L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

" Il n' y a pas eu d'irrégularités dans l'intronisation de Naaba Tigré"

Baloum Naaba Koanga du Yatenga

" Il n' y a pas eu d'irrégularités dans l'intronisation de Naaba Tigré"

Adama Touré a été intronisé le 27 juillet dernier chef coutumier de Oula, localité située à 14 km de Ouahigouya. Mais voilà que six jours plus tard, cette intronisation de Naaba Tigré (nouveau nom de Adama Touré) avait suscité, comme c'est souvent la règle en pareilles circonstances, des protestations. Pour comprendre davantage ce qui se passe, nous avons approché le Baloum Naaba du Yatenga, ministre de l'Intérieur de Sa Majesté Naaba Kiiba, roi du Yatenga, qui nous livre ici sa version des faits.

L'intronisation le 21 juillet dernier à Ouahigouya de Naaba Tigré a suscité 6 jours plus tard une marche de protestation. Des gens ne sont pas contents. Qu'est-ce qui se passe concrètement ?

Je connais bien Naaba Tigré puisque c'est moi-même conformément à mes missions qui l'ai proposé au chef du Yatenga, Naaba Kiiba. Il n'y a pas de problème.

Naaba Tigré est-il, comme le disent les protestateurs du 27 juillet, contesté ?

C'est archifaux ce que les protestataires ont dit, parce que ce sont des milliers de gens qui l'ont accompagné chez le Yatenga Naaba. A cette occasion, tout était au ralenti à Ouahigouya : boutiques, ateliers ou moulins étaient fermés. Si c'était vrai il n'y aurait pas eu autant de mobilisation derrière lui. C'est vrai que les gens ont tout fait pour minimiser l'événement, mais ça n'a pas marché.

Les protestataires disent que Naaba Tigré n'est pas de Oula...

Ceux qui le disent ignorent peut-être ou font semblant d'ignorer l'histoire de Oula. Mon père a été chef de Oula. Des gens ont prétendu qu'il ne voulait pas de l'installation de l'Administration, de l'infirmerie et de l'école à Oula. C'est faux. Tout cela n'a aucun sens pour quelqu'un qui a reçu la Légion d'honneur. Comment pouvait-on le faire Chevalier de la Légion d'honneur s'il n'était pas pour l'Administration. C'était d'ailleurs pour le récompenser pour ses efforts en faveur de l'Administration coloniale qu'il a été désigné, en collaboration avec le Naaba du Yatenga de l'époque, à la tête de trois cantons fusionnés, à savoir Oula. Ce ne sont que des histoires que les gens ont racontées.


Naaba Tigré est donc de Oula...

Naaba Tigré est bien de Oula. Il y a fait sa tendre enfance et sa jeunesse. Ceux qui disent qu'il n'est pas de Oula, le savent bien pourtant.

Seriez-vous venus de Gourcy ?

Oui, mais c'est depuis longtemps, avant même la création de Ouahigouya. Mon grand-père était alors parti de Gourcy avec le Naaba Kango pour aller s'installer à Ouahigouya, chef-lieu aujourd'hui de la région du Nord.

Peut-on savoir ce qui a prévalu à votre niveau comme critère dans le choix de Naba Tigré ?

C'est quelqu'un d'intègre et de bien. C'est peut-être pour cela que Naaba Kiiba, roi du Yatenga, qui est habileté en la matière à choisir en dernier ressort, a porté son choix sur sa personne. Ils étaient beaucoup à prétendre au poste. Contrairement à ce qui est dit, le Teng-Soba (chef de terre) n'intervient pas dans la nomination d'un chef.

Mais on dit que Naaba Tigré devrait aller chez le Teng-Soba...

Non, pas du tout.

Qu'est-ce qui motive à votre avis les protestataires ?

Je ne sais pas quelles raisons les motivent parce que, coutumièrement, le Teng-Soba ne peut pas nommer quelqu'un chef.

Est-ce que la fortune a joué dans la désignation de Naaba Tigré parce que des protestataires ont parlé de pauvreté de la famille d'un des candidats malheureux ?

Pas du tout. Ce qui a plutôt joué en faveur de Naaba Tigré, c'est son honnêteté et la confiance que Naaba Kiiba a en lui.

Certains ont parlé de votes. Faut -il recourir aux votes pour la désignation des chefs coutumiers ?

Je ne suis pas pour les votes. Ils ne sont pas plus fiables que les procédures traditionnelles de désignation des chefs. J'ai été administrateur dans un bureau de vote ici à Ouahigouya lors de l'élection du chef défunt. Tout le monde n'est pas venu voter mais l'on avait établi un procès-verbal disant qu'il y a eu 100% de votants. Moi-même j'ai une vingtaine de soeurs et frères qui sont en Côte d'Ivoire et qui n'ont pas pu voter. Aussi ai-je récusé ce procès-verbal avec la liste des membres de ma famille non votants. Les votes ne sont donc pas une panacée.

Propos recueillis par Grégoire B. BAZIE

Le Pays du 10 août 2007



10/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres