L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

4 professeurs et 2 candidats arrêtés à Fada pour fraude au BEPC 2008

Fraude au BEPC 2008

4 professeurs et 2 candidats arrêtés à Fada

A l’occasion de la correction des épreuves, du second tour de l’examen du BEPC session 2008, des copies portant des signes distinctifs ont été détectées dans les épreuves de mathématiques et de français à Fada. Cette situation a été constatée après proclamation et publication des résultats au jury n° 3 sis au lycée Diaba Lompo de Fada N’Gourma. 4 professeurs et 2 candidats, suspectés dans cette affaire de fraude, sont aux arrêts depuis le 20 juin 2008 en attendant de passer devant les juridictions.

Tout a commencé le mardi 17 juin 2008 aux environs de 17h30 avec la proclamation et la publication des résultats du second tour du BEPC session de 2008 par le président du jury n°3, Madiali Hyacinthe Coulidiaty. Selon une version, c'est après avoir regagné "son poste de contrôle" que le président du jury s'est souvenu de deux numéros de procès-verbaux qui lui avaient été remis par un collaborateur. Selon une autre version, ce serait par pur instinct qu’après vérification, il s’est aperçu que des copies d’examens portaient des signes distinctifs. Celles-ci se sont avérées être celles de Amssatou Lankoandé, candidate libre, et du candidat Inoussa Thiombiano. Les signes utilisés sont "2g barré" pour la candidate libre et "mathématique" pour mathématiques et "français" pour français pour Inoussa. La candidate libre aurait utilisé ces signes aussi bien sur les feuilles principales que sur les intercalaires. Le président du jury procède à une nouvelle correction de la copie de math par un inspecteur, puis par le professeur ayant apposé sa signature au bas de la copie. Les résultats révèlent une note de 3,50/20 en lieu et place de celle de 17,50/20 initialement attribuée. La copie de français a été soumise à une nouvelle correction et a donné une note de 5,50/20 contre celle de 15/20. Ce qui, de l’avis du procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada, sont des preuves matérielles irréfutables de fraude. Face à cette situation, le président du jury n°3 convoque par SMS les membres du jury pour le lendemain afin de statuer sur la question. Le jury, après avoir constaté les faits, a procédé à la prise en compte des nouvelles notes; ce qui a naturellement conduit à l’échec des deux candidats. L’affaire qui a été transmise aux autorités judiciaires, est en cours. Le procureur du Faso, que nous avons rencontré, nous a informés de la mise aux arrêts, le vendredi 20 juin 2008, de deux professeurs de français, d'un d’anglais, d'un de mathématiques et des deux candidats. Ils attendent leur jugement. De l’avis d’un membre du jury, le pot-au-rose aurait été découvert grâce à la vigilance du président du jury. Toutefois, il a refusé de répondre à nos questions, préférant nous renvoyer à sa hiérarchie. Selon ce qui se dit, il aurait été alerté par la fréquence des fortes notes en comparaison des mauvaises obtenues dans les mêmes matières lors du premier tour. De sources concordantes, un des professeurs fautifs serait passé aux aveux tout en demandant de taire l’affaire.  



Un autre fait marquant de ce second tour du BEPC session 2008 à Fada s'est passé au jury n°2 sis au lycée Diaba Lompo. Lors de la proclamation des résultats, des exclamations d’étonnement montaient de l’assistance à la lecture des résultats du centre secondaire de Gayéri. Les résultats étaient très beaux pour être vrais selon certaines personnes : 51 admis sur 63 candidats. "Avec le niveau actuel des enfants et le manque de professeurs dans les provinces reculées, il n’est pas possible que Gayéri fasse un tel taux de succès". C'est ce genre de propos que l'on entendait dans l'assistance. Mais pour le président du jury, Kalandari Ouoba, un certain nombre de faits expliquent ce fort taux de succès. L'un d'entre eux est que la majeure partie des candidats est allée au second tour avec plus de 200 points. Mais ces explications du président du jury n°2 ne satisfont pas un professeur en poste à Gayéri qui se dit être sidéré par rapport aux résultats. Selon un correcteur en SVT dans le même jury n°2, l’organisation du BEPC a toujours présenté des failles et la session 2008 n'a pas échappé à la règle. C'est par exemple l’implication des personnes non qualifiées dans l’organisation; le double emploi de certains professeurs (correction et surveillance), l'escorte des copies des candidats qui a été faite par des agents de sécurité à moto sans une surveillance rapprochée, etc. Des réserves ont même été émises sur les procès-verbaux d’examens du jury n°2.

Par Hubert Dapouguidy DIABRI

Le Pays du 26 juin 2008



26/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres