L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Inondation à Kouérè : 22 cours démolies, 15 familles sans abri

Inondation à Kouérè

22 cours démolies, 15 familles sans abri

 

Suite à la pluie diluvienne tombée dans la nuit du 21 au 22 août 2007, le village de Kouèrè a connu une inondation. Vingt-deux cours se sont effondrées du fait de l’humidité, et quinze familles se retrouvent sans abri. Sur recommandation du gouverneur de la région des Cascades, le haut-commissaire de la Comoé, Pierre Wango, est allé constater les faits et apporter son soutien à la population de Kouèrè, localité située à 100 kilomètres de Banfora, sur la route qui conduit à Gaoua.

La pluie qui a occasionné d'importants dégâts au sein d'une partie de la population de Kouèrè a commencé aux environs de 2 h du matin pour prendre fin vers 10 h. Le village, selon les services des forces de sécurité, a enregistré 153 mm d’eau. C’est la partie dite quartier mossi, située dans un bas-fond, à proximité de la rigole qui traverse le village, qui a enregistré le plus de dégâts. Dans certaines maisons, le niveau l’eau vous arrivait à la hanche, à en croire Abdoulaye Bélem, sinistré. Selon les forces de sécurité, le "quartier mossi" n’est pas la seule zone sinistrée. D’autres sites, des hameaux se trouvant à quelques kilomètres de Kouèrè Centre, ont également fait les frais des flots dévastateurs. Selon les sinistrés, le passage d’eau au niveau du pont était devenu si étroit que les eaux d'écoulement avaient des difficultés à passer. Le pont a ainsi été englouti et l’eau a débordé sur la route avant d’envahir les concessions voisines. Fort heureusement, dira l’imam de Kouèrè, la pluie n’est pas tombée sur une grande étendue, sinon les dégâts auraient été plus énormes. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Toutefois, certaines personnes ont perdu des biens matériels et financiers. Depuis le village de Dandougou, à une dizaine de kilomètres avant Kouèrè, les traces d’eau sur la route laissaient imaginer la situation de Kouèrè. Des ustensiles de cuisine par-ci, des champs complètement inondés par-là. Sentant le danger venir, certains ont vite fait d’évacuer leur maison, emportant ce qu’ils pouvaient et repêchant ce qui pouvait l’être. Chez Bélem Abdoulaye, tout comme dans nombre de concessions, les femmes s’attelaient à sécher les céréales, habits et couchettes qui ont pu être sauvés des flots.

L’élan de solidarité de ceux qui ont été épargnés par les eaux s’est manifesté à l’endroit des sinistrés en attendant que des solutions idoines aient été trouvées pour les héberger. Les uns ont accueilli les autres sous leur toit et à l’arrivée du haut-commissaire, l’école du village a été choisie comme site d’hébergement. Dans ses instructions à la population, aux services de sécurité et surtout au premier adjoint au maire de Sidéradougou, commune à laquelle est rattaché le village de Kouèrè, Pierre Wango a souhaité que personne ne s’abrite dans les maisons des zones sinistrées qui, jusque-là, résistaient à l’humidité.

 

Mamoudou Traoré

Le Pays du 24 août 2007



24/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres