L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Législatives 2007 : Plus dure sera la gestion de l'après-liste

Législatives 2007

Plus dure sera la gestion de l'après-liste

 

Depuis la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 mars 2007, et même si les enregistrements se poursuivaient hier pour ceux qui sont arrivés au plus tard à minuit, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) connaît les partis avec leurs candidats qui seront sur la ligne de départ le 6 mai prochain. Sauf rejet ultérieur de certaines candidatures pour diverses raisons, elles devraient être 49 formations politiques à se disputer les 111 sièges de l'Assemblée nationale.

 

Dans beaucoup de cas, la confection des listes se sera faite dans la douleur ; soit par manque de députables dignes de ce nom, soit parce qu'il y a un trop-plein de candidats, ou encore pour une guerre de positionnement, pour s'assurer une bonne place et se donner les meilleures chances de se retrouver à l'hémicycle.

 

Depuis des mois, on a ainsi assisté à une guerre larvée et même parfois ouverte entre militants d'une même famille politique sur fond d'invectives ou de dénonciations calomnieuses, tout étant bon pour mettre  aux adversaires des bâtons dans les roues.

 

Si certains partis d'opposition n'ont pas échappé à ces querelles sourdes qui ont entouré l'établissement de la liste des candidats à la députation, c'est surtout au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) que les choix auront été douloureux. Normal, après tout, pour un parti majoritaire qui domine la scène politique nationale de la tête au pied.

 

C'est même quelque part la rançon du gigantisme. En principe, dans cet ersatz de primaires qui a eu cours au CDP, c'est la base qui était censée choisir ses représentants pour la bataille législative à venir. Mais ici comme ailleurs,  les velléités de la base sont contrecarrées par le sommet, et les combats à fleuret moucheté ainsi que les marchandages entre les gourous sont légion.

 

C'est à qui placera le plus ses fidèles même si ce sont de parfaits tocards, des affairistes notoires, des responsables irresponsables, des dirigeants impopulaires. Certes, on ne peut pas plaire à tout le monde, mais quand ce sont des militants vomis dans leur fief et dont le seul mérite est d'être sous l'aile protectrice de tel ou tel gourou qui sont choisis, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait des remous. Et de fait, plus dure sera la gestion de l'après-liste dans certains partis, où des candidats malheureux à la candidature peuvent être tentés de démissionner, de jouer contre leur camp, et il faudra, sans doute, beaucoup de doigté et de responsabilité pour limiter la casse.

 

On pense surtout à Roch Marc Christian Kaboré, président du CDP, ou à Me Gilbert Ouédraogo, qui ont du souci à se faire. Il faut dire que l'intérêt général et l'idéal politique ne sont pas les vertus les mieux partagées dans la classe politique, où on rencontre plus souvent plutôt des clients soucieux de leurs propres   intérêts  immédiats que de vrais militants.

 

Les jours et les semaines à venir promettent  donc d'être chauds et déjà, on entend que certains mécontents ont décidé d'aller voir ailleurs.

 

D. Evariste Ouédraogo

Source, L’Observateur Paalga du 9 mars 2007



09/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres