L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'ANEB, "HCR", des étudiants

Fermeture des cités et restaus universitaires

L'ANEB, "HCR", des étudiants

 

Jusque-là, la crise universitaire n'a pas évolué, accroissant ainsi le désarroi des étudiants, qui luttent pour leur survie. C'est le constat amer que l'Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) a fait lors d'une assemblée générale (AG), le 17 juillet 2008,  à la Bourse du travail. Pour l'instant, la structure entend gagner le combat de l'humanitaire en organisant des repas communautaires.

 

Ils étaient des centaines d'étudiants à répondre à l'appel de leurs leaders syndicaux le jeudi 17 juillet 2008, à la Bourse du travail. Venaient-ils, par espoir d'entendre, enfin, une bonne nouvelle de la part de l'ANEB ou, tout simplement, pour "tuer" le temps ? En tout cas, ils étaient encore là.

Se tenant debout par groupuscules, assis sur des bancs, sur le mur ou à même le sol, lisant un journal, ils attendent le président de l'ANEB, Moumouni Derra, pour ouvrir le débat.

Le comité exécutif du syndicat, s'affaire, lui, à mettre les choses en ordre pour que la rencontre se passe sans incident. Sur le visage des étudiants se lit une certaine impatience. Enfin, un membre du comité prend la parole et annonce le début de la rencontre. Les étudiants se font cercle autour du président, mais quelques petits problèmes liés à l'emplacement du mégaphone vont retarder son speech. En attendant de remédier à cela, les responsables de l'ANEB proposent des animations dans lesquelles des piques sont lancées à l'endroit des autorités universitaires. Quelques instants après, les manifestants crient en chœur "prési, prési", pour exiger qu'on commence la cérémonie.

A 10 h 25, le comité exécutif de l'ANEB, avec à sa tête son président, Moumouni Derra, s'installe. Ce dernier annonce l'ordre du jour, qui se résume à : le point de la situation et les divers.

L'orateur du jour fait remarquer que depuis la semaine dernière, où l'ANEB a tenu son meeting, les autorités de l'université de Ouagadougou n'ont fait que persister dans la désinformation. Néanmoins, son syndicat a multiplié ses rencontres avec les membres de la société civile. Aussi, les centrales syndicales ont eu des entretiens sur la crise avec les autorités de l'université et les structures d'enseignements. Le président de l'ANEB a également lu, devant les étudiants, les propositions faites par les centrales syndicales et parues dans la presse nationale (cf. notre édition n°7175, du lundi 14 juillet 2008).

Moumouni Derra a conclu que toutes ces actions sont en leur faveur. Mais il a insisté sur la solidarité au sein des étudiants.

Dans ce cadre, il a annoncé que 25 équipes de collecte de fonds ont été mises en place par l'ANEB, 4 étudiants sont logés par le syndicat, une centaine a été recensée pour bénéficier des repas communautaires offerts par l'ANEB, des contacts sont toujours entretenus avec les étudiants qui ont été blessés lors des répressions et   bénéficiant de soins.

Les sites retenus par l'ANEB pour les plats communautaires sont, entre autres, l'école Sakana à Tampouy, le siège de l'ODCI à Zogona, chez certains de leurs camarades logeant dans des quartiers où il y a beaucoup d'étudiants.

 

Alima Koanda 

Emile Gandema

(stagiaires)

L’Observateur Paalga du 18 juillet 2008



18/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres