L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La Place de la Nation, "connectée au Ciel"

Croisade spirituelle

La Place de la Nation, "connectée au Ciel"

 

L'Eglise biblique de la vie profonde sillonne le Burkina Faso pour une croisade spirituelle. Après des localités telles Bobo-Dioulasso, Diapaga et Zorgho, les croisés occupent la place de la Nation à Ouagadougou du 12 au 16 septembre 2007. Leur objectif est de détruire la forteresse du péché pour permettre aux populations de la région du Centre de profiter des bénédictions de Dieu.

 

"A partir de la place de la Nation, le Burkina Faso est connecté au trône de Dieu", foi du pasteur Léon Kansié, un des organisateurs d'une croisade spirituelle qui se tient du 12 au 16 septembre 2007 à Ouagadougou. "Une explosion de la puissance de la grâce", c'est sous ce thème que se déroule la rencontre. Il est développé par le pasteur Etienne S. Pitroipa, président de l'Eglise de la Vie profonde.

L'explosion de la puissance de la grâce  ressemble à une pluie torrentielle mais bienfaisante. Pour lui, la grâce de Dieu apporte le salut des âmes, les guérisons, les délivrances des possessions maléfiques et installe la paix dans les cœurs.

La puissance de la grâce détruit celle du péché. Selon le pasteur Etienne S. Pitroipa, le péché est un tyran qui tient tout le monde sous son emprise : pauvre et riche, faible et fort, intellectuel et ignorant, homme et femme, etc.

Pour briser le cercle des horreurs inimaginables du mal, tous les opprimés du tyran sont invités à courir sous le toit de la grâce de Dieu.

Ainsi bénéficieront-ils des honneurs promis au Ciel et de la délivrance sur la terre. Les organisateurs promettent avec certitude, qu'une pluie de bénédictions va s'abattre sur la place de la Nation. "Nous invitons les populations du Centre à venir expérimenter la présence de Dieu", a alors lancé  Léon Kansié. Après le message délivré par l'homme de Dieu, des centaines de personnes se sont avancées pour implorer le pardon et la miséricorde de l'Eternel.

C'est le premier acte qui permet d'attendre les bienfaits du Seigneur, leur a-t-on signifié.

Pour le parrain de la manifestation, le gouverneur, Boureima Bougouma (il n'est pas de la confession mais au nom de la tolérance religieuse a accepté de parrainer cette manifestation), c'est un moment privilégié de communion, de témoignages et d'expression de la foi. "La spiritualité avant le civisme, le civisme avant la loi, sont les fondements d'une citoyenneté responsable et d'une cohésion sociale", pense-t-il.

La croisade, qui est couplée d'une conférence nationale des femmes, commence tous les soirs à partir de 18 heures.

 

Emile Gandèma (Stagiaire)

L’Observateur Paalga 14 septembre 2007



13/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres