvent de beaucoup d'acteurs. Avant leur programmation, on contacte les uns et les autres et  les choses se déroulent si la majorité des acteurs réagit favorablement. Si nous devrions les attendre tous, les concours ne seraient jamais lancés. Il faut reconnaître que tous ces acteurs s'investissent pour que les dates soient respectées. Mais chaque structure a ses contraintes.

L'université de Ouaga vient de nous communiquer de nouvelles dates où elle peut recevoir les candidats. Nous avons donc établi un nouveau calendrier qui sera respecté (lire encadré)".

 

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga du 19 octobre 2007

 

 

Encadré

 

Centre de Ouaga et Bobo

Le nouveau calendrier des concours

 

- ENAREF  B : le 1er novembre 2007

- Agents itinérants de santé : le 1er novembre 2007

- Préposés des douanes : le 03 novembre 2007

- Préposés des douanes chauffeurs : le 03 novembre 2007

- ENAREF  C : le 04 novembre 2007.



19/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres