L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Déficit pluviométrique au Boulkiemdé : La situation se normalise

Déficit pluviométrique au Boulkiemdé

La situation se normalise

Depuis la deuxième décade du mois de juillet, c’est-à-dire du 10 au 20 juillet 2007, la saison pluvieuse semble véritablement installée au Boulkièmdé. En tout cas pour les paysans que nous avons rencontrés ces derniers jours, l’espoir semble dominer l’inquiétude qui était grandissante dès le début du mois de juillet. L’inquiétude ne se lit plus sur les visages comme aux premières heures de la campagne, c’est plutôt le sourire aux lèvres ; c’est du moins ce que l’on peut dire. Pour les responsables de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques du Centre-Ouest, la plupart des cultures sont au stade de levée et de montaison .Selon Jean Baptiste Kaboré, paysan de Nayalgué, l’espoir est né à nouveau dans la deuxième décade du mois, car c’est à partir de cette date que les pluies ont véritablement commencé à tomber. "Nous avons fini les semis, nous sommes en train de labourer les champs pour permettre aux semis de bien pousser", a dit le paysan Kaboré. Dans le champ de celui-ci, les semis ont poussé ; la seule difficulté à laquelle ils doivent faire face, c’est l’herbe qui a plus poussé que le mil. "Nous étions inquiets à cause de la rareté des pluies mais actuellement la situation a évolué", a déclaré Tiri Zoundi, paysan de Godin Wologtenga. Ce dernier a souligné qu’ils étaient au stade de labour parce que les semis étaient en train d’être envahis par les herbes. Selon lui, si les pluies se poursuivent jusqu’en fin septembre-début octobre, les cultures pourraient être bonnes. Au regard du démarrage tardif de la saison pluvieuse, M. Zoundi tout comme nombre de producteurs n’ont pas hésité à employer les semis à cycle court comme les responsables de l’Agriculture le leur avaient conseillé. Pour le paysan Zoundi, il ne faut pas baisser les bras, il faut continuer à implorer la clémence de Dieu pour que les mois restants soient abondants en pluviométrie. A Imasgho, la situation est aussi assez reluisante car dans certains périmètres irrigués, le riz commence à s’épanouir. Et à en croire le producteur Nobila Kaboré de ce village, la campagne agricole 2007 est certes différente de celle de l’année précédente mais qu’à cela ne tienne, les producteurs peuvent se réjouir de la situation actuelle eu égard au nombre de pluies enregistrées dans la période du 10 au 23 juillet 2007.M. Kaboré a émis le vœu que le service de l’opération Saaga observe régulièrement l’évolution de la saison pour qu’en cas de rupture, il puisse intervenir à temps avant qu’il ne soit trop tard.  Pour le responsable de l’Agriculture, chargé du suivi évaluation, Maurice O. Yaméogo, la situation évolue positivement dans l’ensemble de la région même s’il y a un déficit au niveau des hauteurs d’eau, comparativement à l’année précédente et à la même période. Selon lui, les pluies enregistrées les 21 et 22 juillet derniers, étaient rassurantes car elles ont normalisé la situation. Au niveau des provinces du Boulkièmdé et du Sanguié, les semis sont au stade de levée à près de 50%, a-t-il dit. Il a ajouté qu’au niveau des provinces du Ziro et de la Sissili , les semis étaient au stade de montaison à plus de 50%. Les producteurs se sont accaparés des variétés à cycle court ce qui permet de poursuivre les semis jusqu’à la fin du mois de juillet, poursuit-il, avant de demander aux producteurs de commencer les sarclobinages des semis levés afin de rattraper le temps perdu. Il a aussi confié que les paysans n’avaient rien à craindre car, a-t-il dit, ils sont toujours dans la fourchette des semis et levée en ce qui concerne cette campagne agricole.

Dabadi ZOUMBARA

Le Pays du 26 juillet 2007



25/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres