L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le Premier ministre au chevet des unités industrielles de la Comoé

Comoé

Le Premier ministre au chevet des unités industrielles

 

Venu à Sya pour rencontrer les opérateurs économiques le 14 septembre 2007, le Premier ministre, Son Excellence Tertius Zongo, s’est rendu d'abord dans la Comoé pour s’enquérir de la situation de quelques unités industrielles à Bérégadougou et à Banfora. Tertius Zongo a aussi mis à profit son séjour d’à peine 4h d’horloge pour remettre des vivres aux personnes sinistrées par les inondations dans la région des Cascades.

 

Accompagné d’une forte délégation dont plusieurs membres de son gouvernement, Tertius Zongo a été accueilli par le gouverneur des Cascades, Youssouf Rouamba, à Takalédougou aux environs de 11h 40 mn. Il est venu, selon lui, encourager les promoteurs sur le terrain, les écouter, s’imprégner des difficultés vécues et faire en sorte que l’Etat se positionne comme celui qui accompagne le plus le développement.

La première étape de sa visite aura été la SN-SOSUCO, deuxième employeur après l’Etat avec plus de 4 000 travailleurs, permanents comme  saisonniers. Quoi de plus normal que chaque Premier ministre vienne s’enquérir de la situation de cette entreprise, qui connaît des difficultés depuis déjà quelques années ? En effet, après Paramanga Ernest Yonly l’année passée, Tertius Zongo a été également reçu par des travailleurs fortement mobilisés. Après les salutations d’usage, le Premier ministre et les dirigeants de l’entreprise, qui est entre les mains du groupe AGA KAN,  ont eu un entretien à huis clos. Tertius Zongo a été ensuite conduit à l’usine, où il a visité le magasin, qui dispose d’environ 10 000 tonnes de sucre, et l’unité agglo.

Le directeur général de la SN-SOSUCO, Sanoh Mahamady, réconforté par cette visite de haut niveau, assure qu’il n’y a pas péril en la demeure, du fait que la situation de son entreprise reste une préoccupation majeure pour les plus hautes autorités. Il explique qu’à partir du moment où la situation de son entreprise est dressée en tenant compte de ses difficultés, «nous sommes tranquilles», avant d’afficher un optimisme, car, poursuit-il, «les solutions viendront». «Vous me voyez souriant ! Le directeur, Michel Gofe (le directeur du complexe), étant absent, je peux vous dire d’ores et déjà  qu’au nom de tous les travailleurs, nous sommes très confiants, et que nous pensons que très prochainement, cette unité oubliera cette période difficile que nous traversons», précise Sanoh. A la SN-SOSUCO, des promesses auraient été faites, et des négociations et des séances devront s’ouvrir bientôt, a révélé le directeur général.

Avant que son cortège s’ébranle pour la cité du paysan noir, le Premier ministre a fait un détour à l’association Wouol de Bérégadougou, qui s’investit considérablement dans la création d’emplois et partant, dans le développement, à travers une unité de transformation de fruits. Au sujet de cette unité, qui fait vivre plus de 200 jeunes et 800 femmes, selon son responsable, Antoine Sombié, le Premier ministre n’a pas manqué de prodiguer les encouragements du gouvernement.

Fermés depuis 2002, ce qui a jeté ainsi une centaine de travailleurs et leurs familles dans la rue, les GMB, visités par le Premier ministre revêtent, à n’en pas douter, une grande importance. Malgré la promesse présidentielle qui annonçait la reprise des activités courant premier semestre de 2006, les meuniers attendent toujours, dans la misère. Toutefois, la visite de Tertius Zongo annonce des lendemains meilleurs, la réouverture de l’entreprise sous l’appellation de "la Société nouvelle grands moulins du Burkina (SN-GMB)". L’on est en plein montage d’un moulin par l’entreprise MAES, qui devra permettre le redémarrage des activités. Le moulin, installé à coups de milliards juste avant la fermeture, est en train d’être démonté et fera place à un moulin BULHER d'une toute nouvelle génération en matière de technologie.

Conformément au décret du 11 septembre 2006 qui valide la convention entre l’Etat burkinabè et la SN-GMB pour la reprise des activités, selon le représentant du PCA, Salif Kossouka Ouédraogo, après 12 mois, les investissements atteignent un montant réalisé de trois milliards et demi sur les 4,3 milliards budgétisés. Si le groupe repreneur des GMB se targue d’être tout à fait en phase avec ses prévisions, il a cependant évoqué ses préoccupations et ses interrogations devant le chef du gouvernement. A l’heure où des pays comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, la Guinée Conakry, le Bénin doivent faire face à une situation exceptionnellement tendue des cours du blé dans les approvisionnements de leurs moulins, comment ne pas se demander ce qui va advenir de notre situation d’ici quelques mois, s’interrogent les repreneurs. «Nous croyons que face à cette situation exceptionnelle, des mesures exceptionnelles seront prises par notre pays pour faire face aux difficultés prévisibles auxquelles l’activité boulangère est déjà confrontée», ont dit les responsables de la SN-GMB.

Si le repreneur n’a pas fait mention du sort des travailleurs, ces derniers seraient tous retenus,  mais avec de nouveaux contrats, soutient-on. Les meuniers étaient d’ailleurs mobilisés pour la circonstance. Selon des indiscrétions, confirmées par le Premier ministre (cf. le livre d’or), l’on devra fêter la Noël avec de la farine made in SN-GMB.

Signalons enfin que le Premier ministre, au cours de son bref séjour, a eu un penchant pour les personnes sinistrées par inondations dans les Cascades, des victimes estimées à plus de 3500, a précisé la ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale. En plus des aides déjà acheminées ici, les sinistrés ont reçu 5 tonnes de maïs, 3 tonnes de sorgho, 5 tonnes de mil, 2 tonnes de riz, 41 seaux, 107 boules de savon, 85 moustiquaires, 66 couverts, 62 nattes, 12 lampes, 46 assiettes, un ballot de friperie et deux tentes de 24 places chacune pour décongestionner les écoles vu la rentrée, qui s’annonce.

 

Luc Ouattara

L’Observateur Paalga du 17 septembre 2007



17/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres