L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Décès accidentel de la présidente directrice de JOSSIRA

Industries agroalimentaires

Décès accidentel de la présidente directrice de JOSSIRA

 

Elle s'appelait Moussagros/Sanou Pélagie, et certainement beaucoup plus connue sous le nom de Mme Diawara !

Hélas, la commune de Ouagadougou n'avait pas encore fini de pleurer la disparition subite du président de la Commission générale et culturelle de son Conseil municipal, Hamidou Ouédraogo, que la mort s'invita le week-end dernier au cœur même du monde des affaires burkinabè.

L'intruse de tous les temps a, en effet, choisi cette fois-ci pour cible Mme Moussagros/Sanou Pélagie, l'une des rares battantes dans l'univers économique national, exerçant dans les industries agroalimentaires, puisque présidente directrice de JOSSIRA, cette marque des huiles et corps gras qu'on ne présente plus.

Le décès est survenu dans la nuit de samedi à dimanche par suite d'un accident de la circulation en aval de Koupéla, alors qu'elle revenait de Niamey où réside son mari, colonel de son état, et où elle avait pris part à un mariage.

On comprend donc aisément le désarroi des siens, la mort étant intervenue au moment où son époux était en mission à Khartoum, au Soudan, aux côtés du Premier ministre nigérien.

Mais aussi la douleur de la Chambre consulaire qui venait à peine de l'élire, en son sein, conseillère dans la catégorie des Industries agroalimentaires.

N'est-elle pas par ailleurs parente par alliance de Lanciné Diawara, le vice-président de la Chambre de commerce et d'Industrie du Burkina Faso ?

La foule des orphelins qu'elle laisse aussi bien dans le cercle restreint des femmes d'affaires que dans sa vie de tous les jours est sans doute difficilement consolable.

Au moment où nous tracions ces lignes, le mystère restait entier et sur le jour et sur le lieu des obsèques, étant entendu que son époux résidant à Niamey et l'un de ses fils dans l'Hexagone étaient tous attendus hier soir à Ouaga. En attendant, c'est un pèlerinage quotidien que parents, amis, connaissances et partenaires effectuent en son domicile de la Patte-d'oie.

Pour sûr, dans les jours à venir, nous en saurons davantage.

 

La rédaction

L’Observateur Paalga du 28 août 2007



28/08/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres