L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L’approche historique de l’étudiant Issa Barry

La femme dans l’administration publique

L’approche historique de l’étudiant Issa Barry

 

Une soutenance de mémoire de maîtrise en histoire sur la femme dans l’administration publique, des indépendances à 2000 par Issa Barry, a eu lieu jeudi 5 avril 2007 à l’Université de Ouagadougou. L’impétrant a obtenu la mention «Bien».

 

L’étudiant Issa Barry a obtenu la mention «Bien», jeudi 5 avril dernier à l’issue d’une soutenance de mémoire au département d’»Histoire et Archéologie» de l’Université de Ouagadougou. Il a travaillé sur la place, le rôle et l’évolution de la femme dans l’administration publique au Burkina Faso de 1960 à 2000. A travers une approche historique, l’impétrant a fait l’état des lieux des facteurs socioculturels, des clichés qui entachent la distribution des rôles. Femme secondant l’homme pendant la colonisation, sa libération n’a pas été une réalité. Toutefois, des efforts consentis ont permis une libération plus ou moins timide, souligne le mémoire.

Une situation qui rappelle étrangement celle de la femme dans la Grèce Antique. La femme devait se tenir à l’écart de la chose politique, dira le directeur de mémoire, Maurice Baziomo. L’œuvre de M. Barry comporte 114 pages réparties en trois parties. La première jette un regard sur la femme, vue par les sociétés traditionnelles, la seconde se consacre à sa place dans l’administration de 1960 à 1980. Enfin, la dernière partie de 1980 à 2000 met en rapport le nombre croissant de femmes dans l’administration avec leur faible représentativité. Pour le jury, présidé par Nurukyor Claude Somda, enseignant au département d’Histoire et Archéologie, le thème est original, d’actualité. Il a reconnu que le candidat a fait un travail de qualité, équilibré pour cerner la femme dans l’administration publique. «J’ai beaucoup admiré votre courage», relève M. Somda pour qui la promotion de la femme est une condition sine qua non pour aspirer à une Afrique démocratique. L’autre membre du jury, Mme Fatoumata Kinda a également salué le fait qu’un homme s’intéresse à la question de la femme dans l’administration.

Le jury à l’unanimité, a décerné la mention «Bien» à l’étudiant Issa Barry qui décroche ainsi sa maîtrise es lettres. Aussi, amis, parents, connaissances ont tenu à féliciter l’impétrant à l’issue de sa soutenance.

S.N.C

Sidwaya du 13 avril 2007



13/04/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres