L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le gouvernement propose, les syndicats disposent (vie chère)

Lutte contre la vie chère

Le gouvernement propose, les syndicats disposent

Suite au préavis des 8 et 9 avril 2008, le Premier ministre, Tertius Zongo a instruit trois membres de son équipe à savoir Jérôme Bougouma du Travail, Mamadou Sanou du Commerce et Abdoul Kader Cissé de l’Energie pour livrer les réponses du gouvernement à la plate-forme revendicative aux responsables des organisations syndicales.

Lors de cette rencontre qui s’est tenue le vendredi 4 avril 2008 dans la salle du « Dialogue social » de l’Immeuble Baonghin, les différentes parties ont convenu de se revoir ce lundi 7 avril 2008 pour recueillir la réaction des syndicats. Séance tenante, ces derniers, après le départ des ministres, ont investi la salle du « Dialogue social » pour examiner les propositions gouvernementales.

Un communiqué de presse (voir encadré) est sorti de conclave syndical dans lequel les représentants des travailleurs, estiment les réponses du gouvernement dans l’ensemble négatives. Ils ont, par conséquent, maintenu la grève des 8 et 9 avril. Nous vous proposons donc la réaction des différentes parties.

Réponses du gouvernement aux préoccupations des organisations syndicales, exprimées dans le préavis de grève des 8 et 9 avril 2008 :

Relèvement des salaires et pensions au taux de 25% pour compter de janvier 2001 Le gouvernement a toujours réservé aux demandes d’augmentations des salaires, la plus grande attention. Il s’est toujours évertué, grâce à une gestion prudente en parfaite conformité avec les ressources limitées du pays à procéder à une hausse modérée mais régulière des salaires, des pensions et du SMIG dont le dernier relèvement date du mois d’avril 2007. Lors des négociations de novembre 2007, le gouvernement avait souhaité que cette question soit réexaminée lors des négociations gouvernement/syndicat de 2008.

Les mesures prises pour atténuer la hausse des prix, qui sont des transferts de revenus dont bénéficient également les plus pauvres, se traduisent par une baisse des recettes budgétaires ; le gouvernement est à la recherche des meilleures solutions permettant de ne pas compromettre l’exécution des programmes de développement économique et social.

Les effets positifs attendus des mesures prises pourraient s’estomper très rapidement si des mesures d’augmentations salariales étaient prises sans maîtrise et l’inflation ; ce qui pourrait être désastreux pour les populations, notamment celles ne disposant pas de salaires mensuels.

Pour ce qui concerne le secteur privé, il a été procédé à la mise en place d’un comité bipartite Patronat/syndicats de négociation salariale. Le gouvernement par lettre en date du 14 mars 2008 a invité les parties prenantes à donner une suite aux conclusions des travaux du comité, notamment le point relatif aux propositions de revalorisations salariales. Le gouvernement prendra d’autres initiatives pour la tenue effective de cette rencontre.

Pour toutes ces raisons, le gouvernement propose que la question sur les augmentations de salaires soit examinée lors de la prochaine rencontre annuelle gouvernement/syndicats pour éviter de relancer l’inflation et annihiler ainsi les efforts déjà entrepris et permettre aux négociations Patronat/syndicats d’aboutir à des résultats concrets sur la question.

Réduction significative et effective des prix et contrôle de prix et de la qualité des produits de première nécessité : riz, mil, maïs, haricot, huile, sel, sucre, lait, etc. Le gouvernement s’est engagé résolument à faire face aux problèmes auxquels la nation est confrontée et envisage de prendre toutes les mesures visant à les résoudre. C’est pourquoi, il a adopté une démarche volontariste, réaliste et participative dans le cadre de la lutte contre le "phénomène de la vie chère". Ainsi, après différentes consultations et dans le souci d’atténuer l’impact des prix internationaux sur le coût de la vie et le pouvoir d’achat des populations, le gouvernement a pris des mesures de suspension du droit de douane à l’importation sur les produits de grande consommation (riz, sel, préparation à base de lait, préparation pour l’alimentation des enfants). Il a suspendu la perception de la TVA à l’importation et sur la vente de certains produits de fabrication locale (blé dur destiné à la fabrication des pâtes alimentaires, préparation pour l’alimentation des enfants, savon, huiles alimentaires. Ces mesures conjuguées aux efforts de dialogue avec les commerçants et la surveillance renforcée des prix ont permis de constater une baisse significative des prix sur les produits de grande consommation (voir la liste des prix des produits de première nécessité dressée par l’Inspection générale des affaires économiques).

Pour ce qui concerne le contrôle des prix et de la qualité, le gouvernement a procédé au réaménagement du corpus législatif et réglementaire lui permettant de fixer en cas de nécessité, des taux de marges à ne pas dépasser. Enfin, il a engagé la réflexion sur certains facteurs structurels tel que le fonctionnement des organismes chargés de l’analyse de la concurrence et de la répression des fraudes.

L’ensemble de ces mesures, ainsi que celles prévues à moyen et long termes, permettront d’obtenir une baisse significative et effective des prix dans les limites de ce que permettent les tendances lourdes du commerce international qui, malheureusement, ne sont maîtrisables par aucun gouvernement.

Dans le souci d’apaisement et pour répondre positivement aux préoccupations des organisations syndicales, le gouvernement décide d’allonger la durée des mesures conjoncturelles de suspension du droit de douane et de la TVA de trois mois à six mois.

La réduction des taxes sur les produits pétroliers, de l’IUTS, des taxes qui frappent les petits commerçants, les artisans, les prestataires de services et la suppression de la TVA sur les prêts bancaires Sur la réduction des taxes, il faut relever les efforts consentis par le gouvernement. Les prix des hydrocarbures à la pompe sont en deçà de ceux qui devraient découler de l’application habituelle de la structure des prix. Le gouvernement poursuivra ses efforts dans ce domaine.

Pour les taxes frappant les petits commerçants, les artisans et les prestations de services, le gouvernement est ouvert à la négociation, mais signale que leur niveau de taxation est inférieur à la moyenne pratiquée dans la sous-région. Puisqu’il ne s’agit pas de travailleurs au sens du code du travail, cette revendication sera prise en compte dans le cadre du dialogue gouvernement/secteur privé.

Enfin, pour ce qui concerne la suppression de la TVA sur les prêts bancaires, le gouvernement s’engage à examiner favorablement cette question qui nécessite une concertation au niveau de l’UEMOA. Il rappelle que pour ce qui concerne la TVA sur les prêts bancaires destinés aux logements sociaux, il avait fait montre de la même disponibilité.

Le relèvement des premières tranches de l’ONEA et de la SONABEL respectivement à 10 m3 et à 75 KWH Toujours dans un souci d’apaisement et dans le but de protéger le pouvoir d’achat des populations, notamment les plus pauvres, sans compromettre l’équilibre financier des sociétés prestataires, le gouvernement consent au relèvement des premières tranches de l’ONEA et de la SONABEL respectivement à 8 m3 et à 75 KWH.

L’application immédiate des points d’accord issus des négociations gouvernement/syndicats de novembre 2007 Tous les points d’accord issus des négociations gouvernement/syndicats de novembre 2007 sont soit déjà appliqués, soit en cours d’application. Un comité de suivi a été mis en place et une évaluation de l’état d’avancement sera effectuée de façon contradictoire au mois de mai 2008.

L’examen diligent de la plate-forme d’action de la coalition nationale contre la vie chère Par lettre n° 2008-26/PDM/GS du 18 mars 2008, le président du mois des centrales syndicales a transmis à SEM le Premier ministre, la "Plate-forme d’action de la coalition nationale contre la vie chère". Dans le cadre du dialogue social cher au gouvernement, elle fera l’objet d’un examen attentif par le gouvernement.

 

L’Observateur Paalga du 7 avril 2008



07/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres