L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les TIC, une arme fatale de Tertius Zongo contre la corruption

Lutte contre la corruption

Les TIC, une arme fatale de Tertius

 

Pour le Premier ministre, Tertius Zongo, l’outil informatique et Internet sont des leviers du développement. Il nous parle ici de l’importance de la Semaine nationale de l’internet (SNI), de la contribution des TIC à la lutte contre la corruption et du plan de développement gouvernemental des TIC dans notre pays.

 

«Internet est très important, car aujourd’hui notre société est une société de l’information et du savoir. Celui qui n’a pas l’information ne peut pas être utile à lui-même ni même à la société parce que c’est l’information qui dirige la société. Avec Internet, non seulement on a l’information, mais on l’a en temps réel.

Dans nos pays, quand on parle de corruption et d’autres fléaux, c’est parce que souvent les TIC ne sont pas très vulgarisés et intégrés dans les services et dans l’Administration. Sinon, si un commerçant peut rester chez lui faire ses déclarations d’impôts et même faire le paiement électronique de ce qu’il doit, je ne vois pas par quel chemin un agent des impôts va passer pour lui prendre 5 F.

Si au niveau de notre administration vous pouvez engager une dépense jusqu’à son paiement, si l’opérateur peut suivre sa dépense, savoir où se trouve son dossier, je ne vois pas qui va parler d’un caillou sur le dossier, qu’il faut lever.

Je pense que la SNI est un moment qui va permettre aux gens de débattre, de soulever un certain nombre de contraintes qui empêchent le développement des TIC dans notre pays.

Mon coup de cœur pour cette semaine va aux enfants. Quand je les vois sur les machines, je me rends compte qu’ils vont gagner du temps et qu’ils vont amener notre pays très loin.

C’est exact qu’il nous reste encore des efforts à faire en matière d’infrastructures, mais nous sommes sur le bon chemin. Avec les Américains, nous avons une coopération qui a lancé une étude pour que nous ayons l’épine dorsale qui va faire le tour de tout le pays pour le transport de la voix, de l’image et du son.

Maintenant que nous connaissons la configuration de cette infrastructure, il faut de l’argent pour la déployer. Pour cela, il nous faut mobiliser 45 à 50 milliards de nos francs. Avec l’appui de nos partenaires, nous verrons comment réunir ce financement.

2e élément : lorsqu’il y a l’infrastructure, il faut l’équipement informatique. Aujourd’hui, un ordinateur n’est pas à la portée de tout le monde. La question de la détaxe des matériels informatiques est un vieux problème. La politique du gouvernement est de détaxer le matériel informatique qui entre pour l’éducation. Mais on s’est rendu compte que lorsqu’on ouvre pour l’éducation, on voit le matériel sur le marché. Il faut que nous travaillions à maîtriser cet environnement et ensuite faire en sorte que l’outil informatique soit accessible  au plus grand nombre de nos compatriotes».

 

Propos recueillis par

San Evariste Barro

L’Observateur Paalga du 20 avril 2008



20/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres