L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le cirque de Syrte tourne à plein régime (Kadhafi et la résolution des conflits en Afrique)

Kadhafi et la résolution des conflits en Afrique

Le cirque de Syrte tourne  à plein régime

 

Un mini-sommet autour du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, a réuni dimanche dernier à Syrte sept chefs d’Etat africains pour examiner l’ordre du jour du prochain sommet de l’Union africaine (U.A.), prévu du 31 janvier au 2 février 2008 à Addis-Abeba. Ont répondu présent à cet énième appel du guide les présidents soudanais, Omar el-Béchir, tchadien, Idriss Deby Itno, égyptien Hosni Moubarak, sénégalais, Abdoulaye Wade, érythréen, Issaias Afeworki, mauritanien, Sidi Ould Cheikh Abdallah, et gabonais, Omar Bongo Ondimba. Selon l’agence officielle libyenne, Jana, ils ont passé en revue «les différentes questions qui doivent figurer sur l’ordre du jour du prochain sommet» d’Addis-Abeba, ainsi qu’un certain nombre de «problèmes africains et les moyens de les résoudre». A également été abordé par les dignitaires africains le projet de création d’un gouvernement fédéral africain, proposé par le n°1 libyen lors du dernier sommet le l’organisation continentale en juillet de l’année passée au Ghana ; un projet  qui avait fait l’objet de divergences de points de vue de la part des chefs d’Etat et de gouvernement des 53 pays membres de l’Union.

Sur cette question précise, le principal artisan de l’idée d'«Etats-Unis d’Afrique» a comme allié sûr le président Wade, très critique sur le fonctionnement actuel de l’U.A. et de ses organes comme le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). Les deux dirigeants  ont d’ailleurs souligné, dimanche passé au cours d’un tête-à-tête, «la nécessité d’accélérer la mise en place d’un gouvernement fédéral africain» et de la coordination des positions, en vue de la formation dudit gouvernement les jours qui suivent dans la capitale éthiopienne. En marge de ce mini-sommet, Kadhafi devait aussi rencontrer à la même date ses homologues soudanais, tchadien, égyptien et érythréen pour discuter des relations soudano-tchadiennes. Cette réunion, qui n’a pas été annoncée par Tripoli, entendait se consacrer essentiellement à l’examen de «l’état des relations entre le Soudan et le Tchad après les agressions répétées de ce dernier pays contre différentes zones du Darfour», région de l’Ouest du Soudan en proie à une guerre civile.

Kadhafi nous a habitué depuis un certain temps à des mini-sommets à la veille des grands rendez-vous de l’U.A. et à chaque fois, c’est la même litanie qui est servie à l’opinion, à savoir harmoniser les points de vue des gourous sur les questions qui seront débattues lors du grand rendez-vous continental. Une démarche d’autant plus vaine que pendant que le maître de Tripoli se démene, sur le terrain des organisations qui ne sont pas forcément africaines s'activent déjà pour trouver des solutions aux problèmes des populations. En clair, on ressasse continuellement à Syrte le même ordre du jour, quand ordre du jour il y a, en changeant uniquement les mots pour faire nouveau. Qu’on se le dise, le guide libyen a les moyens d’organiser des mini et même des mégasommets, mais le sérieux de toutes ces retrouvailles avec ceux qui nous gouvernent se fait toujours attendre.  Rien n’est jamais véritablement arrêté à l’avance et les accords auxquels ils parviennent généralement après moult débats ont un sort identique aux précédents : l'échec. Et avant de se quitter, ils reprennent rendez-vous pour prochainement sous la tente bédouine du colonel, pour boire le lait frais de chamelle et apprécier d’autres spécialités arabes avec en prime la langue de bois qu’on leur connaît. Avec un tel scénario, on parlerait de cirque à Syrte qu’on ne se tromperait pas trop sur le choix des mots.

On a parfois le sentiment que le chantre des «Etats-Unis d’Afrique» arrose tellement ses pairs de «feuilles» et investit des milliards de dollars dans leurs différents pays, si bien qu’ils ont finalement de sérieuses difficultés à lui dire la vérité. C’est vrai que la bouche qui a mangé ne saurait proférer des paroles malveillantes, mais disons leur courageusement, avec nos frères Ivoiriens : «quittez dans ça un jour !».

 

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 29 janvier 2008



28/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres