L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Des problèmes sur le compte n°906404337810/83 à la BICIA-B

BICIA-B

Des problèmes sur le compte n°906404337810/83

Edmond Tuwende-sida Sawadogo ne comprend pas pourquoi l'agent qui l'a reçu le 1er septembre 2008 à la BICIA-B lui a refusé l'accès à son compte ouvert au niveau de la banque le 30 mai 2000. Selon Edmond Sawadogo qui est passé aux Editions "Le Pays" le mardi 2 septembre 2008, parti à la banque pour effectuer un changement d'adresse de son compte le lundi dernier, c'est à sa grande surprise qu'il apprit que ce compte n'existait plus et que les 13 000 F CFA qu'il y avait laissés en 2002 sont allés dans les caisses d'une compagnie d'assurance avec laquelle il dit n'avoir pourtant signé aucun contrat.

C'est en 2000 qu'Edmond Sawadogo dit avoir ouvert un compte sous le numéro 906404337810/83 à la BICIA-B à Ouagadougou. Mais en 2002, pour certaines contraintes sociales, il a dû suspendre ses opérations bancaires, selon ses propres explications. Mais, dans son compte, il restait tout de même la somme de 13 000 F CFA. Pourquoi alors, se demande-t-il, le lundi 1er septembre dernier, lorsqu'il s'y est rendu, pour une demande de changement d'adresse, on lui signifia que son compte n'était plus fonctionnel et qu'avant sa fermeture, il n'y restait plus qu'1 F CFA ? D'après l'agent qui l'a reçu ce jour-là, son argent aurait été utilisé par l'assureur. Quel assureur ? M. Sawadogo ne se souvient pourtant pas avoir souscrit à une quelconque assurance depuis même l'ouverture de son compte bancaire. D'après l'agent comptable, une société d'assurance aurait eu à émettre entre-temps des correspondances aux clients de la banque. Et ceux qui n'auraient pas répondu auxdites correspondances ont tout simplement été considérés comme souscripteurs !

Ainsi donc, les sous de M. Sawadogo seraient-ils partis dans les caisses d'une société, pour une assurance à laquelle il n'a pas souscrit ? Entre autres griefs qu'Edmond Sawadogo relève également à l'encontre de la banque, c'est qu'à un moment donné, il aurait voulu effectuer un retrait de 5 000 F CFA de son compte, pour payer son ordonnance médicale, et la banque aurait refusé, sous prétexte qu'aucune opération bancaire n'est faisable avec uniquement ce montant, alors que, selon les explications qu'il aurait reçues, les traites périodiques de l'assurance ne valaient pas cette somme.

Edmond Sawadogo demande qu'au niveau de la banque on lui restitue ses 13 000 F CFA ou, tout simplement, que son compte soit réactivé.

Lassina Fabrice SANOU

Le Pays du 4 septembre 2008



03/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres