L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Lotissement aux secteurs 14 et 15 : début des choses sérieuses

Lotissement aux secteurs 14 et 15 : début des choses sérieuses

Depuis que la commission provinciale d’aménagement du territoire (CPAT) a autorisé l’aménagement des secteurs 14 et 15 en extension, les populations de ces zones non loties sont sur le qui vive. Partout c’est le branle bas pour paufiner les derniers réglages avant l’arrivée des agents recenseurs. Ça et là on voit des maçons à l’ouvrage. Certains travaillent même de nuit. Au niveau de l’arrondissement de Dafra, on estime que c’est le premier vrai test pour le maire Sidi SANOGO.

Les problèmes de lotissements sont le plus souvent très délicats. En général la demande dépasse très largement l’offre. Avant le passage des équipes de recensement, l’arrondissement de Dafra reçoit de nombreux postulants qui viennent légaliser deux copies de leur carte d’identité. Pour cela, ils doivent payer deux timbres communales de 300F et déposer le tout pour signature. A cause de cette opération, la mairie de Dafra est toujours noire de monde. Après les dépôts, il faut revenir le lendemain pour le retrait.

Des agents de la police municipales se chargent d’appeler les bénéficiaires. Une fois munie de ces deux copies légalisées du CIB, les postulants vont attendre les équipes de recensements sur place afin de se faire recenser. Celui qui n’a pas ces papiers ne sera pas pris en compte. Voilà pourquoi les gens se bousculent à la mairie pour avoir ces fameux papiers. Dans les grins de ces zones non loties, c’est cette question qui préoccupe tout le monde.


Le premier problème qui est présentement critiqué, concerne la perte de quelques copies de CIB munies de timbres. Après l’appel, les policiers remettent les CIB aux intéressés en leur disant que leurs papiers sont perdus et qu’il faut qu’ils payent à nouveau des timbres pour les mettre sur de nouvelles copies et les déposer à nouveau. Cette situation a été mal interprétée par certains qui pensent que les timbres ont tout simplement été soutirés et les copies déchirées.

On se demande comment les copies ont pu se perdre et pas la carte d’identité elle-même. Mais à y regarder de près dans cette situation, on se rend compte que cela est possible parce que le plus souvent, ce sont des feuilles qui sont déposées en vrac, sans le moindre sous-main. Et comme les postulants sont nombreux, les feuilles peuvent facilement disparaître. Toujours est-il que la faute incombe à l’arrondissement de Dafra qui devrait songer à mieux organiser cette opération de légalisation avant le recensement.  Le maire Sidi SANOGO a laissé le soin aux deux maires adjoints de s’occuper de ces légalisations.


Ce sont eux qui sont chargés de signer toutes ces tonnes de papiers. Au secteur 14, il est prévu de dégager une zone industrielle pendant qu’au secteur 15 ce sont des parcelles d’habitation. A ce stade de l’opération, il s’agit d’identifier les habitants de ces zones pour avoir une idée. C’est tout juste un état des lieux qui se fait. Selon ce qui est prévu, la commission d’attribution va définir des critères pour voir qui peut avoir une parcelle.


En attendant, le branle bas se poursuit dans ces zones loties. Tout le monde a en mémoire le lotissement raté du secteur 17 et du secteur 6 au temps de l’ancien maire Souleymane SANOU.
Il s’agira pour le maire Sidi SANOGO de jouer avec beaucoup de dextérité pour réussir ce 1er lotissement sous son ère. Etant lui-même un habitant du secteur 17, il doit être mieux informé sur les obstacles qui ont empêché le lotissement des secteurs 17 et 6.


Au 14 et au 15, les choses sont déjà en marche et il appartient à tous de bien jouer chacun sa partition pour la réussite de cette opération. Du côté des secteurs 17 et 6, le CPAT n’a pas encore examinée le plan. C’est donc dire que ces secteurs ne sont pas pour le moment concerné.


Le besoin de loger chez soi est un objectif visé par la plupart des gens de la ville. Ils sont donc prêt à tout pour avoir gain de cause mais tout le monde ne peut pas avoir une parcelle. Il faudrait y penser sérieusement.

"Le petit fâkir, toujours dispo"

L'opinion N°494 du 28 Mars au 03 Avril 2007

 



03/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres