L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Fraudes aux élections : Le CDP et l'ADF/RDA s'acccusent

Fraudes présumées à Ouahigouya

Le CDP et l'ADF/RDA s'acccusent

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et l'Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) se rejettent la balle sur les violences et les fraudes massives présumées qui ont été dénoncées le jour des élections législatives du 6 mai 2007 à Ouahigouya. Au lendemain du scrutin, le lundi 7 mai, chacune des parties a animé un point de presse pour se dédouaner.

Electeurs convoyés par cars par-ci, distributions massives de cartes par-là, comités de vigilance ici, le scrutin législatif du 6 mai a été émaillé d'irrégularités présumées, dénoncées principalement par deux partis : le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et l'Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) au cours de points de presse séparés le lundi 7 mai 2007 à Ouahigouya. C'est le CDP qui fut le premier à donner sa version des faits à son siège de Ouahigouya. Selon le directeur provincial de la campagne du parti au Yatenga, M. Aboubacar Sawadogo, le CDP n'a nullement été à l'origine des violences constatées et n'a rien à voir avec les fraudes massives présumées relevées par presque tous les partis politiques en compétition dans la localité, les forces de sécurité et les observateurs électoraux. "Le CDP est un parti de paix, de non-violence. Un parti qui a le pouvoir ne doit pas provoquer la violence", a déclaré M. Sawadogo, soutenant que les violences seraient le fait de leur adversaire direct dans la province, l'ADF/RDA. M. Sawadogo a par ailleurs, affirmé que des militants de l'ADF/RDA auraient tenté d'empêcher ceux de son parti d'accéder à des bureaux de vote pour y accomplir leur devoir civique. "Le président de l'UNIR/MS, a été obligé d'intervenir personnellement pour qu'on laisse nos militants voter", a-t-il affirmé, comme pour le prendre à témoin. Le directeur provincial de la campagne du CDP au Yatenga a également présenté un lot de plusieurs dizaines de cartes électorales utilisées d'après lui, par l'ADF/RDA, pour faire voter ses militants. "Les fraudes ont été orchestrées par l'ADF/RDA. Mais aucune fraude ne peut anéantir le travail du CDP. Le CDP s'est imposé par son travail, son dynamisme, ses réalisations sur le terrain en faveur des populations"; a-t-il soutenu, tout en accusant le président de la Commission électorale communale indépendante (CECI), Yacouba Ouédraogo, d'avoir été à l'origine de la distribution frauduleuse des cartes au profit de l'ADF/RDA.

L'ADF/RDA réclame l'annulation du vote

La réplique de l'ADF/RDA ne tarda pas à venir. Dans l'après- midi du 7 mai 2007, au siège du parti, Sidiki Bélem, candidat tête de liste du parti au Yatenga et le président d'honneur à vie du parti, Gérard Kango Ouédraogo sont montés au créneau pour dire "l'exactitude" des choses car, selon M. Ouédraogo, "l'exactitude est la politesse des rois". Selon M. Bélem, le CDP aurait orchestré tous les vols présumés et les violences qui ont émaillé le scrutin obligeant les forces de sécurité à utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants devant les bureaux de vote. "Ce n'est pas sous ce régime que l'ADF/RDA peut tricher. Celui qui peut frauder c'est le CDP. L'ADF/RDA n'a pas de préfets, de maires, de hauts- commissaires, de gouverneurs. Où pouvons-nous avoir des tampons, les signatures pour faire tout ça?", s'interroge le candidat, tête de liste de l'ADF/RDA, accusant les forces de sécurité d'avoir été inertes. "Je reconnais que les forces de défense et de sécurité m'ont protégé. Mais elles n'ont pas réagi face aux fraudes et aux intimidations que nous leur avons signalées avec de preuves vérifiables", accuse M. Bélem. L'ADF/RDA a elle aussi apporté à ce point de presse plusieurs cartes d'électeur qui auraient été utilisées par le CDP pour commettre les fraudes présumées. Selon M. Bélem deux militants de son parti ont été interpellés par la gendarmerie avant d'être relâchés.
Estimant que le vote a été émaillé de graves irrégularités, l'ADF/RDA a réclamé sa reprise. "Nous contestons les résultats du vote et demandons une reprise des élections. Nous demandons la confection de nouvelles cartes d'électeur et leur distribution par une structure différente de celle qui l'avait faite jusque-là à Ouahigouya", a déclaré M. Bélem. "Si après cela, le CDP remporte les élections, nous sommes prêts à l'applaudir", a-t-il poursuivi. Le président d'honneur à vie de l'ADF/RDA, M. Gérard Kango Ouédraogo, a déploré cette tension, appelant les uns et les autres à privilégier les intérêts collectifs. "Personnellement, je souhaite que ce soit la dernière conférence de presse ici parce que cela ne fait pas honneur au pays. Je n'ai jamais vu ça. Il a fallu cette nouvelle race de politiciens pour que nous voyions cela. Depuis 1946 que je fais de la politique, c'est la première fois que je vois cette race nouvelle d'électeurs. J'aurais été élu dans ces circonstances, j'aurais honte de porter un tel mandat", a-t-il déclaré, applaudi par les militants de l'ADF/RDA. Le Mouvement burkinabè pour l'émergence de la justice sociale (MBEJUS) a reconnu au cours d'un autre point de presse que des irréglarités ont été constatées lors du vote estimant toutefois que les résultats provisoires qui donnent trois sièges de députés au CDP et un à l'ADF/RDA peuvent être acceptés.

Romaric Ollo HIEN

Sidwaya du 9 mai 2007



09/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres