L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les ministres dans leurs petits souliers

Gouvernement sortant

Les ministres dans leurs petits souliers

 

C'est devenu la mode au Faso : chaque ministre ou chaque directeur a pratiquement sa coupe de football. Initiative noble s'il en est, le sport étant un facteur de rapprochement entre les peuples, donc entre les individus d'opinion et de confession différentes. Encore que souvent derrière ces raouts footballistiques, il y aient des relents de calculs politiques, qui ne disent pas leur nom.

C'est ainsi qu'à des périodes précises, des coupes de députés, d'union, de corporation... sont lancées, et quelques mois plus tard les finales adviennent avec toujours la présence du promoteur, accompagné de parents, amis, et parrains.

Mais voilà, souvent c'est sans compter avec l'imprévu, qui peut prendre la forme du décagnotage, fût-il temporaire, du promoteur ou du parrain. Alors se pose la petite question de savoir la dénomination que prendrait une finale de la coupe d'un ministre momentanément hors fonction ou d'un directeur relevé de ses fonctions.

L'exemple patent a été vécu avec la finale de la première édition du Tournoi Maracana du SAMAB: le parrain de cet événement n'est autre que Boureima Badini, ci-devant ministre de la Justice. Puisque l'intéressé n'était plus ministre le jour de la finale, le gouvernement de Yonli III ayant rendu le tablier. Du reste, il a précisé qu'on mentionne parrain au lieu de ministre lorsqu'on évoquera cette cérémonie.

En fait se trouve posée la question de l'appellation des ministres de l'entre-deux gouvernements (l'ancien et le nouveau) lorsqu'ils président des cérémonies. Certes, ils assurent les affaires courantes, mais faut-il les appeler toujours, surtout dans la presse, "ministres"? En tout cas, Clément P. Sawadogo du MATD, qui a inauguré la Radio municipale, le faisait toujours es qualités selon la presse.

Que faire alors ? En clair lorsqu'un ministre met "sa" coupe en jeu dans son fief, et qu'à la finale, il n'est plus en fonction, comment désigner cet ex-ministre (par la presse surtout) quand il présidera cette cérémonie ? Monsieur l'ex-ministre, Monsieur le parrain ?

Peut-être  qu'il faudrait se résoudre à faire appel au ministre entrant pour présider ou carrément désigner son représentant personnel, en le précisant aux journalistes. En tout cas, une clarification s'impose en la matière surtout que ce genre d'événement est toujours intimement lié à une personnalité qui, lorsqu'elle n'est plus là, entraîne sa disparition. La preuve : combien de coupes de députés non réélus ou de ministres non reconduits ne se déroulent plus ?

 

Extrait de «Billets craquants» in L’Observateur Paalga du 11 juin 2007



11/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres