L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Envoi d'un contingent burkinabè en RCI : Le RPF s'y oppose

Envoi d'un contingent burkinabè en RCI

Le RPF s'y oppose

 

Le Rassemblement patriotique du Faso (RPF) est opposé à l'envoi d'un contingent burkinabè en Côte d'Ivoire pour assurer la sécurité du Premier ministre, Guillaume Soro. Le président du Parti, Abraham Nignan, se justifie à travers cette déclaration.

 

C'est inadmissible qu'au sein des Forces nouvelles ivoiriennes  il y ait des généraux, des commandants et des soldats du rang qui, pendant cinq (5) ans, ont pu résister sur la moitié
nord de la Côte d'Ivoire et qu'aujourd'hui ils soient incapables d'assurer la sécurité de l'un de leurs dirigeants. Et, malgré la présence des militaires de l'ONU en Côte d'Ivoire et la force dont elles ont fait preuve jusqu'à maintenant, ces Forces nouvelles envisagent de faire appel à un pays voisin (le Burkina Faso en l'occurrence) pour assurer la sécurité du Premier ministre, Guillaume Soro.

Le RPF est contre le fait que le régime Compaoré veuille à nouveau détruire la vie de militaires burkinabè. En effet, les contingents burkinabè qui avaient été envoyés au Liberia ne sont pas tous revenus. Ceux qui sont revenus, du fait des effets produits par la guerre, ont des empreintes indélébiles négatives.

Cela devrait lui (le régime Compaoré) servir de leçon pour qu'il effectue un arrêt et qu'il scrute l'Etat par rapport à cet envoi. Sinon, ce serait la même routine, la même galère pour ceux qui auront la "chance de revenir vivants".

Tout cela devrait nous servir d'expérience et nous amener à considérer avec attention ce projet. Notre message s'annonce comme un appel à la prise de conscience, une volonté de préserver la paix dans ce pays qui d'ailleurs nous est cher.

 

L'échec fracassant d'une médiation

 

Dans l'intérêt de nos nombreux compatriotes vivant en Côte d'Ivoire, le RPF met en garde le régime Compaoré de ne pas commettre un délit en envoyant des mercenaires dits contingents du régiment présidentiel en terre ivoirienne. Abraham Nignan avait souligné auparavant qu'il ne croyait pas à la sincérité des accords signés, et le temps vient de lui donner raison. Posons-nous cette question : «Pourquoi quelques mois après la signature des accords de Ouagadougou ne s'intéresse-t-on pas à la sécurité du Premier ministre désigné ? Ces accords devenus célèbres, ont-ils péché quelque part» ?

C'est pour vous dire que les résultats de ces accords traduisent l'échec fracassant de cette médiation et le manque de confiance entre les deux belligérants. Et, nous aussi, nous avons des crises internes à résoudre : les revendications des militaires, gendarmes et des sapeurs-pompiers sur le prolongement de l'âge de la retraite, les indemnités de retraite, les indemnités de sujétion, de risques depuis 1986 et les bonifications de salaire. Même la hiérarchie militaire sent venir le danger, d'où l'objet de leur rencontre «exercice CPX Zemstaaba» dans la ville de Kaya.

L'histoire n'aura rien à reprocher à Abraham Nignan dans ses analyses et ses critiques constructives. Et comme le disait DIDEROT : «Dire que l'homme est un composé de force et de faiblesse, de lumière et d'aveuglement, de petitesse et de grandeur, ce n'est pas lui faire son procès, c'est le définir».

 

Abraham Nignan

Président du RPF

L’Observateur Paalga du 24 juillet 2007



24/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres