L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Escroquerie : L'association fictive d'Alimata Diallo

Octroi de vivres et de microcrédits

L'association fictive d'Alimata Diallo

 

Trouvaille extraordinaire que celle d’Alimata Diallo alias madame Sinka, qui serait coiffeuse au secteur n°29 de Ouagadougou. Pour spolier ses semblables, cette femme de 35 ans a élaboré une stratégie qui a étonné même les services de police. Il s’agit de la création d’une association fictive qui  fait dans la livraison de vivres et dans les microcrédits. Aujourd’hui, plusieurs de ses victimes à travers tout le territoire national n’ont que leurs yeux pour pleurer, en attendant éventuellement que la justice statue favorablement sur leur sort. Nous avons eu plus d’informations sur cette affaire rocambolesque, en rendant visite au commissaire J. Alexandre Darga et ses collègues, au commissariat de Wemtinga, le mercredi 23 mai 2007.

 

Structure aux objectifs très nobles, sur le papier,  que celle créée par Alimata Diallo alias madame Sinka, et baptisé Association solidarité femmes burkinabè, en abrégé ASFB, (à ne pas confondre avec ce club sportif de Bobo-Dioulasso). Domaine d’action de cette association fictive : des facilités d’octroi de vivres à 12 000 francs cfa et de microcrédits d’une valeur de 50 000 de nos francs. A la date du mercredi 23 mai 2007, 7769 victimes avaient été recensées, soit 5958 pour les demandeurs de vivres et 1811 personnes pour les prêts. Un calcul rapide donne 74 475 000 francs cfa pour les vivres, récoltés à travers le Burkina Faso. Les groupes cibles des exactions de dame Diallo qui est actuellement sous Ordre de mise à disposition (OMD) à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) étaient surtout, les associations de retraités, les orphelins et enfants vulnérables… Pour mieux asseoir sa crédibilité, cette femme peu recommandable n’hésitait pas à mettre de son côté les autorités administratives et les chefs coutumiers de ses zones d’action, allant même, pour mieux appâter ses victimes, jusqu'à distribuer les vivres chez eux. Le subterfuge fonctionne depuis décembre dernier et il y a seulement deux semaines de cela que le pot aux roses à été découvert suite à une plainte et un écrit d’une autorité de premier plan.

Présentement l’enquête suit son cours et il est trop tôt, selon le commissaire Darga, d’arrêter un nombre précis de personnes ayant été grugées. Toujours est-il que le dossier d’Alimata Diallo est déjà parvenu au parquet avec d’ailleurs son autorisation et l’heure est à la réunion des preuves complémentaires. Il est difficile pour le moment de toucher toutes les victimes car beaucoup, selon les enquêteurs, n’ont pas encore réalisé qu’elles ont été arnaquées. Un appel est donc lancé aux administrations de police, afin qu’elles mettent leur expertise à contribution, et aux populations à éviter le piège de la naïveté et signaler tout cas de comportement suspect du genre de celui qu’a eu Alimata Diallo alias madame Sinka.

 

Dassanbsba

L’Observateur Paalga du 24 mai 2007 



23/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres