L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les origines du pain

Les origines du pain

 

Il y a peu de mots qui aient fait l’objet d’autant de citations et d'expressions que le pain. Citons quelques-unes assez célèbres : «gagner son pain à la sueur de son front» ; «ôter le pain de la bouche de quelqu’un» ; «l’homme ne vit pas seulement de pain» ; «en faire une bouchée de pain» ; «un peu de pain pour manger, un peu de paille pour dormir et le philosophe est heureux»... Et l’un des épisodes les plus célèbres sur cet aliment figure dans la Bible quand Jésus a multiplié le pain pour la foule.  Nul ne connaît le nom de son inventeur. Et pourtant, l’apparition de ce produit céréalier fermenté représente une étape majeure dans l’histoire universelle de l’alimentation. S’il n’est pas contestable que les galettes non fermentées, consommées chaudes, constituent un aliment acceptable, il n’en demeure pas moins que leur goût reste fade. De plus, en cas de stockage, elles sèchent et perdent rapidement de leur appétence. La préparation de galettes fermentées, puis de pains s’est donc imposée, car l’alvéolage généré améliore la texture et le goût. Du coup, il devient possible, ainsi, de constituer des réserves de nourriture. La valeur nutritionnelle et la digestibilité de l’aliment sont également améliorées, sans augmentation de coût. Il est admis que le berceau de la boulangerie se situe au Proche-Orient, dans une zone qui comprend notamment une partie de l’Iran et de l’Irak actuels. En effet, il y a environ 8 000 ans, la civilisation sumérienne maîtrisait déjà la fermentation de la bière et du pain. Par la suite, les Egyptiens, les Grecs, puis les Romains perfectionnèrent l’art boulanger. Au Burkina, le premier pain que nous avons connu est celui fabriqué avec le four traditionnel à base de banco. Le pain qui en sort, appelé avec raillerie « Tab-nè-naw », pour dire que la pâte a été malaxée avec les pieds, est revenu à la mode ces dernières années. Les citadins, qui le dédaignaient, lui trouvent à nouveau bon goût, après l’avoir snobé pendant des années.

 

L’Observateur Paalga du 31 août 2007



31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres