L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Marche-meeting du 15 mars : La Ligue des consommateurs se désengage si…

Marche-meeting du 15 mars

La Ligue des consommateurs se désengage si…

Le samedi 15 mars 2008, les organisations syndicales et celles de la société civile ont décidé de s’élever contre les mesures prises par le gouvernement à propos de la vie chère ; lesquelles mesures sont jugées insuffisantes. Cette journée coïncide avec la Journée internationale des droits des consommateurs, dont le thème est « Génération malbouffe ». Mais la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) a conditionné sa participation à la marche–meeting du 15 à la prise en compte de ses préoccupations dans la plate-forme revendicative. C’est ce qui est ressorti de la conférence de presse animée le jeudi 13 mars par les responsables de la LCB.

Lors de ce point de presse animé à son siège, la Ligue des consommateurs tenait d’abord à communiquer autour de la date du 15 mars, marquant la Journée internationale des droits des consommateurs et qui coïncide avec la marche-meeting des syndicalistes.

Cette année, le thème est « Génération malbouffe- pour en finir avec la promotion des aliments malsains destinés aux enfants », une manière d’inciter les décideurs et les producteurs à mettre fin aux pratiques frauduleuses et malsaines qui risquent de compromettre toute une génération.

Pour le bureau exécutif national de la LCB, la cherté de la vie ne saurait être une raison pour déverser sur le marché des produits qui nuisent à la santé des consommateurs. C’est la raison pour laquelle le Dr Mathias Somé, président intérimaire de la Ligue, demande aux acteurs de notre économie à plus de vigilance, de civisme et de solidarité.

A l’Etat il a demandé plus de diligence dans la recherche de solutions à la crise de la vie chère ; il a salué les mesures déjà proposées, même s’il estime que celles-ci sont en deçà des attentes.

Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, les débats se sont vite focalisés sur la participation de la LCB à la marche du 15 mars, car c’est bien dans son domaine qu’on se trouve.

Selon les explications du Dr Somé, les préoccupations de la LCB n’ont pas été prises en compte dans l’élaboration de la plate-forme revendicative des syndicats. « Nous avons 2 points qui nous tiennent à cœur ;

il s’agit de la création d’un observatoire de la qualité et des prix des produits de grande consommation, et de la promotion des coopératives des consommateurs qui pratiquent la vérité des prix à l’image de Faso Yaar.

Nous estimons que ces mesures, si elles sont appliquées, constituent des solutions durables à la sortie de crise. Mais contre toute attente, et après avoir assisté aux réunions préparatoires, nous n’avons pas été pris en compte dans ladite plate-forme revendicative ».

Ce que la LCB ne comprend surtout pas, c’est qu’au moment où l’on veut protester contre la vie chère, au moment où elle a sursis à toutes ses activités pour s’embarquer avec les syndicalistes et au moment où elle se rend compte que des revendications qui n’ont rien à voir avec cette vie chère ont été retenues, elle a l’impression d’être boudée par les organisateurs de la marche-meeting.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Mathias Somé et ses camarades ont pris la résolution de se désolidariser du mouvement du 15 mars si leurs préoccupations n’étaient pas prises en compte. Aux dernières nouvelles, l’on apprend que la LCB a rencontré le président du mois des centrales syndicales pour en discuter et tout serait rentré dans l’ordre.

Le moins que l’on puisse dire est qu’il serait illogique de marcher contre la vie chère sans la Ligue des consommateurs, car c’est quand même les consommateurs qui ne supportent pas la cherté de la vie du Faso.

Kader Traoré

L’Observateur Paalga du 14 mars 2008



14/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres