L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Le nouveau testament de Tertius Zongo"

Le Premier ministre à l’Assemblée nationale

"Le nouveau testament de Tertius"

Sacrifiant à une obligation constitutionnelle, le Premier ministre (PM), Tertius Zongo, a exposé hier 27 mars 2008 sur la situation de la nation. Santé au niveau politique, économique et socioculturel a constitué ce grand oral du chef du gouvernement, qui a eu après à répondre aux nombreuses questions des députés.

Véritable radioscopie du pays, ce discours sur la situation de la nation, version Tertius, a abordé les points saillants de l’année 2007. Evénements récents obligent, le PM a abordé les conditions difficiles que vivent les Burkinabè dues à une saison agricole défectueuse, à la volatilité du prix du brut et à la hausse des coûts des produits de première nécessité.

N’empêche !, foi de Tertius Zongo, malgré cette bourrasque de problèmes "l’état de la nation demeure solide, inébranlable dans la tempête". Le Burkina étant dans la ceinture méningitique, l’état actuel de cette pandémie (au 16 mars 2008) présente 5046 cas suspects, dont 519 décès (10,2%). "En tout état de cause, a affirmé le PM, les stocks en médicaments et en consommables seront renforcés".

Dans la lutte contre la criminalité et le grand banditisme, les fruits commencent à tenir la promesse des fleurs : 482 cas d’attaques à main armée ont été enregistrés en 2007 contre 684 en 2006. Par contre, il reconnaîtra que dans le domaine de la lutte contre le trafic de la drogue et des médicaments de la rue, beaucoup reste à faire.

Quid des fondamentaux économiques et sociaux ? "En 2007, reconnaît l’économiste qu’il est, le Burkina a accusé le choc externe des augmentations successives et disproportionnées du prix du pétrole et de la baisse drastique des cours du coton". Néanmoins, l’inflation reste assez maîtrisée à 2,1% en 2007 contre 2,4% l’année dernière.

Il est revenu dans ce volet économique sur les événements relatifs à la vie chère et a condamné "les tentatives de récupération et les manifestations sans discernement organisées çà et là". Tout en fustigeant les actes de vandalisme, il a martelé : "Tentez de faire une carrière, ou de jouer à la vedette, sur la douleur des populations et sur les malheurs de nos commerçants ne correspond pas à l’idée que le gouvernement se fait de l’engagement public".

Abordant les questions des privatisations, il a affirmé que ce programme sera poursuivi avec diligence. En plus des sociétés déjà passées dans le giron du privé, SCBMP, CENATRIN, ONATEL..., d’autres telles la SONABHY et la SONABEL ont déjà leurs stratégies de privatisations définies.

En matière d’industrie, Tertius Zongo a révélé que le code des investissements a touché 44 projets pour des investissements prévisionnels de 117 milliards 946 millions de F CFA. Avec des emplois créés de l’ordre de 1694. L’environnement des affaires sera amélioré, avec la création des Centres de gestions agréées (CGA) et d’un Guichet unique foncier (GUF) pour la délivrance des titres fonciers et d’une Centre de facilitation des actes de construire (CEFAC). Le Burkina ambitionne de produire du biocarburant, avec la mise en terre de 417 700 plants de jahopha curcas.

Le développement d’un pays suit aussi le schéma de l’électrification : c’est pourquoi en mars 2007, ont été lancés les travaux de l’interconnexion Bobo-Dioulasso-Ouagadougou, prolongement de la ligne Côte d’Ivoire-Burkina, d’un coût global de 49 milliards de F CFA et dont la mise en œuvre est prévue pour le premier semestre 2009. L’électrification rurale sera également poursuivie.

L’eau, c’est la vie ! Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement à l’horizon 2015, adopté par le gouvernement en décembre, est en phase de devenir une réalité. Lancé ces jours-ci à Bourzanga, d’un coût de 543 milliards, il permettra d’atteindre un des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). La lutte contre le VIH/Sida connaît un succès, avec la baisse des prix des ARV et les actions multiformes que fait l’Etat dans ce domaine.

Le nombre des Centres de formation de l’Enseignement non formel est passé de 12 159 à 12 531, et dans le domaine de l’Enseignement secondaire et supérieur, le gouvernement multiplie les capacités d’accueil et l’amélioration de la qualité. Idem pour l’emploi, où le FAPE, le FAFPA, le FASI et le FAIJ sont autant de tentatives de réponses à la problématique du chômage.

Dans le domaine du Sport, surtout du football, "notre absence aux deux dernières phases de la CAN nous suggère de redoubler d’efforts". Culturellement, le locataire de la rue Agostino-Neto a salué le rayonnement du FESPACO, le travail fait par la presse, dont le privé connaîtra un soutien de l’Etat. Enfin, il a loué les efforts diplomatiques de son patron, Blaise Compaoré, dans les dossiers togolais et ivoirien.

C’est donc un PM qui rappelle un peu le porte-parole du gouvernement qu’il a été il y a quelques années (c’est-à-dire à l’aise) qui a passé son oral devant les élus nationaux, qui n’ont pas manqué de le "bombarder de questions".

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 28 mars 2008



28/03/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres