L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les raisons du boycott des rencontres pédagogiques

Rencontres pédagogiques

Les raisons des boycotts

 

Beaucoup de rencontres pédagogiques, notamment les conférences pédagogiques et les groupes d'animation pédagogique, sont boycottées par le corps enseignant au profit duquel elles sont organisées. Dans les lignes qui suivent, un instituteur principal donne les raisons de cette politique de la chaise vide.


Les conférences pédagogiques annuelles ont commencé partout au Burkina avec leurs séries de boycotts systématiques dans les Circonscriptions d'éducation de base (CEB) consécutives au refus du ministère de l'Enseignement de base et de l'Alphabétisation (MEBA) de prendre financièrement en charge ces rencontres de formation importantes. A l'instar de plusieurs localités du pays, les six CEB de la Direction provinciale de l'Enseignement de base et de l'Alphabétisation (DPEBA) du Bazèga ont observé le mot d'ordre de boycott lancé par les syndicats (SNEA-B, SYNATEB et SATEB).

Le lundi 7 janvier 2008, les enseignants ont répondu massivement présents à la cérémonie d'ouverture. Mais aussitôt après le retrait des autorités, les salles de conférences se sont vidées de leurs participants, donnant sensiblement les taux de boycott ci-après, selon les responsables des sous- sections SYNATEB, CEB de Kayao 70% ; Doulougou 77,14% ; Toécé 77,90% ; Saponé 84,41 % ; Kombissiri 96,05% et Gaongo 100%. Mais quelles sont les motivations profondes de ces boycotts chaotiques ?

- La précipitation avec laquelle les conférences ont été programmées au Bazèga (quelques jours avant les congés) ne permettait pas aux GAP de réfléchir sérieusement sur le thème. Ce qui atteste probablement la volonté manifeste des décideurs de bâcler la formation continue des enseignants et de vouloir exécuter simplement des programmes d'activités.

- "Le nouveau système de notation des agents de la Fonction publique", thème secondaire des conférences, devrait, à mon point de vue, faire l'objet d'une formation sérieuse prise en charge et non être greffé banalement au thème principal d'une conférence pédagogique.

- Le vrai nœud du problème est que les 500 000 F CFA alloués par le MEBA pour l'organisation pratique des conférences ne remplace pas la prise en charge exigée par les syndicats. En plus, cette somme ne respecte pas la taille des CEB. Parmi toutes les rencontres de formation organisées par le MEBA, seules celles des instituteurs en classe ne sont pas prises en charge. A toutes les rencontres, ils se déplacent avec leurs propres moyens sans frais de restauration ni d'hébergement. Avec la cherté de la vie, cette situation est inacceptable surtout pour des travailleurs qui ne comptent que sur leurs salaires.

 

Formation continue réléguée au dernier plan

 

C'est seulement dans l'enseignement de base que l'on constate cela. Pourtant, les autorités se plaisent à chanter quotidiennement dans les salles luxueuses la noblesse du métier d'instituteur et la place déterminante de l'éducation dans le développement du pays. Paradoxalement, ce sont ceux qui ont fait de ces autorités ce qu'elles sont aujourd'hui qui sont piétinés. Les fonds destinés au développement de l'éducation sont dilapidés, semble-t-il, et la formation continue des enseignants reléguée au dernier plan. Quand on fait un feed-back sur la gestion du PDDEB phase I, on ne peut qu'avoir des vertiges, surtout que les audits n'ont pas, jusqu'à l'heure et à ma connaissance, conduit quelqu'un devant les tribunaux.

Les enseignants ont commencé à comprendre les choses et les nombreux boycotts constatés à travers le pays ne sont pas de simples manifestations de mécontentements mais surtout un appel aux autorités du MEBA afin que les milliards du PDDEB phase II 2008-2010 ne servent pas à développer des individus et leurs familles. Il faudra que ces fonds servent directement, entièrement et concrètement au développement de l'éducation de base et que les malversations financières soient sévèrement sanctionnées à l'exemple des "dealers" de manuels scolaires.

A ce titre, la formation continue des acteurs sur le terrain sera une réalité avec tous les moyens nécessaires qui doivent l'accompagner car la qualité a un prix. Autrement, c'est la qualité de l'enseignement qui prendra des coups mortels au grand malheur de tous. Dans tous les cas, il appartient aux autorités, du MEBA de prendre toutes leurs responsabilités pour qu'on n'entende plus jamais parler de boycott de rencontre pédagogique (stage de recyclage et conférence pédagogique) qui fait honte à notre corps et à notre pays.

Si au Bazèga les libertés syndicales semblent être respectées par les chefs de circonscription, il reste cependant que dans d'autres localités, selon certains témoignages, il existe toujours au 21e siècle, sous le toit de la démocratie du Burkina Faso, des inspecteurs zélés, orgueilleux et enfermés dans une étroitesse d'esprit qui mettent tous les moyens pour contrecarrer les mouvements de revendications légitimes des syndicats.

C'est l'occasion pour moi de les appeler à la subtilité, s'ils existent réellement, car la victoire des syndicats est aussi la leur. De toute façon, les luttes engagées sont sans retour quelles que soient les ruses et les pressions quelconques. Et avec des jeunes, des hommes et des femmes plus que jamais décidés à combattre l'arbitraire et l'injustice à tout prix, la victoire n'est plus loin.

 

Kombissiri, le 9 janvier 2008

Vive l'unité d'action syndicale!

La lutte continue.

R. Jean-Claude Ouédraogo

Instituteur principal à Kombissiri

 

Le Pays du 31 janvier 2008



30/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres