L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Invalidation des listes du PAI : "C'est Soumane le fossoyeur"

Invalidation des listes du PAI

"C'est Soumane Touré le fossoyeur"

 

Au cours de la plénière de la Commission chargée de l'examen des dossiers de candidature aux législatives 2007, 10 listes sur 25 du PAI ont été invalidées.

Théodule Da a imputé, séance tenante, la faute à son camarade de parti, Toundoun Sessouma, ex-ministre des Sports, accusé d'avoir "tripatouillé les listes".

Mais les auteurs de la présente déclaration, accusent, à leur tour, le Secrétaire général du PAI, Soumane Touré d'être le fossoyeur du parti.

Début d'un schisme au sein des indépendantistes africains ?

Lisez plutôt.

 

Suite à la publication dans l'Observateur paalga n° 6848 du lundi 19 mars de l'article "Le PAI s'est fait hara-kiri", nous avons l'honneur de vous demander de publier ce qui suit :

C'est vrai que le PAI s'est fait hara-kiri, mais Toundoun Sessouma ne peut en être tenu responsable. En effet, le lundi 5 mars 2007, à l'examen des dossiers de candidature par le Bureau exécutif central (BEC), seuls les dossiers des provinces des Balé, du Mouhoun, de la Kossi, du Boulkiemdé et du Kénédougou étaient prêts, dossiers pour lesquels les camarades Alphonse Bonou et Toundoun  Sessouma ont remis ce même 5 mars 2007 au Secrétaire général, Soumane Touré, respectivement les sommes de 150 000 F CFA pour les listes des Balé, du Mouhoun et de la Kossi et de 50 000 F CFA pour celle du Kénédougou. Le lendemain 6 mars 2007, le BEC s'est encore penché sur les dossiers restants et seul celui du Yatenga a été complété ce jour, et Alphonse Bonou a remis à Soumane Touré la somme de 50 000 F CFA pour payer la caution de ce dossier. Tous les autres dossiers n'étant toujours pas prêts, les autres camarades que sont Soumane Touré, Théodule Da et Boukari Mongmenga ont continué à chercher les éléments manquants pour les compléter.

Le mercredi 7 mars 2007 à 9h30, le Secrétaire général s'est rendu à la CENI, en compagnie de Toundoun Sessouma pour le dépôt des dossiers de candidatures prêts. Ces dossiers étaient au nombre de 22 et ils ont été transmis à la CENI, celle-ci vérifiant le contenu de chaque dossier avant de se l'approprier. Cette opération a pris fin vers 12 h. Jamais le camarade Toundoun Sessouma, au cours de l'opération, ne s'est déplacé avec un dossier, et les commissaires de la CENI peuvent en témoigner. Alors comment aurait-il pu subtiliser des pièces des dossiers ou les falsifier ? N'ayant également pas participé à la confection d'aucune liste en dehors de celle du Kénédougou, il ne peut, par conséquent, être tenu pour responsable de leur mauvais montage. Seuls les camarades qui les ont confectionnées, notamment Soumane Touré et Théodule Da peuvent expliquer les lacunes qu'elles contiennent.

Le Secrétaire général s'est présenté au siège de la CENI vers 18h30 avec les trois dernières listes, à savoir une liste remaniée du Kénédougou, d'où était absent Toundoun Sessouma, la liste du Kadiogo et la liste nationale, dont la confection n'a connu la participation d'aucun autre membre du BEC en dehors du Secrétaire général lui-même et dans laquelle Toundoun Sessouma s'est retrouvé. Ce changement explique le refus de ce dernier de figurer sur la liste nationale, ainsi que l'urgence et la précipitation de la recomposition de la liste nationale.

Après le dépôt de ces trois listes vers 21 h, il a été question de compléter les dossiers avec les reçus des cautions. C'est en ce moment qu'on a constaté que les cautions du Boulkiemdé, des Balé, du Mouhoun, de la Kossi et du Zoudwéogo n'avaient pas été payées.

Quand on sait que la seule Boucle du Mouhoun avait fourni un tiers des voix (21 000 sur 63 000) en 2002 au PAI, le non-paiement des cautions de cette région représente un acte suicidaire. Et comme Soumane Touré a reçu l'argent de ces cautions devant tous les membres du BEC, c'est lui qui a commis le hara-kiri du PAI par cet acte.

Il faut donc arrêter la désinformation et situer les responsabilités pour l'opinion nationale sur les vraies raisons du hara-kiri.

 

Ont signé :

 

- Alphonse Bonou, membre du BEC

- René Traoré, membre du BEC

- Toundoun Sessouma, membre du BEC



21/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres