L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Refondateurs du CDP : Une autocritique publique sinon...

Refondateurs du CDP

Une autocritique publique sinon...

La Direction politique du CDP a tenu le 22 juin 2008 à son siège une conférence de presse. Un seul sujet était à l’ordre du jour : la situation au sein du parti majoritaire relativement aux multiples sorties des refondateurs et à leur suspension.

Toutes leurs récriminations, le mégaparti les a balayées du revers de la main, car des "contrevérités", tout en les invitant à faire leur autocritique, la porte restant entrebâillée.

Le problème étant étalé sur la place publique, le président du parti, Roch Kaboré, a jugé opportun et essentiel d’aller directement aux questions-réponses. Le grief relatif à la mauvaise gestion du parti et aux nominations aux grands postes, qui échoient seulement aux ex-ODP/Mtistes est-il fondé ? Réponse du CDP : "Nous sommes surpris par ces critiques... le parti existe depuis 12 ans, et c’est maintenant que ces camarades se rendent compte que le navire sur lequel ils sont prend l’eau... Nous ne réfléchissons pas en tant qu’ex-CNPP, ex-PLB... de plus, nos textes n’admettent pas de courant au sein du CDP, si on est minoritaire lors des débats, on se soumet à la majorité. Pour nous, l’attitude de ces refondateurs est antiparti et vise à l’affaiblissement du CDP, nous ne pouvons pas l’admettre.

En 1996, ce fut une fusion, ce n’est pas une fédération...", paroles du président du CDP. Et Simon Compaoré, le secrétaire général du parti, d’emboucher la même trompette en affirmant : "Ceux qui suivent nos activités savent que nous sommes ouvert aux débats, il y a des conférences provinciales, des réunions de BEN... Nous sommes à la 35e réunion du BEN...". Pour le CDP, il y a plutôt manque de courage, car 3 des signatures du mémorandum publié dans la presse font partie de la haute Direction du CDP. N’y a-t-il meilleure association dans la gestion du parti que cela ? Sur la question du partage des postes, Mahama Sawadogo, chargé de la communication du CDP, dira en substance que chaque parti a sa stratégie de la gestion du pouvoir d’Etat. Et "Une année d’absence à son poste de responsabilité signifie-t-il qu’on a été lâché ?", s’interroge-t-il.

Salif Diallo, 1er vice-président du parti, chargé de l’orientation et des questions politiques, dont ce fut véritablement la première sortie politique depuis son départ du gouvernement, sur le même registre, affirmera " Nous n’avons jamais nié qu’il y a des problèmes au CDP. Ce que les refondateurs ont soulevé, nous l’avons déjà soulevé maintes fois... par exemple, la gestion des cadres... Le CDP, bien que parti majoritaire, n’est pas un parti-Etat...

Sous le Front populaire, c’était le cas..., mais depuis 91, l’Administration ne se confond pas au parti... Pour les positionnements, il faut avouer qu’on tient compte du terrain et de la représentativité, il y a des critères... il y a eu des camarades à qui on a donné des moyens, mais ils ont été battus aller-retour, se prévalant de leur titre de prince, ils n’ont rien eu... des camarades du Boulkiemdé sont là...

Sur ces refondateurs, le camarade président et moi avons eu des divergences... Moi, je lui avait dit qu’il sera payé en monnaie de singe..., mais Roch ne désespérait pas qu’ils reviendraient à de meilleurs sentiments... Roch a toujours voulu arrondir les angles... Voilà qu’ils l’accusent d’abus de pouvoir, s’ils avaient dit laxiste à leur égard oui... Ces signataires ont payé des gens pour combattre le parti... Non, arrêtons de peindre tout en noir. Au CDP, il y a des problèmes, et nous en débattons...".

Roch ajoutera au sujet des signataires qu’il y a eu une réunion du BEN, le 21 juin 2008 au CBC, qui a approuvé les suspensions, mais "La porte reste ouverte... mais qu’ils fassent leur autocritique publique et claire, en dehors de cela, il n’y a pas de concession possible". Sous quelle forme sera faite cette autocritique ? "Nous ne disons pas de la faire par une conf. de presse, mais il y a les instances du parti qui sont là", répondra Roch.

Interrogé sur un conflit supposé ou réel entre la FEDAP/BC et le CDP, Roch sera limpide : "La FEDAP/BC est un regroupement d’associations et d’organisations de masse qui soutient depuis longtemps Blaise Compaoré, (il y avait les ABC, les Tanties, Génération Blaise), le CDP est un parti politique qui gère le pouvoir d’Etat avec à sa tête notre candidat Blaise Compaoré, nous sommes complémentaires..., mais il n’y a pas d’antagonisme...".

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 23 juin 2008



23/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres