L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"L’Islam est contre les poseurs de bombes"

Dr Cheikh Kaled Sana

"L’Islam est contre les poseurs de bombes"


Après de longues études en Tunisie et en Syrie, Dr Cheikh Kaled Sana est rentré au pays il y a un an avec un doctorat en poche. Depuis, il œuvre au bien-être spirituel et matériel de sa communauté, à Dablo, localité située à quelques km de Kaya. A la faveur du Forum sur la tijania organisé par le Maroc en fin juin, nous lui avons posé quelques questions relatives à l’actualité, notamment le terrorisme et la violence.

Quel message avez-vous porté aux participants du Forum sur la Tijania à Fès et quels enseignements avez-vous tirés de cette grande réunion islamique ?


Avant tout, je voudrais remercier "Le Pays" pour avoir songé à me rencontrer. A Fès, nous avons su quel est le véritable rang de notre pays sur le plan international. En effet, nous avons été l’un des rares pays à prendre la parole à la tribune. Nous avons été très touchés par cette marque de considération faite à notre pays. Au nom de la délégation burkinabè, j’ai pris la parole, avec l’accord de mes aînés, pour présenter la tijania du Burkina, son histoire, ses réalités actuelles, son audience, etc. C’est l’occasion pour moi de remercier les autorités marocaines pour avoir permis la tenue de ce fourm.


Que menez-vous comme activités au Burkina, en tant que religieux, pour le développement socio-économique du pays ?


Je suis de retour au Burkina il y a un an, après des études en Tunisie et en Syrie où j’ai obtenu un doctorat. Je suis revenu pour me mettre au service de tous les Burkinabè indépendamment de leur appartenance confessionnelle. L’essentiel, c’est d’agir avec toutes les bonnes volontés pour la construction nationale. Ainsi, j’ai réalisé douze classes franco-arabes à Dablo. Ma vision est que les apprenants puissent s’adapter aux réalités du monde actuel. Nous voulons construire notre religion et notre pays à la fois. Sans la santé et une bonne alimentation, on ne peut pas convenablement pratiquer sa foi. Nous avons aussi foré des puits pour des localités. Chaque année, nous organisons le Maouloud à Dablo au cours duquel nous invitons aussi des non-musulmans. Même si nous ne sommes pas de même religion, nous sommes tous des Burkinabè et il est bon de se connaître mutuellement.


Vos propos tranchent avec le discours en vogue selon lequel l’Islam est une religion d'intolérance …


Nous voulons dire ceci : quand on connaît bien l’Islam, on n’hésitera pas à dire que c’est la religion la plus pacifique qui soit. Pour bien comprendre l’Islam, il faut le voir dans sa globalité. Ceux qui posent des bombes au nom de l’Islam ne sont pas des musulmans. Si notre Prophète les croisait, il refuserait de les saluer parce qu’ils ont porté atteinte à son honneur. L’Islam déconseille la violence. Dans le Coran, il est fait obligation aux musulmans de respecter les membres des autres communautés religieuses. Même en cas de discussion, cela doit se faire dans un sens positif et de respect mutuel. Soyons donc clair : l’Islam ne prône ni l’intolérance, encore moins la violence.


Le mot "djihad" est sur toutes les lèvres et est utilisé à tort et à travers. Quelle définition l’Islam donne-t-il de ce concept ?


Le djihad existe effectivement dans l’Islam. Mais sachez que le Prophète lui-même a refusé de répliquer à des attaques armées qui ont fait des morts parmi ses hommes en disant que Dieu ne lui en a pas donné l’ordre. Jusqu’à ce que Dieu lui dise dans un verset du Coran que ceux qui sont l’objet de brimades ont le droit de se défendre. C’est à ce moment que le Prophète a commencé à exercer le principe de la légitime défense. Ceux qui connaissent bien la vie du Prophète savent qu’il a réagi uniquement à la suite d’agressions. C’est pourquoi l’Islam fait de la cohabitation pacifique un élément fondamental. D’ailleurs, dans le Coran, il est déconseillé aux musulmans de se tirailler avec les gens du Livre (ndlr : juifs et chrétiens) à propos de leur religion, sinon de discuter que de la meilleure façon avec eux, c’est-à-dire avec courtoisie. A Médine où il vivait, le Prophète tolérait la présence d’autres religions sur la base d’un accord de non-agression signé avec elles.

Propos recueillis par Mahorou KANAZOE

Le Pays du 12 juillet 2007



11/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres